AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Pari à la corellienne (PV Eden K. Ravenswood) (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Chef Suprême du Consortium de Zann
Chef Suprême du Consortium de Zann
avatar
Messages : 112
Date d'inscription : 24/11/2015

Feuille de personnage
Double Compte: Zan Kessler, Rudatankajarash Zanzamar et Darth Ignis
Armes: Rawk Chopped Special modifié
Alignement: Neutre
Infos fermées
MessageSujet: Pari à la corellienne (PV Eden K. Ravenswood) (Terminé) Mar 6 Sep - 4:50

Un Hutt m’a demandé un jour : est-ce que la loyauté du CDZ est à vendre? Mon réflexe fut de l’abattre, de réfléchir à sa question et de répondre à son interrogation : non. On ne peut pas acheter la loyauté du CDZ. Le CDZ m’est loyal. S’il voulait parler d’allégeance… C’est une toute autre histoire. Notre diplomatie se fait en crédits. Nous ne négocions pas pour des planètes ou des frontières. Nous sommes une organisation qui se moque de ces choses. Atypique, pour reprendre le terme consacré. Nous sommes partout et nulle part. Vous pensez que parce que les deux autres factions principales occupent différentes planètes que nous n’avons aucune influence dessus? Vous auriez tort de le penser. Comment pensez-vous que nous savons ce que nos rivaux font? Il y a toujours un ouvrier mécontent prêt à parler pour une poignée de crédits.

Du coup, dans une guerre à trois joueurs où deux d’entre eux préfèrent et de loin s’entretuer, le CDZ n’avait pas vraiment de menace permanente parce que bien… Qui veut d’une guerre sur deux fronts? Alors en général, nous avions pour prérogative d’attaquer un peu, harceler X ou Y position impériale ou républicaine et décamper avant qu’ils ne sortent la grosse artillerie avec le butin. Et oui, c’est vrai, l’Empire a tendance à utiliser ses croiseurs de classe interdictor mais… Nous savons repérer ces saloperies et les éviter. Nous sommes le CDZ, pas le Cartel des Hutts ou le Soleil Noir. Organisations que nous avons exterminées d’ailleurs. À une autre époque, dans un autre temps, ce qui est actuellement la République avait bien quelques types de vaisseaux avec un générateur de gravité artificiel, comme les Interdictor mais dans cette nouvelle réalité… Non.

En fait dans cette réalité, bien des choses ont changé. Pas d’Étoile de la Mort. Pas d’Éclipse. La moitié des super armes de l’Empire n’existent pas ou si elles existent, n’ont pas été utilisées. République comme Empire semblent se livrer à une guerre plus… Propre? Ce n’est pas le bon terme, j’en suis consciente mais faute de mieux, c’est l’impression que j’en ai. L’Empire a changé de stratégie, c’est indéniable. Cette nouvelle impératrice me semble plus stable mentalement que son prédécesseur et la nouvelle chef de la République est toute une pièce. Une Corellienne. Forte en gueule, comme leur alcool, et avec le même punch si vous la cherchez de trop près. Mon genre de femme. Comment ça si je vais essayer de la mettre dans mon lit? Je ne répondrai même pas à ces allégations! Mais par contre, je lui ai envoyé une invitation. Vous avez bien entendu.

Bon il y a une histoire derrière mais… En fait, une soirée où j’avais bien fait la fête avec les forces du CDZ (et quelle fête, à marquer dans les annales), un de mes pilotes de Star Viper (un Correlien, je précise et un as) m’a lancé un défi. Boss (parce qu’il m’appelle boss), j’ai un défi de la mort pour toi. Oui parce qu’on se tutoie dans le CDZ. Merde au vous. Mais je m’égare. Je te parie que tu n’as pas le cran d’envoyer une invitation à la chef de la République. Elle je me la taperais bien, c’est une femme de chez nous! Moi du coup je lui demande : une invitation à quoi et pour quoi? Il me dit : bah dans ce club de danseuses qui appartient au CDZ sur Nar Shaddaa, où d’autre! Et pourquoi bah… Un traité, un pacte de non-agression, j’en sais rien, juste un défi idiot pour se prendre un non garanti et rire de ces types de la République qui pètent plus haut que le trou!

On repassera sur la solidarité corellienne mais bon. Pour rigoler, j’avais envoyé ladite invitation, directement au bureau de la chef de la République. Et nous nous tapions sur les cuisses en rigolant depuis le centre de communication. J’avais gagné mon pari, un pari facile en plus et je venais de me faire une caisse de whisky correlien. Moralité : ne jamais parier avec Tyria Zann quand vous êtes saoul. Le truc par contre c’est que j’ai changé de tête quand quoi? Cinq minutes plus tard? J’ai reçu une réponse officielle du bureau de ladite chef de la République disant à peu près ceci : votre invitation a été acceptée à la date, l’heure et le lieu que vous avez spécifié. En toute bonne foi, signé du bureau de la grande patronne de la République. Alors celle-là. Si je l’avais vu venir… Réflexe d’Urai : c’est un piège. Mon réflexe : qu’on prépare mon vaisseau, je pars pour Nar Shaddaa!

Non mais oh! Vous pensez que je vais laisser passer une telle occasion? Je ne suis pas folle! Alors disons que quelques temps plus tard, j’étais dans un grand bureau vitré surplombant le club, mon club, un espace m’étant exclusivement réservé. J’essayais de comprendre ce qui avait pu motiver la patronne de la République à accepter une rencontre aussi… Particulière? Très certainement qu’elle se pointerait avec un minimum de déguisement. Ce serait logique. Dans un établissement de luxe comme ici, tout le monde connait les gros joueurs galactiques. En tout cas une chose était bien certaine. Elle avait des couilles cette petite. De sacrées couilles. Et ça je peux respecter ça. Dans le CDZ, on respecte la force. Pas la Force. La force. Et le courage, bien entendu. Parce que quand on est une joueuse bande de suicidaires prêts à relever toute sorte de défis… Enfin bon.

J’attendais, disais-je, dans mon bureau. Pas de coup fourré, pas d’embuscade, pas de demande de rançon en préparation… Juste une discussion. Moi, curieuse de savoir pourquoi elle avait accepté et elle se demandant sans doute ce qu’il y avait derrière ladite invitation. Oh mais ça, elle aurait le privilège de le savoir bientôt. On remarquera, également, que nous étions en terrain neutre. Techniquement, c’est la Guilde des chasseurs de primes qui a autorité sur cette planète depuis que nous avons signé une trêve. L’accord de paix le plus profitable probablement de la dernière décennie pour la Guilde et pour nous. Il n’y avait pas de flotte du CDZ en orbite. Ce n’était pas nos troupes qui étions en charge d’assurer la sécurité au sol. Ici, dans mon club et dans les établissements du CDZ, oui mais ce n’étaient pas nos troupes régulières.


« Bon écoutez-moi. Je ne veux être dérangée sous aucun prétexte. Je vais avoir de la visite. À moins d’une catastrophe colossale me menaçant directement, je ne veux rien entendre. Et si jamais quelqu’un commence la plus petite once de bordel dans mon établissement, vous me le foutez à la porte. J’attends quelqu’un de très important. Alors je veux une conduite exemplaire ou des têtes vont rouler. Les vôtres. »

Je jouais dans les règles. Je ne suis pas idiote au point de risquer un accord avec la Guilde pour pouvoir amener mes propres troupes sur un caprice. De même, je m’attends à ce que mon invitée arrive seule. Si je vois débarquer la plus petite flotte de la République, ça va barder. Je suis extrêmement intolérante face aux coups fourrés. Le dernier à s’y être risqué a été disséminé en tellement de petits morceaux qu’on en a laissés sur toutes les planètes jadis contrôlées par les Hutts. Pour le plaisir, comme ça. Mais bon. N’envisageons pas le pire. Pensons au meilleur. Un traité de non-agression est absolument hors de question. Je tiens à la relative neutralité du CDZ. Par contre, négocier une diminution des raids sur  les lignes républicaines contre une forte somme en crédits, ça c’est encore possible. Ça se joue. On verra bien ce que ça donnera.


"Tout le monde a un prix."


Dernière édition par Tyria Zann le Dim 19 Mar - 1:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leader de la République Galactique
Leader de la République Galactique
avatar
Messages : 93
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 30
Localisation : Dans mon bureau sur Denon

Feuille de personnage
Double Compte: Kassiopéa O. Silverstone
Armes: Pistolet-blaster (x2) & Lame de Gantelet (x2)
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pari à la corellienne (PV Eden K. Ravenswood) (Terminé) Mer 7 Sep - 23:13





Nar Shadaa.
Quelque part, Neutre.
An Zéro du calendrier standard coruscanti


Un espoir ? Un vain espoir ? Peut-être mais je ne m'attends pas à grand chose de la part à un regroupement de mercenaire et autres pirates de la Galaxie. Pourtant, cette invitation m'avait surprise. Cependant, j'en ignorais les raisons. Est-ce que le Consortium de Zann cherchait des alliés ? Je ne suis pas sûre. Depuis mon bureau depuis Denon, j'observais silencieusement le message qui m'était parvenue à l'instant même. Eh ouais, ce n'est pas parce que je vais souvent sur le champ de bataille ou que j'en fais à ma tête que je ne fais pas mon boulot. Et puis, même à des années-lumières, je reçois mes mails car j'ai la possibilité de rester en contact mais cela ne sera pas toujours le cas. Je me tâtais mais en même temps, j'aime penser que je peux surprendre. Ricanant légèrement dans mon bureau, je finis par répondre par une note positive. Il ne me restait plus qu'une chose à faire : rejoindre le point de rendez-vous. Me levant de mon bureau, j'attrape ma cape simple que je place sur mon dos tout en marchant vers la sortie. Bien entendu, je ne suis pas seule dans cette pièce.

« Elios, prépare ton matos, je bouge... »

Pour ceux qui ne l'ont pas compris, cela veut dire que je vais quitter la capitale. Je n'ai aucune réunion dans les jours à venir et j'avais laissé un mot disant que je suis partie m'occuper d'une affaire dans une autre secteur. Les gens n'ont pas besoin d'en savoir plus. Pas pour le moment du moins. Ici, je n'avais rien à craindre pour le moment. L'Empire était occupé ailleurs et cela arrange bien mes affaires. Je peux continuer à proposer des projets, des réformes qui peuvent voter en fonction du Sénat et de ces sauts d'humeur. C'est vrai quoi ? Le Sénat, un coup il est blanc et la fois d'après, il est noir. Cela peut être irritant. Trop parfois. Mais je devais garder mon mal en patience. Le jour venu, je pourrais leur dire que je les avais prévenu et garder les projets sous le coude. Ils finiront par voir le jour un de ces quatre mais la réponse sera plutôt quand ? Je ne suis malheureusement pas décisionnaire. Sans fournir de réelles explications à mon garde du corps favori, je prends ma navette pour me rendre au point de rendez-vous. Quelque chose me dit que je vais bien rire. Mais j'ai le temps du voyage pour y réfléchir. Après tout, cela me fait du bien de quitter mon rôle un petit temps...

Arrivant en orbite de Nar Shaddaa, je me débrouille pour me faire discréte. Terrain de chasse des chasseurs de primes, je devais me méfier de tout et de tout le monde. C'est la dure loi du plus gros appât du gain. Si l'un d'eux parvient à me mettre le grappin dessus alors il aura gagné le jackpot. Cependant, si quelqu'un tente quelque chose, je ne compte pas laisser faire et je doute que mon garde du corps l'accepte. Lorsque j'ai dis à Elios, sa réaction m'a fait sourire. Non seulement il me suis mais il risque de manquer de tact. Cela me fait sourire mais je ne peux pas l'empêcher d'aller s'amuser s'il le souhaite sous condition qu'il fasse son boulot. Après, il peut tout à fait me demander congés. Ce n'est pas parce que je vais sur Nar Shaddaa qu'il ne peut pas s'amuser un peu. C'est donc l'esprit léger que nous nous posons sur cette étrange planète mais qui tient à sa réputation de lieu de jeu. Un peu de jeu. Moi qui suis corellienne, le jeu fait parti de ma seconde nature et j'aime le pazaak. Ça va être amusant, je crois.

Quittant le vaisseau, je place ma capuche sur ma tête afin de dissimuler son visage et elle se rend au point de rendez-vous sans trop de peine mais c'est ma propre vie qui risque d'y passer. Cependant, je reste encore calme. Arrivant dans le fameux club, je regarde autour de moi. Il semble assez sympathique et j'avais hâte un minimum. Je me doutais de quelque chose mais pas du contenu. J'avais ce sourire sur le visage discret. Demandant à la voir, on finit par m'amener auprès de la personne que je devais voir. Faisant signe à Elios de rester à la porte, je passe la porte et je m'avance  en retirant ma capuche.  

« Bonsoir … »

Je montre un sourire en coin et j'incline ma tête en guise de respect. Dans ce genre de rencontre, il faut savoir respecter et se faire respecter de ses interlocuteurs. C'est le bé-a-bas de la diplomatie. Levant les yeux, j'observe le bureau vitré. C'est joli mais ce n'est pas vraiment mon lieu favori.






Eden K. Ravenswood

Chancellor, she represents the Galactic Republic. A member Special Forces, she shares her weapons with the brothers. Corelian, she served with honor and pride. Long live the Republic ...





Dernière édition par Eden K. Ravenswood le Sam 3 Déc - 13:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef Suprême du Consortium de Zann
Chef Suprême du Consortium de Zann
avatar
Messages : 112
Date d'inscription : 24/11/2015

Feuille de personnage
Double Compte: Zan Kessler, Rudatankajarash Zanzamar et Darth Ignis
Armes: Rawk Chopped Special modifié
Alignement: Neutre
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pari à la corellienne (PV Eden K. Ravenswood) (Terminé) Jeu 8 Sep - 4:22

« Eden Katarina Ravenswood, dans mon bureau, au sommet d’un club de danseuses. Si on m’avait dit que je vivrais ça un jour, je ne l’aurais probablement pas cru. Bienvenue dans ce lieu que beaucoup qualifieraient de débauche. Assieds-toi, assieds-toi et si ton garde du corps veut profiter de la compagnie de ces dames ou de l’alcool… C’est la maison qui offre. Cigare? Whisky corellien? »

Ce qui frappe beaucoup de mes interlocuteurs, c’est que je suis joviale. Énergique. Je n’ai pas l’air du monstre sanguinaire qu’on associe à mon nom et pour ne pas gêner mon invitée, mes membres artificiels ont été recouverts de peau synthétique, j’ai une lentille de contact pour mon œil et on a même maquillé mes cicatrices. D’ordinaire, quand je fais des affaires avec la République, ils n’aiment pas comment dire… Les traces d’usure de la guerre, si on veut rester polis. L’Empire s’en fout, lui. Mais il y a beaucoup de fleurs bleues dans la République. Pour tout dire, en dehors de mon allure garçonne (d’habits et de coiffure, très certainement pas de formes), j’ai presque l’air d’une personne ordinaire. Je suis habillée d’une tenue pseudo militaire, comme à mon habitude. Les robes et les tenues d’apparat… Non merci. Pas pour moi.

Je pourrais me fondre dans la masse avec n’importe quel groupe de mercenaires… À un détail près. Mon regard. Il y a une intelligence presque malveillante derrière ce regard. Quand je regarde les gens, je vois toujours les gens avec un chiffre. Une valeur. Ce qu’ils pourraient me rapporter. Pour le moment, Eden est dans la catégorie « dépenses acceptables ». Nous allons parler affaires mais là, maintenant, tout de suite, elle ne me rapporte strictement rien. Elle me serait plus profitable si je la capturais et que je la vendais. Mais… Ce serait sacrifier des profits sur le long terme alors… Je me sers un verre, je lui sers un verre, ma boite de cigares trône sur la table et comme d’habitude, pas trop loin sur un coussin, mon Ysalamir. J’adore cette petite bête. Je ne m’en sépare presque jamais. Regardez comme il est mignon, roulé en boule, à dormir…


« Tu as du cran d’être venue. Je n’en attendais pas moins d’une Corellienne. J’aime les gens avec un cœur bien accroché. Alors du coup on va pouvoir parler affaires. C’est bien les affaires. J’en fais avec l’Empire, avec leur impératrice comme j’en fais avec ta République et bientôt, avec toi. Tout est une question de prix. Dis-moi Eden, qu’est-ce qui te ferait plaisir? C’est une question de zéros… »

J’adore l’argent. Si je pouvais créer une Tyria en or, une clone de moi en or massif et vivante par-dessus le marché… Mais je me ferais l’amour ici et maintenant bordel! Ça c’est profiter de son argent. Et si elle tombait enceinte et accouchait de pleins de petits enfants en or… On appelle ça faire fructifier son argent. Enfin bon. On va laisser de côté mes fantasmes de fric et se concentrer sur les négociations à venir. Je sens que ça va être intéressant. C'est une Corellienne. Les Corelliens n’ont pas peur de se battre pour leurs idées. Et accessoirement, ils ont une sacrée descente côté alcool et les jurons les plus colorés figurant dans les espèces humaines. Ces snobinards de merde de Kuatis peuvent aller se rhabiller c’est moi qui vous le dit. Elle me rappelle une de mes conquêtes de jadis. Une blonde aux yeux bleus, timide en apparence mais au lit… Merde ce n’est plus un X-Wing, c’est un foutu MC80 quand elle décide de se faire entreprenante! Mais je m’égare encore…


"Tout le monde a un prix."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leader de la République Galactique
Leader de la République Galactique
avatar
Messages : 93
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 30
Localisation : Dans mon bureau sur Denon

Feuille de personnage
Double Compte: Kassiopéa O. Silverstone
Armes: Pistolet-blaster (x2) & Lame de Gantelet (x2)
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pari à la corellienne (PV Eden K. Ravenswood) (Terminé) Dim 11 Sep - 13:45



Je reste debout et je patiente simplement. Je n'avais fait que lui demander pour m’asseoir. Ma réputation n'est plus à faire même si je viens d'être nommée Chancelière. Cela doit faire quelques semaines que j'ai été élue... Mais je ne dois pas me leurrer. Je ne suis pas réellement en sécurité ici mais je dois prouver que je peux aller où bon me semble sans crainte. Je peux me faire choper par les chasseurs de primes ou encore me faire livrer à l'Empire par Tyria. Je me suis préparée à toutes les possibilités imaginables et je ne suis pas seule pour autant. Je suis certes arrivée sur Nar Shaddaa en navette mais elle peut me permettre de filer en douce aussi. Par contre, mon interlocuteur est jovial et cela me surprend quelque peu. Malgré que je sois humaine, mon entraînement militaire m'oblige à montrer une neutralité parfois déconcertante. Ecoutant mon interlocutrice, je tourne la tête evrs mon garde et lui fait « non » de la tête. Il est en service et il ne doit pas être déconcentré dans sa tâche principale. Je suis relativement sévére là-dessus et Elios le sait mieux que personne. J'ai toujours été stricte avec moi-même comme avec les autres. Même si cela n'est pas percue de la même façon. Mais que voulez-vous, je suis une militaire de la vieille école. Ne jugeant pas mon interlocutrice, je reste debout un temps avant de répondre à ses deux questions.

« Je veux bien un verre de whisky corellien mais pas de cigare pour moi. Merci de votre accueil ! »

Je ne fume absolument pas et ce serait incompatible avec mes objectifs personnels. Habillée comme une civile lambda, je retire mon écharpe avant de prendre place. Regardant autour, je remarque alors le Ysalamir couché en boule un peu plus loin. Je serais presque tentée d'aller lui apporter une caresse mais je me fais violence là-dessus. Je ne suis pas chez moi et je reste une invité. La question est pour combien de temps encore ? On ne peut jamais être sûre avec la responsable de Zann qui peut être aussi accueillante que dégradante. Cela fait partie des rumeurs que j'ai pu entendre sur elle. La remerciant d'un signe de tête, je laisse le verre devant moi tandis qu'elle me parle affaires. Voilà donc la vraie raison... Cela n'est absolument pas étonnant et je reste neutre face à sa déclaration. Montrant un sourire en coin à sa question, je me redresse afin de prendre le verre en main.

« Ce qui me ferait plaisir ? C'est plutôt moi qui devrait vous poser la question. Après tout, c'est vous qui avez demandé un rendez-vous... »

Oui, je suis une vraie corellienne et j'ai un sale caractère. Ne la lâchant pas des yeux, je l'observe dans le plus courtois des silences tandis que mon garde du corps devait probablement être en train de s'amuser avec des filles. Comme à chaque fois. Quel vrai tombeur de ses dames celui-là. Je ne vais rien dire parce que je suis aussi ici de manière officieuse et si cela vient à se savoir du coté de mes collaborateurs, cela risque de grincer des dents et de faire sauter des perruques. Mais qu'importe, puisqu'on est là, autant jouer carte sur table.

« Je n'ai besoin de rien. Mais merci de m'avoir posé la question... »

Oh que non. Lorsque je veux quelque chose, je me débrouille pour l'avoir mais je n'ai pas le temps de me concentrer sur mes caprices de corellienne. J'ai une nation à faire tourner. Je vais peut-être la décevoir mais c'est ainsi que je vous les choses. Je ne suis pas vulgaire avec elle et je reste même courtoise mais je dois savoir dire les choses correctement.




Eden K. Ravenswood

Chancellor, she represents the Galactic Republic. A member Special Forces, she shares her weapons with the brothers. Corelian, she served with honor and pride. Long live the Republic ...





Dernière édition par Eden K. Ravenswood le Sam 3 Déc - 13:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef Suprême du Consortium de Zann
Chef Suprême du Consortium de Zann
avatar
Messages : 112
Date d'inscription : 24/11/2015

Feuille de personnage
Double Compte: Zan Kessler, Rudatankajarash Zanzamar et Darth Ignis
Armes: Rawk Chopped Special modifié
Alignement: Neutre
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pari à la corellienne (PV Eden K. Ravenswood) (Terminé) Dim 11 Sep - 15:15

Si elle ne veut pas fumer, ça la regarde. Moi, je ne me gênerai pas. J’ai l’air joviale et sympathique mais en vérité je l’observe avec attention. Chacun de ses gestes, chacune de ses paroles… Je connais sa réputation, bien sûr. Mais rien ne vaut une observation personnelle pour se faire une idée sur quelque chose. Et dans le cas qui nous intéresse, ce n’est pas surprenant que je la devine méfiante. Les gens sont comme ça autour de moi, ils se refusent à faire confiance. C’est dommage parce que si je l’ai invité, ce n’est pas pour lui causer des misères. Son affirmation me fait sourire par contre. Elle se méprend sur ce qu’elle veut personnellement et ce qu’elle veut pour la République. Parce que si elle répond pour les deux, c’est la pire menteuse que j’ai vu depuis un moment déjà… Et je passe ma vie entourée de criminels, je sais de quoi je parle.

Je ne sais pas si c’est volontaire ou si c’est purement accidentel mais elle se comporte comme quelqu’un qui voudrait me prendre de haut. J’ose espérer qu’elle est plus maline que son homologue impériale qui s’attendait à faire un accord unilatéral où tous les bénéfices allaient à l’Empire. Eden est une militaire par nature et par profession, avant d’être politicienne. Moi, les affaires, j’ai ça dans le sang avant bien d’autres défauts tout aussi prononcés. Eh oui, honnêteté et affaires peuvent rarement coexister. Après l’avoir laissé parler et se mettre à son aise, un silence de ma part qui ne dure pas plus qu’une dizaine de secondes, je me dis qu’il est temps de lancer le premier round des négociations. L’argent fait tourner la galaxie et j’ai un faible pour lui. Voyons comment je peux être utile à la République tout en m’en mettant plein les poches.


« Belle entrée en matière. Un bel usage du sens premier de mes paroles. Prudent mais inutile. Nous sommes ici pour causer affaires, pas tenter de trouver des détails croustillants sur ta vie privée. Toi, personnellement, tu n’as peut-être besoin de rien. Mais tu es aussi la République et la République a besoin d’un tas de choses. Une guerre contre l’Empire, ça coûte cher, en ressources et en vies humaines. »

Pas d’hostilité, pas de changement de ton, je la complimente même pour son trait d’esprit. Faisons mentir les rumeurs comme qui je serais colérique. Je suis dans mon élément en ce moment et elle ne réussira pas à me faire sortir de sa zone confort. Pour lui démontrer que je maitrise bien mon sujet, j’active le projecteur holographique de la salle et un de ses sénateurs apparait et livre un discours qui a été prononcé lors d’une session privée du sénat donc dont l’information aurait dû rester confidentielle. Le sénateur en question mentionne que l’Empire, grâce à l’esclavage, entre autres, réussi à avoir une production plus importante que la République et que financièrement, il est beaucoup plus puissant. Il est également fait mention que la République comme l’Empire ne peuvent se permettre une guerre sur deux fronts. Plutôt révélateur, non?

« Du coup tu vois. Tu, en tant que la personnification de la République, as besoin de pas mal de choses. Une d’elle étant de ne pas te retrouver en guerre avec le Consortium de Zann. De toi à moi, l’impératrice a un sale caractère mais même elle a gardé sa colère pour elle pour ne pas se retrouver en conflit armé avec ma faction. Tu pourrais, par exemple, demander que nous fassions plus d’actes de piraterie sur l’Empire que sur la République. Foutre le bordel dans leur économie. »


"Tout le monde a un prix."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leader de la République Galactique
Leader de la République Galactique
avatar
Messages : 93
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 30
Localisation : Dans mon bureau sur Denon

Feuille de personnage
Double Compte: Kassiopéa O. Silverstone
Armes: Pistolet-blaster (x2) & Lame de Gantelet (x2)
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pari à la corellienne (PV Eden K. Ravenswood) (Terminé) Dim 9 Oct - 21:57


Je reste debout et je patiente simplement. Je n'avais fait que lui demander pour m’asseoir. Ma réputation n'est plus à faire même si je viens d'être nommée Chancelière. Cela doit faire quelques semaines que j'ai été élue... Mais je ne dois pas me leurrer, je ne suis pas ici par hasard et il a peut-être des chances que la chef du Consortium ,se trouvant devant moi, se soit arrangés pour me permettre d'arriver jusqu'à elle. Je suis peut-être parano et méfiante mais tout peut se tenir. Il faut qu'on peut être entouré par de parfaits traitres et en général, ce sont ceux qui sont dans notre entourage. Je vais devoir être doublement prudente en sympathisant avec d'autres personnes. Mais je suis aussi quelqu'un qui donne des postes parce que je suis amis... Loin de là... Connaissant les dangers de mon poste, j'aurais même tendance à les en éloigner. Mais c'est peut-être parce que j'en ai pleinement connaissance. Tout comme Tyria devait faire avec moi, je la surveille ety cela me permet de l'analyser sous toutes ses coutures. Je suis prudente et je devais faire attention aux mots que je pouvais employer car ses mots pourrait un jour se retourner contre moi. Je suis assise et elle m'avait tendu mon verre de whisky corellien. Je le prends en main tout en tenant le regard envers Tyria. Celui ci n'est pas hostile mais il n'est pas non plus accueillant. Non, il est plutôt du genre neutre car Tyria n'est ni son alliée ni son ennemie et j'ai conscience du fait que cela peut changer n'importe quand. Le silence présent dans la pièce ne dure pas longtemps avant que la responsable du plus gros partie indépendant de la Galaxie ne prenne la parole.

Celle-ci met en avant le fait que je suis la représentante d'une nation qui essaye de se montrer unie mais ce n'est pas facile depuis que l'Empire a vu le jour. En fait, c'est difficile depuis la guerre des clones soit presque une vingtaine d'année. Comment peut-on prétendre à une paix si on ne fait que se tirer dans les pattes. C'est un détail dont je suis au courant et que j'essaye de dissiper depuis mon arrivée à la tête de la République qui est encore relativement récente. J'ai quand même eu un peu de mal à accéder à ce poste et je ne compte pas partir avant la fin de mon mandat. On peut bien entendu essayer de me tuer et même y parvenir mais je pourrais m'en aller la tête sereine et l'esprit libre car j'aurais fait mon maximum pour cette nation. Je regarde avec attention Tyria et je garde mon verre en main donc le fond se trouve sur mon genou le plus élévé puisque mes jambes sont croisées. Ma longue chevelure est attachée mais on peut en voir une partie puisqu'avec la lumière, elle ressort assez flamboyante. Cependant, je manifeste un sourire en coin lorsqu'elle parle de mes besoins personnels et ceux de la république. Après tout, elle m'avait demandé moi en tant que personne et non pas en tant que leader de la République.

« Ce n'est un secret pour personne. »

Silencieuse par la suite, j'attends la suite du discours. Je pense qu'elle a assez bien préparer son sujet avant de demander à me rencontrer en personne. C'est alors qu'elle active son holoprojecteur et je reste interdite comme si je n'avais rien à répondre. Je peux apercevoir un sénateur dont la tête ne m'est pas inconnue qui porte plutôt bien sa tenue de sénateur. Cependant, le fait que Tyria a ce genre d'holoenregistrement me prouve que la république n'est pas du tout sécurisée. Je vais donc devoir m'occuper de ce probléme en rentrant sur la nouvelle capitale. Je reste plutôt interdite et je ne dis rien tout en observant et écoutant de nouveau ce discours que j'avais déjà entendu lors de la dernière session privée du sénat. Par ailleurs, le fait qu'elle use de ça me tend à croire que je ne peux pas me fier à elle. Elle va donc devoir me prouver que je peux lui faire confiance et je n'accepterais pas n'importe quoi. Cela aurait pu mettre n'importe qui en colère ou même perturber mais en ce qui me concerne, cela ne me fait ni chaud ni froid. En apparence du moins. Je ne devais pas oublier que je suis en territoire qui peut rapidement devenir hostile par la suite. Je dois donc conserver mon masque et ma stature. C'est alors qu'elle m'expose son idée de pirater plus coté impérial que coté republique... Levant alors mon verre vers mes lèvres, je prends le temps de sentir l'odeur de ce whisky si caractériel que j'apprécie tant le temps de réfléchir à tout ça. Ne le portant donc pas à mes lèvres, je replace le verre sur mon genou dans ma main gauche avant de prendre la parole.

« En admettant que je vous le demande, qu'avez-vous à y gagner ? Ou plutôt, que voulez-vous en contrepartie ? »

Autant jouer franc jeu. Je ne parle pas d'accepter sa demande ou encore de la tuer de suite. Oh que non, je voulais voir ce qu'elle avait derrière la tête. Et pour le moment, elle me tend le tout sur un plateau d'argent. Même en admettant qu'elle aille dans ce sens, je peux aussi être surprise par d'autres coups bas que je n'apprécie pas. Lorsqu'on parle à un chef qui dispose d'autant de puissance, il faut savoir rester neutre mais aussi intéressée bien que ce dernier point me manque actuellement. Le Consortium n'est pas le seul regroupement que je peux contacter et j'ai aussi bien d'autres tours dans mon sac. Après tout, c'est elle qui a demandé à me voir donc autant que je la laisse exposé ses idées et envies avant de trancher. Pour le moment, bien qu'elle ait raison sur de nombreux points, je ne suis pas vraiment encline à lui accorder quoique ce soit. Trop risqué dans l'état actuel des choses. Foutre le bordel dans leur économie n'est qu'une conséquence mineure face à tout le reste.






Eden K. Ravenswood

Chancellor, she represents the Galactic Republic. A member Special Forces, she shares her weapons with the brothers. Corelian, she served with honor and pride. Long live the Republic ...





Dernière édition par Eden K. Ravenswood le Sam 3 Déc - 13:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef Suprême du Consortium de Zann
Chef Suprême du Consortium de Zann
avatar
Messages : 112
Date d'inscription : 24/11/2015

Feuille de personnage
Double Compte: Zan Kessler, Rudatankajarash Zanzamar et Darth Ignis
Armes: Rawk Chopped Special modifié
Alignement: Neutre
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pari à la corellienne (PV Eden K. Ravenswood) (Terminé) Lun 10 Oct - 0:17

De la méfiance ou de la prudence? Plusieurs confondent les deux mais dans le premier cas, souvent, il y a des relents de paranoïa. Et ça… Ce n’est par conséquent pas prudent. Du coup, Eden, c’est lequel des deux cas de figure? Considérant son passé de militaire, je vote pour la prudence. Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, je ne la prends pas pour une idiote ou quoi que ce soit du genre. J’ai du respect pour les gens qui partent d’un rien et qui finissent au sommet. Que voulez-vous, je suis une grande romantique, c’est tout moi ça. J’applaudirais même sa prudence si en ce moment elle n’était pas désespérément mal placée. En affaires, je ne suis pas du genre à tricher. Les contrats sont sacrés. C’est bien connu en fait, au sein du CDZ qu’une des pires offenses possibles, c’est de ne pas honorer son contrat. Très mauvaise idée ça.

Le CDZ est la faction du milieu. À une extrémité, l’Empire Galactique. À l’autre extrémité, la République Galactique. Pour le moment, ils n’ont pas le temps de se concentrer sur nous. Une guerre sur deux fronts serait suicidaire. Certains nous courtisent, d’autres négocient avec nous. Plus la guerre dure, plus je fais des profits, plus ça m’arrange. Évidemment, je ne peux pas dire à la chancelière que tant qu’elle et l’impératrice se tapent sur la gueule, je m’en mets plein les poches sans ME faire trop taper dessus. Je peux dire par contre ce que je ne cesse de répéter. Les affaires sont les affaires. Il n’y a rien de personnel là-dedans. Dans mon monde, tout se vend et tout s’achète. Si elle ne veut pas devenir client, soit. C’est elle qui sortira perdante quand l’Empire s’achètera davantage de services. Piraterie, sabotage, terrorisme, la totale.

Combien de convois de nourriture peux-tu te permettre de perdre, Eden? Combien de frégates médicales peuvent être sacrifiées face à des attaques pirates? Et si elle ne veut pas y aller avec des actions radicales, le CDZ contrôle plusieurs voies commerciales, des sortes d’autoroutes de l’hyperespace qui permettent de se rendre en divers endroit. Des droits de passage, ça se négocie. Ou alors des actions de contrebande. Acheminer du matériel sur des mondes assiégés en toute discrétion. S’il y a bien un service facile à corrompre dans l’Empire (et dans la République, mais chut), ce sont bien les douanes. Il y a toutes sortes de façons de faire des affaires en cette galaxie. Il suffit d’avoir un sens des affaires très développés, c’est tout. Et un manque total de scrupules mais chut. Ce sera notre petit secret, pas vrai? Je ne suis pas SI mauvaise que cela, franchement…


« Faut-il toujours tout réduire à l’argent? Évidemment. Et allons, Eden, nous sommes entre professionnels. Tu peux me tutoyer. Un des principes clés du Consortium de Zann, c’est que tout se vend et tout s’achète. L’Empire dispose d’un énorme portefeuille. Qu’est-ce qu’il pourrait bien acheter chez nous? Des esclaves? Des armes de destruction massive? Des secrets républicains? De la drogue? Oui, mais encore?

Des services! Piraterie, sabotage, terrorisme… Nous adorons l’argent, au sein du Consortium de Zann. Mais toi, qu’est-ce que nous pouvons t’offrir, exactement? Des accès à des routes hyperspatiales que l’Empire n’ose emprunter. Des convois de contrebande pour contourner les planètes sous blocus impérial pour ravitailler tes troupes. Des informations en tout genre. Le tout sans qu’on puisse remonter jusqu’à toi.

Je ne me fais pas d’idée, Eden. Jamais le Consortium de Zann ne va dominer, politiquement ou militairement, la Galaxie. Nous avons besoins de super puissances légitimes comme l’Empire ou la République pour exister. Je veux un gagnant à cette guerre. Qui? Pour le moment, peu importe. Je fais des affaires avec les deux camps. Tout se négocie. Tout se vend, tout s’achète. À toi de me dire si tu veux laisser l’Empire renchérir par-dessus toi. »


"Tout le monde a un prix."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leader de la République Galactique
Leader de la République Galactique
avatar
Messages : 93
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 30
Localisation : Dans mon bureau sur Denon

Feuille de personnage
Double Compte: Kassiopéa O. Silverstone
Armes: Pistolet-blaster (x2) & Lame de Gantelet (x2)
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pari à la corellienne (PV Eden K. Ravenswood) (Terminé) Sam 5 Nov - 16:03


On ne dirige pas une nation comme la République avec un vulgaire morceau de chiffon et on ne devient pas le leader en se tournant les pouces. On m'aurait dire quelques années en arrière comme quoi je finirais en haut de la hiérarchie, j'aurais bien rigoler mais il s'agit véritablement d'une réalité que je ne peux cacher à personne. Mon visage est connu et cela réduit beaucoup mes marges de manœuvres. Observant Tyria en face de moi, je garde mon verre à la main. L'expérience m'a toujours appris à me méfier de tout et de tout le monde. Et cela n'a pas arrêter de me servir jusqu'à aujourd'hui. Mal placée ? Peut-être mais je dois toujours veiller au grain car la sécurité des miens en dépend. Cependant, je ne doute pas que Tyria a d'autres idées derrière la tête car les convocations officieuses ne sont jamais là par hasard... J'ai donc toutes mes raisons de rester prudente. Après tout, je suis sur son territoire. Je dois donc modérer mon langage et réfléchir plusieurs fois avant de prendre la parole. Je ne suis pas une ignare et personne ne sait comment est réellement la leader du plus grand regroupement de crime organisé. Connaissant ma situation, je suis la mieux placée pour savoir ce que j'ai à faire. Et des décisions seront aussi prises depuis mon bureau. Mais je ne peux pas faire ça n'importe comment non plus et parfois, il faut savoir prendre des décisions sans demander l'avis du sénat qui est bien souvent lent et long à se décider. La preuve, la rotonde a mis plusieurs semaines à élire un nouveau chancelier donc les faits ne changeront jamais. C'est à moi de changer ça et de m'arranger pour que cela ne dure jamais éternellement car plus c'est long, plus le retard sera conséquent... Je déteste le retard même dans la paperasse du à mon rang.

Gardant mon verre en main, je reste neutre et calme devant celle qui pourrait frapper fort. La prudence est de mise et il n'y a pas qu'avec elle que je suis prudente. Parfois même avec certains des propres officiers. Les guerres ne se gagnent pas en émettant des théories mais bel et bien sur du concret. Et là-dessus, je suis bien placée pour le savoir. La guerre des Clones, je l'ai vécu tout comme j'ai vécu la bataille de Corellia et bien d'autre encore. Les militaires ont tord de me voir comme une vulgaire Chancelière car je suis l'une des rares chancelière à avoir un passif militaire. Les Conseillers pouvaient raconté des conneries aux autres mais certainement pas à moi. La guerre permet à certains groupe de faire du profit et c'est exactement ce qu'est le Consortium de Zann. Tyria le reconnaît elle-même, tout s’achète et tout se vend. Pour eux du moins. Elle met alors carte sur table et je l'écoute avec attention. Croisant mes doigts, je me mets à bouger l'index en tapotant ma main avec. Elle a raison, la République n'est peut-être pas aussi riche que l'Empire mais elle détient de nombreuses routes commerciales. C'est peut-être un bon début. Mais je ne suis pas dupe...

« Quel est votre intérêt à user des routes hyperspatiales ? Vous prétendez ravitailler mes troupes lors des blocus mais en dehors de ça ? »

Il y a et il y aura toujours un « mais ». C'est comme ça les affaires. Pour le moment, je ne suis pas convaincue par ses propos et je ne lui fais toujours pas confiance. Je ne me suis donc pas encore décider sur ce que j'allais faire avec le Consortium. Après tout, c'est à Tyria de me convaincre. Bien que je sois d'accord avec elle sur le fait que son empire du crime a besoin d'un camp plus grand et plus imposant pour cela. Cependant, cela veut tout dire. Elle veut un gagnant ? Le gagnant n'est pas prte d'arriver vu que les deux puissances sont en phase de l'ignorance mutuelle bien que cela ne durera pas. Mais je m'y prépare sans peine même si le sénat refuse toujours de voir la vérité en face. Cependant, le Sénat, j'en fais mon affaire. Après si les Sénateurs ne sont pas foutu de voir plus loin que leur nez, je ne peux rien faire pour eux. Cette trêve ne durera pas éternellement et c'est une parole de mon prédécesseur qui est restée gravée dans mon esprit car finalement, c'est entièrement vrai. Depuis ma prise de pouvoir, plusieurs planètes républicaines ont signalés des interventions impériales et j'ai du y mettre fin. Ma dernière opération en date a eu lieu sur Bothawui... Je savais ce que je voulais et éloigner les troupes impériales des frontières est une de mes actions qui prendra fin lorsque mon mandat sera terminé sauf si mon successeur décide d'allonger l'opération. Mais ce sera une opération longue et couteuse et même si c'est aisément dans les moyens de la République, je dois aussi faire attention au budget. Tout ne va pas à la Défense et j'ai d'autres pôles à préparer.  

« Certainement pas mais pas n'importe quoi... Dois-je en conclure que vous voulez quelque chose ?  »

Cela avait le mérite d'être clair. Actuellement, le Consortium vend des informations et cela va être à moi de lutter contre ce fléau. J'ai déjà quelques idées mais je dois contacter les Services d'Informations Stratégiques pour ça. Rien ne peut se faire d'un coup mais si les informations sont moins nombreuses alors je peux peut-être sécurisé les données de la République Galactique. La sécurité avant tout. Mais il y a bien d'autres souci qui m'oblige à revoir mes positions. Les priorités ne sont pas les mêmes et je dois sans cesse me tenir au courant de tout ce qui se passe. Absolument tout...






Eden K. Ravenswood

Chancellor, she represents the Galactic Republic. A member Special Forces, she shares her weapons with the brothers. Corelian, she served with honor and pride. Long live the Republic ...





Dernière édition par Eden K. Ravenswood le Sam 3 Déc - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef Suprême du Consortium de Zann
Chef Suprême du Consortium de Zann
avatar
Messages : 112
Date d'inscription : 24/11/2015

Feuille de personnage
Double Compte: Zan Kessler, Rudatankajarash Zanzamar et Darth Ignis
Armes: Rawk Chopped Special modifié
Alignement: Neutre
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pari à la corellienne (PV Eden K. Ravenswood) (Terminé) Sam 5 Nov - 21:35

« Oula je pense que tu as mal compris le sens de mes paroles. Je, donc moi, t’offres donc à toi, de te fournir les coordonnées de routes hyperspatiales que l’Empire n’utilise pas. Tu sais, pour éviter de te faire faire le coup de l’Interdictor qui vient faire un contrôle aléatoire, boucliers relevés et armes chargées? Je n’ai encore rien demandé et je ne compte pas demander tout de suite. C’est trop tôt voyons. »

Joues toi la neutre ma jolie. Je ne suis pas impressionnée et je ne suis pas pressée. J’ai tout mon temps. Tu crois vraiment que je t’aurais fait venir ici juste pour faire la conversation? Je suis ici pour faire des affaires. Ou on s’entend, on trouve un compromis et on en profite tous les deux ou je peux te garantir que tu ne vas pas aimer ce qui arrive quand on décide de m’emmerder. Je PERDS de l’argent, en ce moment, en lui donnant une chance de contourner, en un sens, les merdes pour lesquelles l’Empire me paie. Mais je ne fais pas ça par bonté d’âme. Elle le sait. Je le sais. Et je ne m’en cache très certainement pas. Elle pose les bonnes questions, si tant est qu’il y ait une bonne question à poser mais en même temps elle le fait avec tellement de méfiance qu’elle fait tout SAUF encourager de saines négociations. Et c’est un choix particulier.

Si elle veut des négociations agressives, je peux théoriquement lui en offrir. Mais les négociations agressives partent du principe qu’on est prêt à transformer la salle en champ de bataille et à y laisser des plumes. Nous sommes entre gens civilisés. Après tout, ma famille, les Zann, descend des huiles lourdes d’Anaxes. Il y a donc une part de noblesse en moi. Je ne suis pas « juste » une criminelle ambitieuse qui adore le fric. Je suis aussi suffisamment intelligente pour ne pas faire exprès de regarder mon prestige me monter à la tête. Ce n’est pas une diplomate. C’est la chancelière en personne. Alors je conduis mes négociations en conséquence. Le truc, par contre, c’est que ELLE négocie comme si j’étais une puissance mineure qu’elle peut se permettre de regarder de haut ou de travers. Allez. Pardonnons-lui cet écart… Pour le moment. Je peux me montrer magnanime.

Mais il ne faudrait pas abuser de ma bonne humeur du moment. Mais bon puisqu’elle veut tourner les coins ronds… Correction. Pas tourner les coins ronds. Entrer dans le vif du sujet. Donnons-lui ce qu’elle demande. Qu’est-ce qu’une femme avec mon influence peut bien vouloir, au juste? Partons du principe que la guerre se termine. J’ai utilisé mes ressources contre la République. Des gens vont vouloir obtenir vengeance. Justice, peut-être. Et la chancelière va devoir intervenir en ce sens. Du coup, JE risque de me retrouver en guerre avec elle. Et c’est mauvais pour les affaires. Très mauvais même. Alors je veux négocier une clause spéciale qui dit : ce qui s’est passé pendant la guerre reste dans le passé. On repart sur un tableau blanc. Parce que bon hein. Vous pensez vraiment que je vais empêcher mes gars de jouer avec la République? Ce serait con ça…


« Puisque tu veux tant rentrer dans le vif du sujet… Je veux une garantie. Une clause qui dit que ce qui se passe pendant la guerre reste dans le passé. Si la République gagne, on repart à zéro. Si mes gars sont assez cons pour aller attaquer tes convois, post guerre, là tu pourras vouloir ma tête. Mais si on reste sage dans notre coin, la flotte de la République ne va pas venir nous emmerder. C’est important ça, les garanties… »


"Tout le monde a un prix."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leader de la République Galactique
Leader de la République Galactique
avatar
Messages : 93
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 30
Localisation : Dans mon bureau sur Denon

Feuille de personnage
Double Compte: Kassiopéa O. Silverstone
Armes: Pistolet-blaster (x2) & Lame de Gantelet (x2)
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pari à la corellienne (PV Eden K. Ravenswood) (Terminé) Ven 24 Fév - 17:02

Pari à la Corellienne
Eden K. Ravenswood & Tyria Zann
Je savais très bien pourquoi j'étais ici. Je dois admettre que j'étais venue par pure courtoisie mais aussi curiosité. Cette Tyria m'intriguait et je cherche à comprendre ce qu'elle veut réellement. Je suis certes Chancelière de la république mais je ne suis pas décisionnaire. Je ne suis qu'une représentante et rien d'autre. J'ai été élue pour être le porte-parole de la République mais il va falloir que je me fasse plus discrète. Je dois montrer que je suis transparente mais révéler ça aux Sénateurs serait un coup à ce que l'Empire le sache. Pour moi, je m'en fiche mais ce serait pour Tyria que cela serait embêtant. Mais peut-être, est ce un moyen de concentrer ses agents sur la non-divulgation d'une potentielle « alliance » bien que cela ne soit pas le mot exact. Je reste assise avec mon verre à la main, j'observe la responsable du Consortium de Zann sans agressivité ou menace. Ce serait risqué de ma part alors que je suis en territoire de Zann. Mais je ne suis pas de ce genre et je sais où est ma place lorsque je me rends quelque part. Je ne négocie pas comme si elle était une personne mineure, je suis juste prudente et cela a toujours été ainsi. Noble ou pas, je me fiche de ses origines, je tiens juste à l'intégrité de la République mais aussi au bon respect des traités que je signe. Depuis le début de ma carrière, je me suis toujours arrangée pour que mes paroles soient respectées à la lettre sans le moindre écart. Si je venais à signer quelque chose avec elle, j'en ferais tout autant.

Je ne suis pas quelqu'un d'égoïste mais je dois veiller sur tant de monde. Au fur et à mesure qu'elle me reprend, je montre un sourire en coin. Non pas pour lui manquer de respect mais parce que je vois très bien où elle veut en venir. Très bien, si c'est ainsi. Je vais donc la faire attendre pour savoir ce qu'elle veut exactement. Je n'apprécie pas qu'on me cache des choses, surtout lorsqu'on essaye de parler sur un éventuel traité qui peut changer la donne. Je ne suis pas pressée et j'ai tout mon temps. Me concernant, je sais exactement ce que je fais et je sais où j'en suis. Ce qu'elle m'a montré n'est qu'une façade de ce que je prépares. Non, je ne comptes pas faire comme l'ancien chancelier car ce n'est absolument pas mon trip de me la jouer avec la Force. Je reste silencieuse mais tout se multiplie dans ma tête. Je suis à la fois une guerrière qu'une diplomate et même si je n'ai pas toutes les notions nécessaires, je m'adapte sans me poser de questions. Mais il semblerait que je saches très bien jouer avec les mots mais aussi faire tourner les choses à ma façon. Tyria entre enfin dans le vif du sujet et je l'écoute sans broncher. Je suis peut-être une invitée de marque mais je ne suis pas du genre à me laisser faire autant.

« - Des garanties que vous ne pourrez jamais obtenir de manière définitive. Mais il ne s'agit pas là de ma volonté. Jouons franc-jeu... La République n'est pas comme l'Empire qui dispose d'un représentant et chef à vie... Je peux m'en assurer durant mon mandat mais une fois celui-ci terminé, je n'aurais plus mon mot à dire même avec une clause... On ignore combien de temps peut durer une guerre... »

Je connais l'histoire et je sais que de nombreux Chanceliers ne respectaient pas les clauses et traités signés par leur prédécesseurs. Ce fut notamment le cas du Chancelier Janarus ou encore Saresh il y a plus de trois milles ans. Plus récemment, je pourrais citer Sheev Palpatine... Il a fait croire qu'il voulait le bien de tous et cela s'est transformé en génocide. Et ça, c'est une chose que j'ai vu de mes propres yeux. Terminant mon verre simplement, je reste neutre. Pour le moment, je n'ai nullement lever les impôts et j'ai mis mon nez dans les affaires des sénateurs en les obligeant à payer leur impôts. Bien que les trois quart le font comme tous citoyen, ce n'est pas le cas de tout le monde et dés que cela arrive, j'ai le réflexe de retirer l'immunité diplomatique afin de permettre un passage en justice. Il en va de même pour les ambassadeurs qui se présentent sur les territoires républicains. Le jour où cela m'arrivera, et cela m'est déjà arrivé, cela sera aussi valable pour moi. Lorsque j'ai été envoyée sur Denon en tant que Sénatrice de Corellia, j'ai été arrêtée par les Forces Spéciales pour y être juger. Pas de chance pour eux, j'ai été blanchie et je n'ai de toute façon jamais rien eu à me reprocher. En parlant de ça, qui me dit qu'elle n'enregistre pas la conversation pour ensuite la révéler à la Galaxie ? Je reste prudente car je m'attends à absolument à tout.

« - Vous n'êtes pas la seule à chercher une sécurité pour ces hommes mais c'est à vous de savoir contenir les votres. Les miens se tiennent pour le moment tranquille mais cela peut changer n'importe quand que cela soit pour vos hommes ou pour les Impériaux... Vous jouez sur deux fronts, Zann... »

Il ne s'agit pas d'une menace et je n'ai même pas le ton pour. Je ne crains pas les menaces et je n'en donne jamais. Sauf si je suis certaine de faire tomber les têtes et pour le moment, cela n'est jamais arriver. Cependant, il y a une expression qui dit qu'il ne faut jamais dire jamais et je n'ai pour le moment pas eu besoin de le faire. On peut me prendre pour une abrutie mais c'est loin d'être le cas. Je suis prudente et je ne menace personne. Jusqu'à maintenant, la République n'a fait que riposter et assurer la sécurité intérieure. Depuis la mort de Palpatine, les deux factions s'ignorent et n'agissent qu'en petite frappes localisées mais sans plus. Mais je sais que la guerre est imminente et j'ai encore beaucoup de boulot. Posant le verre sur la table, je reste neutre et je l'observe avec attention. Loin de vouloir attirer ses foudres, je reste calme et je montre bien que je ne cherches pas la guerre.

« - Nous ne sommes pas à l'abri d'éléments perturbateurs... J'ignore ce que vous avez assurer à l'Empire mais votre double jeu ne fera qu'attirer des problèmes dont j'ai guère le luxe de m'occuper. Cela ne veut pas dire que je refuse mais si vous ne jouez pas franc-jeu avec moi, cette discussion risque de se terminer aussi vite qu'elle aura commencé »

Je ne m’inquiète pas trop sur ce qu'elle a pu promettre à l'Empire mais je finirais par le savoir. Après tout, je dispose d'un réseau d'espion les plus efficace de la galaxie à l'heure actuelle. Je ne le saurais peut-être jamais mais il sera devinable. Je ne m'inquiète donc pas en outre mesure de ça. Un dicton dit bien que tout ce qui est secret finit par se savoir. C'est ça que je sais ce que je fais. Je ne comptes pas dissimuler cet entretien aux miens. Loin de là. J'ai des devoirs envers mon peuple et je n'ai pas le droit de les exclure des négociations que je mène pour assurer leur arrières et leur sécurité. D'ailleurs, si je dois signer quoi que ce soit avec le Consortium, un référendum sera mis en place car après tout, je suis la représentante du peuple républicain et non pas un pantin du Sénat...




Eden K. Ravenswood

Chancellor, she represents the Galactic Republic. A member Special Forces, she shares her weapons with the brothers. Corelian, she served with honor and pride. Long live the Republic ...





Dernière édition par Eden K. Ravenswood le Sam 18 Mar - 21:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef Suprême du Consortium de Zann
Chef Suprême du Consortium de Zann
avatar
Messages : 112
Date d'inscription : 24/11/2015

Feuille de personnage
Double Compte: Zan Kessler, Rudatankajarash Zanzamar et Darth Ignis
Armes: Rawk Chopped Special modifié
Alignement: Neutre
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pari à la corellienne (PV Eden K. Ravenswood) (Terminé) Ven 24 Fév - 21:00

« Je joue peut-être sur deux fronts mais je ne suis en guerre avec personne. Toi, tu es en guerre avec l’Empire et on négocie pour t’éviter qu’un deuxième front ne s’ouvre, c’est-à-dire contre le CDZ. Tu as donc tout intérêt à négocier avec moi. Tu veux que les choses soient franc jeu? C’est le cas. Entrer en guerre ne me dérange pas. Je suis en train de TE rendre service, au cas où tu ne l’aurais pas remarqué. »

Je ne suis pas stressée. Je sais comment la République fonctionne. Le fait est, c’est elle la chef d’état. Oui, elle va devoir le faire passer devant le sénat et oui elle est sous mandat. Ceci dit… Manipuler les élections ça se fait. Tricher le système, on le fait tout le temps. Alors si je veux qu’Eden reste chancelière, je sais qui corrompre et qui intimider pour que les choses se fassent. Ce ne serait pas la première fois que je manipule un gouvernement. Je sais, je sais. C’est beaucoup plus compliqué de manipuler quelque chose à l’échelle galactique. Et dispendieux. Horriblement dispendieux. C’est une opération qui serait colossale à mettre sur pied, à diriger et même à garder en un seul morceau. Il faudrait faire pression sur des dizaines de sénateurs et faire assassiner les incorruptibles… Un cauchemar logistique quoi. Mais s’il le faut… Je le ferai.

Si je peux couvrir mes arrières avec une entente avec la République, cela veut dire que je pourrai parfaitement continuer de faire ce qu’on fait tout le temps : jouer double jeu. L’Empire nous paie pour faire un mauvais coup à la République et nous utilisons cet argent pour financer une opération pour les partisans de la démocratie galactique. Réparer autant de dégâts qu’on en cause, au fond. Je ne dis pas que c’est honnête. Loin de là. Mais ça permet de rester en termes relativement bons avec les autres. Je vise profit. Je vise efficacité. Moi, la politique, je m’en fous. Qui gagne, qui perd, quand ce merdier sera finit il faudra pacifier des populations, tenter de limiter le désordre. Et si vous ne voulez pas que je profite de ce bordel futur, il va falloir négocier avec moi. Vous pensez vraiment que le perdant va juste accepter sa défaite et se tenir tranquille?


« Soyons sérieuses, Eden. Tu es la chancelière et en temps de guerre, on remplace rarement un chef d’état qui fait du bon boulot. Tu devrais garder ton poste jusqu’au bout. Et puis du reste… Je n’ai pas besoin de te dire ce que moi je suis prête à faire pour garder ma clause avec toi valable. Les politiciens sont autant de pantins avec des faiblesses à exploiter. Tout le monde a un point faible. Ou un prix. Tout le monde.

Je suis une femme d’affaire et une chef d’état. Je veux le meilleur de toutes les situations qui passent à portée de main. Tu ne veux pas t’engager avec moi, ça te regardes. Quand l’Empire m’enverra foutre le bordel chez vous, tu ne pourras pas dire que je ne t’ai pas tendu la main. Si ton sénat vote une guerre contre le CDZ, tu porteras la responsabilité d’avoir raté une occasion d’éviter l’ouverture d’un deuxième front. Moi?

Avec ou sans toi je vais m’enrichir et prospérer. Le truc, je préfère me faire des partenaires d’affaires et des alliés que des ennemis et des rivaux. J’ai la Guilde des chasseurs de primes dans ma poche, une entente avec l’Empire qui va m’éviter de me retrouver avec ses flottes au cul… Reste la République à approcher. Tu es la dernière sur ma liste parce que je savais que c’est ce qui demanderait le plus de travail. »


Ça ferait trop plaisir à cette garce de l’Empire que je me retrouve en guerre avec la République et elle ne serait que trop contente de tenter de renégocier notre entente. Personnellement, je ne compte pas lui donner cette satisfaction. C’est une psychopathe. Une dangereuse psychopathe. Je ne lui fais pas confiance et je suis la criminalité à l’état pur. Si je ne fais pas confiance à quelqu’un, c’est qu’il y a de sacrées raisons de s’inquiéter. Après, l’offre est sur la table et je ne vais pas me répéter. Si la chancelière ne comprend pas le basique, c’est son problème. J’ai dit ce que j’avais à dire, maintenant on négocie ou alors la porte, elle est là, au fond de la pièce. On ne va pas tergiverser pendant mille ans, ce n’est pas une session du sénat ici. J’aime mes négociations relativement courtes mais surtout, productives. Le temps c’est de l’argent quoi!


"Tout le monde a un prix."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leader de la République Galactique
Leader de la République Galactique
avatar
Messages : 93
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 30
Localisation : Dans mon bureau sur Denon

Feuille de personnage
Double Compte: Kassiopéa O. Silverstone
Armes: Pistolet-blaster (x2) & Lame de Gantelet (x2)
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pari à la corellienne (PV Eden K. Ravenswood) (Terminé) Sam 18 Mar - 22:20

Pari à la Corellienne
Eden K. Ravenswood & Tyria Zann
J'arque alors un sourcil... Ai-je bien entendu ? Serait-elle en train de menacer la République. En train de me rendre service ? La bonne blague quand même. Surtout qu'elle est limite en train de me déclarer la guerre. Si je n'étais pas en discution pseudo-diplomatique, je serais en train de rire. Elle me déclare la guerre et elle fait ça pour m'éviter de jouer sur tous les fronts. C'est un peu trop facile et elle n'a pas à materner. Je n'ai rien de familier avec elle alors pourquoi devrais-je lui faire confiance. Elle joue un double jeu dangereux mais je ne l'a laisserais pas se mêler de mes affaires aussi facilement et je ne suis pas du genre à céder sous la menace. C'est mal me connaître. Pour le moment, je reste calme même si j'ai envie de lui rire au nez. Mais je ne devais pas oublier que je suis actuellement sur son territoire et qu'elle pourrait m'empêcher de repartir. Je réfléchis en silence en faisant attention à ce qu'elle me dit. Mais pour le moment, je serais plus tenter de mettre un terme à cette discussion. Elle pense tout savoir sur la République... Grand bien lui fasse mais elle n'est pas au bout de ses surprises. La République Galactique est peut-être récente mais pas ce qu'il y a derrière et ce n'est pas une chef d'organisation criminelle qui va m'apprendre à diriger les miens et qui plus est un Sénat véreux. Le Consortium s'imagine avoir les yeux partout mais c'est là qu'il se trompe. Ils sont là où je veux qu'il soit. Leur présence sur mon territoire ne dura pas très longtemps. Le ménage sert à ça... Et je sais déjà comment m'y prendre.

Terminant mon verre, je pose celui-ci sur la table avant de faire semblant de réfléchir. Je savais déjà quoi faire et j'appuie sur un de mes brassards pour prévenir mon garde du corps que je m'apprête à partir. Je n'ai plus rien à faire ici. Me retournant, je prends alors mes affaires calmement avant de me lever. Pour moi, la discussion est close même si je dois encore apporter une réponse à celle-ci. Réponse qu'elle n'aura pas ce soir. J'ai encore quelques détails à voir avant de lui apporter ma réponse. Ce qu'elle n'a pas l'air de comprendre, c'est qu'elle peut tenter ce qu'elle veut, elle ne parviendra pas à ébranler la République en raison des décisions anciennes du Conseil Restreint dont les décisions ne sont pas trouvables au sein de la République. Ces informations ne sont détendues que par des personnes qui ne sont pas trouvables même par des espions infiltrés pour la simple et bonne raison que le complexe où elles se trouvent ne figurent sur aucune carte et toutes les cartes ont été supprimées sur ordre de ce même Conseil. En outre-mesure, je ne m'inquiète pas de leur sécurité... Mais je devais aussi me renseigner auprès de mes alliés fiables. Et le CDZ est loin d'être fiable. Je ne fais pas confiance à cette chef d'état et encore moins à son groupe. Après tout, elle le dit elle-même, elle cherche à s'enrichir...

Me relevant, je place simplement mes affaires sur moi avant de poser mes yeux sur la chef cinglée du consortium de Zann. Car c'est ce qu'elle. L'Empire lui roulera dessus et je ne compte pas lui apporter un coup de main. C'est pour cette raison qu'elle cherche à négocier avec la République. Je suis loin d'être un de ces bureaucrates bidons sans expérience et elle ne pourra pas m'avoir comme ça. Elle a tenté de me brosser dans le sens du poil ainsi que me proférer des menaces mais aucune des deux méthodes fonctionnent sur moi. Je ne suis pas du genre à me laisser piéger par l'appât du gain. Levant ma main en direction de Elios, je lui fais signe avant de prendre la parole.

« - Je vais réfléchir à votre proposition. J'ai encore certaines choses à faire de vous donner mon verdict... Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, j'ai des obligations à réaliser... Merci pour l'invitation et je vous souhaite une bonne soirée... »

On est jamais trop prudent. Mais pour ma part, mon choix est déjà fait. De ce que j'en sais, la République peut aisément tenir sur deux fronts. Ce qui n'est pas forcement le cas du CDZ et agir sur les deux ne me posent absolument aucun problème. Tout le monde s'imagine pouvoir me berner mais beaucoup ignorent mon passé et même si la République est en guerre, il n'y a eu aucun affronts directs entre l'Empire et la république. Peut-on parler de guerre dans ce cas ? C'est à voir. Je sais que l'Empire finira par frapper d'un coup de massue mais je serais là pour les cueillir lorsqu'ils s'y attendrons le moins. Toujours se méfier du dragon krayt dormant comme dirait l'expression. Cela tombe très bien, on me surnommait Krayt pendant mes années aux FSR avant que Sheev Palpatine ne les dissous pour avantager son Empire. En tant que Chancelière, j'ai quelques projets qui m'attendent sur le feu et j'ai hâte de les exposer au Sénat voir pas du tout. Ce serait plutôt l'état-major et la probabilité qu'elle dispose d'un espion au sein de mon état-major est équivalent à zéro pourcent. Aucune archive, aucun enregistrement, aucune communication... C'est l'isolement lors des réunions de l'E-M. Mais ce sont des sécurités plus que nécessaires. J'incline alors ma tête avant de faire demi-tour. Je m'approche d'Elios simplement tout en conservant un visage neutre et un ton calme.

« - Elios... »

J'hoche la tête et il comprend vite le message. Il était debout et me confirme le hochement de tête. Saluant une dernière fois la chef du CDZ, je finis par quitter les lieux sans attendre plus longtemps. J'aurais un avis sur la question lorsque nous serons sur ma petite navette. Plus tôt nous partirons et plus tôt, je serais fixée sur les véritables intension de Tyria Zann même si je les vois venir comme un pif au milieu de la tronche. J'ai respecté mon hôte et les règles de la bienséance, je ne vois donc pas pourquoi je serais retenue. Je dis à Elios de rester prudent. Zann a probablement plus d'un tour dans son sac et je peux anticiper beaucoup de chose. Libre à elle de ne pas faire cette erreur car si je dois tuer ses hommes de mains pour passer, je le ferais sans hésiter. Je ne suis pas stupide au point de venir sans arme et sans garde du corps. Et cette fois, c'est elle qui risque de se mordre les doigts...



Spoiler:
 



Eden K. Ravenswood

Chancellor, she represents the Galactic Republic. A member Special Forces, she shares her weapons with the brothers. Corelian, she served with honor and pride. Long live the Republic ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef Suprême du Consortium de Zann
Chef Suprême du Consortium de Zann
avatar
Messages : 112
Date d'inscription : 24/11/2015

Feuille de personnage
Double Compte: Zan Kessler, Rudatankajarash Zanzamar et Darth Ignis
Armes: Rawk Chopped Special modifié
Alignement: Neutre
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pari à la corellienne (PV Eden K. Ravenswood) (Terminé) Dim 19 Mar - 0:59

Eden K. Ravenswood. Aussi facile à berner que l’impératrice. Toutes les deux pensent pouvoir écraser le Consortium de Zann. Toutes les deux se disent qu’il n’y a que deux puissances dans la galaxie. Toutes les deux sont aveugles au fait qu’il y a une troisième superpuissance et cette superpuissance, c’est moi. Je le savais. J’aurais pu le parier : l’une comme l’autre sous-estime les forces sous mes ordres, nos ressources et le reste. Elles voient encore le crime comme la parodie de ce qu’il aurait dû être sous les Hutts. Ils ignorent tout de la réalité car même si ces deux factions veulent nous envoyer des espions… Notre état-major, mon conseil, sont des cibles inatteignables. Vous pensez vraiment qu’on survit dans le crime en étant imprudent? Elles voient ce que je veux qu’elles voient. Une organisation qui a l’air être dirigée par un chaos pur.

Je sais très bien qu’elle n’acceptera aucune alliance. J’ai fait exprès de pousser la discussion dans ce sens. Je veux qu’elle me croit instable, qu’elle pense que j’ai besoin d’elle. Un écran de fumée derrière lequel se dissimuler pour mieux frapper. Je dois me retenir de ne pas éclater de rire. Elle s’est fait berner, manipuler en pensant garder l’avantage, en pensant que j’ignore à qui j’ai à faire. La chancelière est une personne redoutable. N’importe qui avec une tête sur les épaules vous le dira. Tout comme l’est l’impératrice. L’une dirige d’une main de fer sans compromis, l’autre essaie de tout garder uni par ces mêmes compromis. Je ne sous-estime ni une ni l’autre. Au contraire. Ceci dit, le CDZ peut parfaitement tenir une guerre sur deux fronts pour une raison simple. Au même titre qu’on ne peut tuer la peur et l’espoir, on ne peut tuer le crime.

Nous sommes partout, sans vraies bases fixes, une multitude de cellules implantées sans forcément de liens entre elles. Des sous-contractants qui opèrent à la grandeur de la galaxie pour venir renforcer notre présence officielle. Nous tenons plus de mondes à la gorge que vous ne le suspectez. Elles me font rire, ces deux femmes. Elles aiment regarder le CDZ de haut mais elles oublient 0 BBY. Pendant plus de vingt-quatre heures, tout ce qui est holonet a été mis entière hors service par le CDZ. Nous avons paralysé une partie des activités de la République et de l’Empire à la grandeur de la galaxie. Et c’est justement le fait qu’on nous sous-estime qui fait notre force. Le jour où on nous prendra au sérieux, d’une part je serai la première surprise et d’autre part, ça va vouloir dire qu’il faudra négocier pour de vrai. Pas pour de faux comme je viens de le faire.


« Oh arrêtes de mentir, nous savons toutes les deux que tu ne signeras aucun accord avec moi. Garde tes beaux mensonges pour le sénat. Tu peux feindre tant que tu veux, abandonner ainsi la table des négociations ne fait que prouver mon point. En passant… Merci ma jolie. Tu viens de me faire gagner un pari. Bon retour sur Denon et comme le dise les Talortais : puisses-tu vivre des temps intéressants. »

Je ne me lève pas pour la raccompagner et je la laisse partir comme une grande. Je me permet de vous éduquer un peu, considérant que la race des Talortais est à toute fin pratique éteinte et que c’est une des races les plus mystérieuses de la galaxie. À moins qu’Eden soit fan de cultures mortes et d’études obscures en xénosociologie, elle ne connait pas la phrase que je lui ai citée, plus exactement son sens profond. Ça a l’air tout gentil et plein d’espoir, pas vrai? Et bien non. En fait, c’est une malédiction. Pour les Talortais, c’est par le défi que tout se vit. Des temps intéressants, c’est la maladie, la ruine, la mort, les catastrophes. Comment vivre, survivre quand tout s’effondre autour de vous. Et c’est parfaitement de circonstance. Eden a avalé non seulement l’appât mais également la canne à pêche au complet et l’embarcation. Je jubile. Pourquoi?

Parce que je n’ai plus aucune raison d’y aller mollo sur les cibles républicaines. Parce que je sais pertinemment que je vais pouvoir m’enrichir encore plus. Quel dommage. Non mais vraiment, quel dommage. Elle avait une occasion en laisse d’accomplir avec l’Empire un coup de maitre : museler le CDZ. Réduire nos possibilités d’action d’au moins 50%. Mon entente avec les impériaux stipule que tout membre du CDZ assez stupide pour s’attaquer à eux est automatiquement désavoué et offert en cadeau à l’Empire. Dit autrement : je ne peux plus attaquer l’Empire sans passer par des stratagèmes vraiment élaborés (ou de voler des tas d’uniformes des soldats et milices de la République et de leur faire porter le chapeau, ce que je fais sur une base régulière). Si Eden avait signé, elle me privait de toute possibilité d’actions contre la République, sans recourir à ces mêmes stratagèmes.

Si je ne peux plus attaquer ouvertement ni l’Empire ni la République, les deux vont alors demander que je contribue différemment à l’effort de guerre, ce qui aurait fait une énorme hémorragie dans mes finances. Compensation monétaire, vous comprenez? Le champ d’action du CDZ aurait été tourné contre les mondes neutres (le crime aurait continué sur les planètes de la République et de l’Empire mais avec une envergure réduite), ce qui veut dire moins de contrats, moins de butin donc plus de difficulté à garder ce tout plus ou moins cohérent ensemble. Et là, cette merveilleuse, merveilleuse ahurie vient de faire exactement ce que je voulais qu’elle fasse : refuser de signer. Ce qui veut dire que maintenant, je vais pouvoir rouvrir les négociations avec l’Empire, faire encore plus de gains… Et ultimement ressortir encore plus puissante. C’est super!

Et dire que cette femme est supposée être une fine stratège… Bah voyons. Une fois partie, une porte dérobée s’ouvre et en sort Urai Fen. Il n’est jamais bien loin et si c’est le cas, comptez sur lui pour rappliquer de nulle part. Comme d’habitude, il ne dit rien et son visage est inexpressif. Peu importe. J’ai suffisamment de Lorrdiens sous mes ordres pour être devenue experte du langage cinétique et du non verbal. Eden m’en a appris bien assez et mon sourire ne fait que s’agrandir quand mon plus fidèle allié dépose sur mon bureau un credstick. Dessus, le montant de notre pari. Il me regarde, l’air de dire : comment tu pouvais savoir. Je le regarde l’air de dire « c’est pour ça que c’est moi la patronne et pas toi ». Je l’invite à s’asseoir, ce qu’il fait promptement. Son regard est fixé sur la porte, comme si Eden allait revenir et changer d’avis. Bah voyons.


« Et vlan dans les dents, Urai. Je savais qu’elle ne signerait pas. C’est ce qui est marrant. La chancelière et l’impératrice avaient l’occasion de faire de la troisième super puissance galactique une menace du passé mais ça voudrait dire se battre avec les mêmes armes. Je savais qu’elle refuserait. Qu’elle ferait comme les autres et me sous-estimerait, nous sous-estimerais. L’Empire va savoir que nous avons négocié, bien sûr…

Car je veux qu’ils le sachent. Je veux recevoir cet appel de la souveraine impériale en colère qui me demande à quoi je joue. Enhardie par cette découverte, elle va vouloir renégocier notre entente et elle ne va que creuser davantage sa propre tombe. Oh nous n’allons rien faire contre elle mais disons que nous allons nous donner les moyens de rester avec un superbe jeu… Quitte à tricher en se donnant de meilleures cartes. »


Pari à la corellienne : Remporté haut la main par Tyria Zann!


"Tout le monde a un prix."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pari à la corellienne (PV Eden K. Ravenswood) (Terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lick Me [Eden & Luce] -TERMINÉ
» De chefs de gang à chefs d'entreprise: pari tenu
» Une journée éprouvante [PV Eden]
» Mickaël Eden
» Dimitri Payet (by Eden-Hazard)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Résurgence :: Bordure Médiane :: Nar Shaddaa-
Sauter vers: