AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Dante Garvan, Grand Maître Jedi au coeur meurtri...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
 Grand Maître Jedi
 Grand Maître Jedi
avatar
Messages : 326
Date d'inscription : 24/11/2015
Age : 31
Localisation : Temple Jedi de Coyn

Feuille de personnage
Double Compte: Elios Albireo / Medlinya Linaewen
Armes: Sabre laser à lame argenté, sabre laser simple à lame azurée (inutilisé), katana en Songsteel
Alignement: Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Dante Garvan, Grand Maître Jedi au coeur meurtri... Dim 1 Mai - 10:47


"Que la Force soit avec toi."



» Etat Civil





• Nom/Prénom : Garvan Dante
• Surnom : Maître Garvan, Varnas (surnom donné par les Coynites)
• Âge : Inconnu, mais en paraît physiquement la trentaine
• Sexe : Masculin ♂
• Espèce : Sephi/Firrerreo

» Caractéristiques





• Groupes : Jedi

• Rang : Rang V, Grand Maître Jedi

• Pouvoirs :

Niveau 1/2/3/4 :

Tous

Pouvoirs Hors Quota :

• Traduction de Force
• Télékinésie
• Télépathie
• Empathie de Force

• Inventaire :

Armement :

En tant que Jedi à part entière, Dante possède naturellement un sabre laser. Ce dernier est toutefois assez particulier car à la différence de bon nombre de ses pairs, le manche de son sabre est entièrement recouvert de cuir noir, laissant pourtant apparaître, un manche métallique. Une attache de duracier complète une ses extrémités. Sobre, son sabre possède toutefois une particularité bien à lui : son cristal. Ce dernier provient d’une lune tournant autour de Kashyyyk, lorsque Dante l’utilisa pour la première fois, il fut étrangement étonné par la couleur de sa lame : Argenté ("Comme les jets d'eau de la Salle aux mille fontaines de Coruscant").

Un autre sabre est entré en sa possession il y a bien des années, toutefois, il ne l’utilise jamais, et ce, pour diverses raisons que le Grand Maître Jedi préfère taire. Sa lame est d'un bleu azurée.

Enfin, Dante manie avec une dextérité immense, une épée ressemblant à un katana démesuré, dont la lame, fait en Songsteel est extrêmement résistante. Cette arme, dont le manche est entièrement noir, arbore simplement une garde argenté.

Outre cela, il lui arrive parfois d’utiliser des dards Jedi, et encore plus rarement encore, un blaster. Mais cela ne lui est arrivé qu’une seule et unique fois.


Armure :

A la différence de bon nombre des Jedi, Dante se refuse à porter la bure habituelle brune. Lui préférant une armure de cuir et de métal de sa fabrication. Ne la quittant presque jamais, cette dernière est de teinte noire et argent, rajoutant ainsi donc au parallèle de ses cheveux.
Deux plaques juxtaposées lui protègent les épaules, et deux ceintures de cuir lestent son torse. Caché par cette tenue, sa prothèse passe pour être un bras habituel.

Malgré tout, en cas de besoins exceptionnels, voir d’appels de la part du Conseil à son égard, il change sa tenue pour une bure violine, voir brune, mais cela est de plus en plus rare.

• Vaisseau : Le Karma : Transport long-courrier de Classe Delaya basé sur les plans du Sungem.

• Alignement : Lumineux

• Planète d'origine : Thustra

• Physique :

Physiquement Dante n'est pas des plus imposant. Pourtant, derrière ces longs cheveux d'argent, un visage fin dessine les traits du grand Maître Jedi. Celui dont le regard d'un bleu turquoise se plonge dans le vôtre avec un calme immense. A la manière d'un oiseau au plumage aussi noir que l'ébène, Dante arbore un visage relativement impassible, ses lèvres sont fines, son nez droit termine un visage au sourire amusé. Mesurant près de 180cm, sa stature ne fait pourtant pas de lui un des plus grands Jedi de l'histoire. Seule sa tenue le fait remarquer presque immédiatement. Tout de noir et d'argent vêtu, sa démarche calculée tout autant que mesurée rajoute à son charisme.

Mais parlons un peu plus de Dante… Plus précisément de ce qu'il dégage. Sa chevelure retombe en de cascades brillantes sur ses épaules et dans son dos, de part et d'autre de son visage, deux mèches cernent son regard, et, tandis que l'argent se mêle à l'obscure noirceur de sa tenue, les sangles qui lui enserrent le torse rajoutent à sa musculature. Entraîné depuis son plus jeune âge, le Jedi, possède les traits si particuliers de ses parents. De sa mère, une Firrerreo, il détient la couleur de ses cheveux, de son père, un Sephi, sa stature et son charisme. Car oui, malgré son apparence humaine, Dante est un sang-mêlé…

Pourtant, ce qui peut sembler choquant au premier abord, n'est autre que son bras gauche. Puissant, mécanique… Cette prothèse dont il garde encore les séquelles, et la douleur, n'est que très rarement mise en avant. Les manches de cuir noir de son manteau retombant sur elle, enserrant ses poignets d'anneaux de duracier. Sur sa ceinture, on peut y lire une inscription, la langue qui fut utilisée date des temps les plus anciens, et peu son ceux qui en connaissent encore la signification. Lui-même préfère feindre l'ignorance.

Outre sa tenue habituelle, lorsqu'il s'entraine, Dante dévoile un corps meurtri par les combats et les entrainements au sabre laser. Sa prothèse, greffée au niveau de son épaule gauche, plante ses circuits dans son omoplate et pénètre sa chair. Plusieurs cicatrices apparaissent aussi dans son dos. Si un jour vous aviez la chance de voir au-delà de ce qu'il montre, vous pourriez observer une chose que le grand Maître Jedi cache au plus profond de lui-même. Dissimulé non loin de son second sabre laser, celui qu'il s'est juré de ne jamais utiliser… Et pendant au gré de ses mouvements, accroché à sa ceinture argentée ; un pendentif représentant une aile. Quelques plumes, quelques cristaux d'un vermeil flamboyant… Rien de plus, rien de moins. Il se souvient d'elle, lorsque ses doigts passent nonchalamment sur ce symbole, et qu'il réfléchi, perdu dans ses pensées.

Et c'est les bras tendus le long de son corps que Dante apparaît le mieux, calme, impérieux, entièrement habillé de noir…

• Caractère :

Moralement parlant, Dante est le plus pur produit de l'Ordre Jedi. Calme, réfléchit, ne se laissant jamais envahir par ses sentiments, il reste perpétuellement froid, à la limite de l'austérité. Malgré ces devants à la fois laconiques et altruistes, se cache un homme meurtri par ses propres actes. La tristesse qui s'évertue à rester dans son cœur n'est autrement maintenant que par l'espoir éternel que de revoir un jour celle qu'il aime par-dessus tout. Car oui, Dante est un Jedi qui s'offre le bonheur d'aimer. Chose qu'il avait osé faire il y des années de cela. Malgré leur séparation, et sa disparition, le Grand Maître Jedi garde au fond de son cœur la foi en leurs retrouvailles.

Grand humaniste, il ne considère personne comme inférieur, bien au contraire. Chacun est l'égal de l'autre, considérant que tout être vivant possède une raison d'exister dans ce monde. Il se confrontait régulièrement aux paroles du Conseil Jedi avant la mission "Installation Zéro", chose qui l'empêcha de devenir Maître à son tour. N'acceptant que très peu l'injustice, Dante préfère l'Ordre et la discussion à la violence gratuite. Excellent diplomate, il ne dégaine son sabre laser qu'en cas d'extrême nécessité. Pour lui, la parole est la meilleure des armes, et surtout la plus dangereuse si cette dernière s'avère être utilisée avec candeur.

La pureté de son cœur n'a d'égal que le respect qu'il porte pour la Force et ses représentants. Philosophe et intellectuel, son perpétuel désir de connaissance en a fait un gardien d'holocrons. Ainsi, sa demeure sur Coyn garde de nombreux secrets ancestraux. Toujours prêt à en faire part à ses pairs autant qu'à ceux qui possèdent un cœur rempli de compassion, le Grand Maître Jedi offre son savoir à celui ou celle qui lui pose une question.

Sa sagesse, sans atteindre celle du Grand Maître Yoda à son époque, dépasse largement celle des Jedi habituels. Pragmatique, il sait quand le moment s'offre aux combats. Son esprit est pourtant celui d'un guerrier, et ce, malgré le fait qu'il se dissimule toujours derrière divers holocrons, datapad, et autres systèmes d'informations. Doté d'un sens moral et d'un honneur à toutes épreuves, rien ni personne n'a jamais réussi à l'attirer du Côté Obscur de la Force…

La Force est une chose que Dante considère comme une mère. Un être protecteur et bienveillant…  

• Points forts :

• Que dire de Dante ? C’est un être possédant un charisme hors-normes, fruit des amours entre un Sephi et une Firrereo, il possède la beauté des deux races.

• Son intelligence exceptionnelle et ses qualités d’orateur font de lui un politicien extrêmement doué dans son domaine.

• Maître d’arme émérite, il s’entraine depuis des années au maniement du sabre laser, tout autant qu’à tous types d’armes pour lesquelles il semble avoir un don inné.

• Points faibles :

• Son apparente froideur cache un être meurtri par une vie d’ermite. Peu de Jedi connaissent les véritables raisons de son laconisme habituel.

• Un de ses points faibles les plus probants n’est autre que la prothèse qui remplace son bras gauche. D’une manière ou d’une autre, s’il venait à affronter un Sith possédant les Eclairs de Force, Dante serait rapidement mit à mal. Toutefois, le Sith se devrait d'être capable de le toucher…

• L’âge que le Grand Maître Jedi semble avoir, est souvent mal perçu par ses pairs diplomates et politiques.

» Histoire






I : Naissance d'un mythe X Enfance du sang-mêlé


Thustra, la planète sur laquelle j'ai vu le jour existe depuis l'aube des temps. J'ignore tout des premiers mois de ma vie, ma mémoire ne me permettant aucunement de m'en souvenir. Pourtant, parfois, lorsque les plaines de Coyn parviennent à mes yeux, je me remémore celles de la planète sur laquelle j'ai vu le jour. Mon père était un Sephi influent, très, trop d'après moi… Il était un revendeur d'épices très appréciées et d'une richesse incomparable à celle de personne d'autre sur Thustra. Ma mère, quand à elle était d'une douceur et d'une gentillesse hors du commun. Je n'ai appris que bien plus tard la manière dont ils s'étaient rencontrés. Mon père vendait des épices aux Hutt, et, au lieu de lui verser la somme demandée, ces gastéropodes gluants lui offrirent ma mère en présent, une esclave de leurs plus bas sévices. Une Firrerreo… Ainsi, et au détriment des traditions de mes ancêtres, mon père et elle se marièrent. D'un amour infini, ils me donnèrent naissance. Certes, je ne fus pas le seul de leurs enfants à naître, mais ma vie allait devenir une de celles qui fut changé du tout au tout, mais cela, se déroulerait plus tard, bien plus tard.

Encore enfant, je courrais dans les forêts et les montagnes de Thustra. Les mois et les années passèrent inlassablement. Mon ignorance concernant les politiques actuelles me protégea des méandres de la politique interne. Malgré tout, mon père souffrait de plus en plus des changements qu'imposaient les gouvernements planétaires. Malgré le fait que je n'étais encore qu'un enfant, je percevais certaines choses, de plus en plus clairement. Ma mémoire me permets, encore aujourd'hui, de me rappeler des chants qu'entonnait ma mère le soir pour m'endormir. Ils parlaient de ces puissants Chevaliers Jedi, eux qui, armés simplement de leurs sabres et suivant la Force, réussirent à vaincre les puissants Sith il y a bien des siècles. Souriant, je fermais les yeux. Un sommeil réparateur et bien mérité m'attendais ainsi soir après soir.

Et les années passèrent, je vis ma sœur naître et grandir. Mon corps changeait, je grandissais et m'apercevais que je n'étais pas l'un des leurs. Je n'étais pas un Sephi. J'étais… Un "bâtard". Tel fut le surnom que je dus supporter des années durant. Enfant de Sephi et de Firrerreo. Plus je grandissais, plus je me battais, et plus mes adversaires devenaient faibles face à moi. Sans colère, juste un besoin de justice… Celle-là même qui leur faisait défaut. Puis, un jour qui ne ressemblait pas aux autres, je sortis de la maison de mes parents. Il pleuvait abondamment sur les plaines de Thustra, l'herbe verte et chatoyante perlait sous un ciel couvert d'épais nuages noirs. Mon instinct me souffla de ne pas sortir, de rentrer. Mais je n'étais qu'un enfant, impatient et curieux. Courant le plus vite que je le pouvais, je me dirigeais vers les plus hautes montagnes, gravissant les pentes escarpées, me tranchants les mains sur les pierres aiguisées, m'écorchant les genoux à chacune de mes chutes… Mon idée était simple, je voulais m'approcher des cieux, explorer la Galaxie. Tel les grands Jedi d'antan, mon espoir était peut-être vain, mais je le gardais pour moi.

Les éclairs frappaient le sol, brisant plusieurs arbres non loin. Un tronc manqua de m'écraser de peu. Sans que je puisse comprendre comment et surtout pourquoi j'étais resté en vie, je l'avais fait. Mes mains tendues devant moi, l'arme de bois fut repoussée. Abasourdi, les yeux écarquillés, je fixais les paumes de mes mains. Qu'avais-je fait ? Comment ? Tel un oiseau répondant à l'appel de son maître, mon regard s'étira vers les cieux. Mon avenir ne tarderait pas à me rejoindre, je le sentais au plus profond de moi. Il était temps que je grandisse. Quelqu'un venait me rejoindre…



II : Initié X Padawan


Lors de mon retour, et craignant les regards suspicieux des autres Sephi, je restais silencieux. Personne ne devait savoir ce qu'il s'était passé. Les histoires racontées par ma mère me firent rapidement comprendre qui j'étais, et surtout, ce pour quoi j'étais né. Un jour je deviendrais un de ces glorieux Chevaliers aux sabres lumineux. Oui, un jour je serais un Jedi ! Désormais, et dès que je le pouvais, je m'éloignais de la citée Sephi où je vivais, m'entraînant tant bien que mal pour recommencer ce que j'avais fait ce soir d'orage. Sans jamais y parvenir. Quelque chose me fuyait. Et plus mes essais se faisaient infructueux, plus je redoublais d'efforts pour recommencer, encore et encore. Toutefois, et je m'en rappellerais toute ma vie, un vaisseau étrange, plus grand que les croiseurs ou les vaisseaux de transport d'épices se posa au spatioport. Lorsque le pont s'ouvrit, je reculais de plusieurs pas. Nombreux furent les curieux et autres badauds qui, attirés par cet étrange vaisseau s'étaient approchés. Une sensation inconnue me parcouru le corps. J'ouvrais mes mains, chacun de mes doigts étaient parcouru de picotements, et tandis que le corps svelte s'avançait dans ma direction, la bure brune telle que celles que me décrivait ma mère dévoila un visage de femme. De part et d'autre de cette capuche, une chevelure aussi dorée que les blés voleta à chacun de ses pas. Au moment où elle passa à mes côtés, elle s'arrêta. Au niveau de son visage, un bandeau rouge cachait ses yeux. D'aussi loin que pouvait se porter mes souvenirs, ce fut la première fois où je rencontrais une Miraluka… Sa voix résonna dans ma tête. Une voix douce et agréable, comme celle de ma mère.

Mon corps trembla, elle me connaissait, savait ce que j'avais fait, et me proposais de me former… Ces chansons n'étaient donc pas de simples histoires pour les enfants ? Quelques Chevaliers Jedi vivaient encore dans la Galaxie ? La réponse était pourtant tacite, et passant outre les quelques réticences qui me faisaient encore frémir, j'acceptais de l'amener auprès de mes parents. Les présentations terminées, j'appris son nom, et surtout, qui elle était. Palacia Aédis tel était son nom, Maître Jedi de l'Ordre et une des dernières représentantes de la Chevalerie. Lorsque mes parents furent mit au courant de mes agissements, de mon entraînement personnel, et surtout, de la fluctuation que j'avais créé dans la Force ce soir d'orage, je cru voir de la crainte mêlée à de l'admiration dans le regard de mon père. Il savait que je n'étais pas qu'un simple sang-mêlée. J'étais leur fils. Et ce fut à la suite de plusieurs heures que, ne prenant que le strict minimum pour le voyage, je quittais mes parents. Quand à ma sœur, ses yeux d'enfant sage me dirent au revoir. Déposant un baisé sur son front, je les quittait, dans l'espoir qu'un jour, je pourrais revenir. Ce que je fis bien plus tard…


* *
*


Mon nez collé contre le hublot du vaisseau de mon nouveau Maître – car je devais désormais m'adresser à elle avec cet adjectif – j'observais avec un pincement au cœur ma planète natale s'éloigner de plus en plus. Lorsque nous étions assez loin de Thustra, je dus m'assoire et le vaisseau passa en vitesse lumière. Les étoiles devinrent des lignes blanches qui, les unes après les autres finirent par disparaître. Quelques secondes plus tard, j'aperçu alors une planète étrangement brune. Malgré la distance, j'apercevais de nombreuses montagnes et bien encore plus d'étendues de sable. Voilà donc ce qu'était le désert dont certains voyageurs m'avaient souvent parlé. Posé sur le sol sablonneux, mon Maître m'expliqua les raisons de notre présence ici. Quelque part perdu au cœur de ces dunes se trouvait un temple Jedi abandonné depuis bien des siècles. Et ça serait là-bas que je passerais ma première épreuve… J'ignorais la peur depuis ma plus tendre enfance. Mais, étrangement, ce n'étais pas la peur qui m'empêchait d'avancer, cependant, je ressentais ce que mon Maître avait appelé "une fluctuation dans la Force". Avancer sans jamais reculer, continuer, pas après pas…

Les dunes s'étendaient à perte de vue, quelques paysans nous croisèrent, et firent mine de ne pas nous voir. Au loin, j'entraperçu quelques maisons aux toits bas et ronds, mais notre route sembla durer bien des jours. Chacun de mes pas s'enfonçant de plus en plus dans le sable. La fatigue accumulée, ainsi que le fait que mon Maître ne me laissait aucun répit, s'ajoutait au fait que je doutais de plus en plus de l'existence de ce temple. Son visage se tourna vers le mien et, même si je le savais, elle avait entendu mes pensées. Impassible, sa voix monocorde m'intima de m'arrêter. Nous étions arrivés ? Ici ? Vraiment ? Mes jambes flanchèrent et je me laissais tomber dans le sable brûlant. Mon corps n'avait pas l'habitude de subir une telle chaleur, Thustra possédait un climat des plus tempéré et nettement plus agréable que celui de cette planète. Ouvrant les bras, mon Maître se concentra. Je sentais la Force qui émanait de son corps et alors que le sol tremblait sous nos pieds, plusieurs tours s'extirpèrent du sable. Puis ce fut l'apogée. Le temple oublié était fait de pierres et de cristaux magnifiques. Des portes immenses en fermait l'accès, et je me relevais d'un coup, autant de stupeur qu'impressionné par ce qui allait devenir mon terrain d'entraînement pour les prochaines années…



III : Devenir X Chevalier


Des mois, des années peut-être… J'ignorais depuis combien de temps nous étions enfermés dans ce temple. Nous ne mangions que ce que les arbres qui s'y trouvaient faisaient pousser, et nous buvions l'eau de la fontaine centrale. Mon entraînement durcissait autant mon corps que mon esprit. Mon Maître me faisait subir moult choses afin que je résiste à la Colère, à la Peur, et à la Haine… Les trois principaux piliers qui m'aurait fait devenir un Sith, un des suppôts du Côté Obscur de la Force. Des livres et des holocrons me permettaient d'appendre de plus en plus de choses sur le passé de l'Ordre Jedi. La présence des premiers Jedi dans la Galaxie, leurs armes… L'arrivée de "l'Elu" et sa déchéance… Puis tout ce qui s'en suivit. A l'aube d'un jour comme un autre, mon Maître vint à ma rencontre. Il était temps pour moi d'affronter ma plus grande peur. La Force avait décidé de me mettre à l'épreuve, de voir si le Padawan que j'étais devenu méritait d'obtenir le cristal qui serait la marque de son rang… J'étais prêt, plus que jamais. Je n'avais aucune peur, juste des certitudes. Mon Maître me laissa un peu de temps pour me changer, puis, sans armes et juste avec mon courage je passais la porte qui venait de s'ouvrir alors que je m'en approchais. Assise au centre de la pièce centrale du temple, non loin de la fontaine, j'entendis quelques mots qui m'étaient adressés : "Que la Force soit avec toi".

D'une pièce lumineuse où le son de la fontaine remplissait les alentours, mes yeux mirent quelques minutes avant de s'habituer à l'obscurité. Puis, petit à petit, des formes se dessinèrent tout autour de moi. De petites sphères lumineuses et virevoltantes m'entouraient. Ecoutant la Force et ses conseils, j'avançais lentement, mes pas étaient assurés. Aucune peur, aucune crainte. Juste moi et ma confiance en la Force. Plus les pièces passaient, moins je ne comprenais où je devais aller. Couloirs après couloirs, pièces après pièces. Tout se ressemblait, tout n'était que copie. Mon Maître m'avait un jour parlé d'un pouvoir inné à la Force, ce dernier octroyait au Jedi qui l'utilisait le fait d'éclairer les zones de ténèbres… Au fond de moi, je n'avais pas peur, mon esprit avait été jusqu'au point de chasser ce sentiment. Finalement, mon corps s'arrêta. Les sphères tournoyaient encore et encore. Mes yeux en fixa une et je tendis la main, cette étrange petite créature lumineuse s'y posa et, souriant, je sentis la Force glisser entre mes doigts, la parcourant avant de devenir une sphère de plus en plus grosse, éclairant désormais la salle entière. Ce qui s'offrit à moi m'étonna. Une seule pièce, aussi vaste que le temple lui-même m'entourait. Rien, pas de couloir, pas de murs, l'espace. Seule une stèle de pierre poli se trouvait devant moi. Les lucioles restèrent à mes côtés tandis que je m'en approchais. Posée à même la pierre, comme s'il m'attendait, un cristal bleuté brillait de milles feux. Devais le prendre ou pas ? Je l'ignorais… Une voix s'éleva alors dans la pièce, et, au moment où je compris la portée de ses paroles, je répétais cette phrase à mon tour.


- Il n'y a pas de plus belle lumière que celle du savoir…

Gardant le cristal dans ma main, je me retournais et passais l'unique porte qui perçait les murs peints de la pièce. Cette dite porte refermée derrière moi, je me retrouvais devant mon Maître. Un large sourire apparu sur son visage et je perçu le bonheur qu'elle ressentait à mon égard. Etait-elle soulagée de me revoir vivant, ou tout simplement de me voir ? Mon ignorance était encore trop grande… Désormais, je passerais la majorité de mon temps à rechercher les informations concernant l'Ordre Jedi et ses coutumes. Ainsi, je deviendrais un Gardien des Traditions… Mon Maître posa sa main sur mon épaule, me félicita et m'expliqua qu'il était désormais temps pour moi de protéger la Justice dans la Galaxie. L'un et l'autre, au moment même où nous allions quitter le temple furent frappés par ce mouvement dans la Force. Un Jedi venait de disparaître. Jamais je n'aurais cru ça possible, mais mon Maître pleura. Retirant le bandeau qu'elle portait pour protéger ses yeux, elle le déposa sur le sol du temple en prononçant quelques mots dans une langue que je ne connaissais pas. Cela fait, nos pas nous ramenèrent vers son vaisseau, et ce fut la dernière fois que je vis ce temple qui, comme mon Maître me l'avait expliqué, allait retourner aux dunes de sable.

* *
*

De nombreux voyages, de nombreux combats, et encore plus de victoires écrasantes contre l'Empire, je grandissais, devenant petit à petit un Jedi accompli. Pas encore assez pour devenir à proprement parler un Chevalier, mais assez pour être capable de combattre seul. Malgré tout, au grand désespoir de mon Maître, j'avais refusé de fabriquer mon sabre avec le cristal trouvé dans le temple. J'usais de mon intelligence, de stratagèmes et d'une étrange épée de duracier pour combattre les troupes Impériales. Le sabre est l'âme du Jedi me répétait inlassablement mon Maître, tout autant que le cristal qui le compose. Sans être arrogant, je préférais user du savoir de nos ancêtres Jedi que d'armes qui se voulaient être des plus puissantes. Un jour je trouverais le cristal que j'utiliserais pour créer mon sabre… Mais celui-ci serait pour autre chose, la Force me le soufflait.

Mes liens avec la Force grandissaient au fil des entraînements et des combats. A tel point qu'une nuit, je vis clairement l'endroit où je trouverais le cristal qui deviendrait le cœur de mon sabre. Tatooine… La planète sur laquelle on pouvait considérer que beaucoup de choses avait commencés. Alors que l'aube pointait, je me levais, et rendais visite à mon Maître. Elle m'expliqua que la Divination était un pouvoir à double tranchant. Cela pouvait être une vision de l'avenir tel qu'il était prévu, comme une fluctuation différente de ce dernier. Pourtant, la Force ne se trompait jamais, et après lui avoir expliqué mes raisons, elle accepta… Les données de voyage entrées dans le système de navigation, le vaisseau nous amènerait sur les plaines brûlantes de Tatooine.



IV : Souffrance X Errance


Tatooine. La planète des sables. J'ignorais encore à ce moment précis que rien que le fait d'y poser le pied allait changer ma vie du tout au tout. Rien ne m'avait préparé à de pareils changements. Le monde tel que je le connaissais serait changé à jamais devant mon regard de Padawan. Mon rôle au sein du Nouvel Ordre était simple, ou je devrais plutôt dire qu'il l'était encore lorsque le vaisseau prit place sur l'astroport de Tatooine. Mon Maître me fit signe de la suivre. Faire le plein de vivres, et surtout d'eau. La chaleur assommante de la planète était pire que celle que j'avais connue lors de mon passage dans le temple. Un landspeeder loué contre quelques crédits, et nous prenions enfin la direction que j'avais aperçue dans mes rêves. De dunes en dunes, et d'étendues désertiques en oasis peu fertiles, le voyage me sembla durer une éternité. Les soleils de Tatooine brûlaient tout, de la moindre parcelle de peau laissée à l'air libre, jusqu'à la plus petite goutte d'eau… Toutefois, lorsque les ombres des montagnes de l'Est apparurent devant nos yeux, je perçu le souffle de la Force qui parvenait jusqu'à moi. Mon Maître me regarda et ensemble nous savions désormais où aller.

Nos pieds se posèrent alors sur le sable, laissant le landspeeder derrière nous, non loin de l'entrée d'une grotte gigantesque, nous avancions lentement. Le Côté Obscur semblait avoir prit la place qui lui incombait ici. Alors que le sabre de mon Maître éclairait l'obscurité ambiante de sa lumière verte, deux autres lumières apparurent face à nous. Le sang s'écoulait encore du corps de l'animal. Leur tournant le dos, et une arme dans chacune de ses mains, l'ombre de laquelle émanait une puissante aura du Côté Obscur de la Force semblait fixer l'animal sans même leur porter la moindre intention. Lentement, il se retourna. Malgré mes années d'entraînement je ne pu voir la vitesse avec laquelle il se déplaça. Je sentis simplement une brûlure au niveau de mon épaule gauche. Mon corps frémit et je tombais sur le sol, la douleur montait à mon cerveau, me faisant pousser des hurlements de plus en plus forts. Mon bras gisait sur le sol, tremblant encore, parcouru de spasmes. Mes genoux touchèrent le sol, et avant de perdre conscience, j'entendis une voix grave, lointaine, qui me méprisait de toute sa hauteur. Le combat qui se déroula alors que je perdis conscience ; eu pour conséquence la trouvaille de mon Maître sur le corps de l'homme dont, plus tard, j'appris qu'il était ni plus ni moins qu'un Sith…

Je me réveillais alors, plusieurs semaines plus tard, en convalescence dans une demeure de paysans de Tatooine. Quelque chose avait changé en moi. Mon corps était lourd, et chaque parcelle de mon corps me faisait atrocement souffrir. Tournant la tête vers la droite, je vis mon Maître, assise à mon chevet, les bras croisés sur sa poitrine. Que s'était-il passé ? Que m'était-il arrivé ? Les explications furent brèves. Ce Sith s'en était prit à moi sans raison, peut-être avait-il senti que je possédais un lien puissant avec la Force, ou peut-être pas. Quoiqu'il en fut, après avoir affronté mon Maître en duel, et avoir été vaincu, il disparu, nous laissant ainsi elle et moi, seuls dans la grotte. Ayant fini de parler, elle me tendit la main, et ce fut à ce moment précis que je compris que je ne serais plus jamais pareil. Mon bras gauche avait été remplacé par une étrange prothèse. Mon sang de Sephi avait permit la récupération d'une partie de ce dernier. Le haut de mon bras était fait de chair, de sang et de métal, quand au reste… Ni plus ni moins que d'une technologie galactique. Mes doigts robotiques s'ouvrirent à plusieurs reprises. Seule la souffrance physique parsemait mon esprit. Ni le désir de vengeance, ni celui de haine ne montait en moi. Les Jedi ne pouvaient se laisser aller à de pareilles décisions. Assis dans le lit, le dos appuyé contre le mur, je ne pouvais m'empêcher de tourner et de retourner la sphère scintillante que je tenais désormais entre mes mains. Alors voilà donc ce qu'était les "Perles de Dragons Krayt". La perte de mon bras était une bien piètre souffrance comparée au plaisir que j'avais de pouvoir tenir cet objet tant convoité entre mes mains. Mon sabre allait pouvoir prendre forme. La Force m'avait guidé. La Force m'avait apprit à comprendre les choses. Mon Maître se leva, et tout en me saluant quitta la pièce… Je ne la revis que plusieurs jours plus tard. Ma convalescence terminée, je reprenais les entraînements. Puis, au bout de plusieurs semaines de recherches, mon sabre fut créé… Simple, à la manière de celui de mon Maître ; je me souviendrais toujours des vibrations du Cristal lorsque, grâce à la Force, mon sabre prit forme. Il faisait nuit noire lorsque je quittais la cellule qui me servait de chambre dans le vaisseau. La lame réglée, le faisceau jaillit alors, et dans une lumière d'un argent du plus pur, mon sabre, symbole des Jedi apparu devant le visage de mon Maître. Bientôt je deviendrais Chevalier. Très bientôt.



V : Elhenya X Amour


De fil en aiguille, nous avions réussi à retrouver les plans de plusieurs vaisseaux détruits lors de l'attaque de l'Empire à l'encontre de l'Ordre Jedi. Nombreux furent les holocrons Jedi détruits durant cette purge… Et plus encore de nos frères et de nos sœurs y perdirent la vie. Pourtant, alors que la République reprenait des Forces, nous avions encore beaucoup de choses à faire avant de pouvoir ne serait-ce qu'espérer vivre libre et loin de l'Empire. Les Sith n'étaient désormais plus qu'un lointain souvenir ; mon Maître, quand à elle, semblait avoir une idée bien particulière en tête me concernant. Semble t-il que le fait que je sois devenu Chevalier ne lui convenait pas totalement, elle avait ainsi demandée une audience auprès du Conseil du Nouvel Ordre Jedi sur Coruscant. Bien entendu, je n'avais guère été convié à la discussion me concernant. Le Conseil devait préférer être en petit comité, de plus, ma présence aurait été sans nul doute un fardeau pour mon Maître plus qu'une aide quelconque. Ma diplomatie n'était plus à faire, j'avais convaincu de nombreux Sénateurs de rejoindre la République Galactique… Pourtant, alors que je suivais les courants de la Force, je vins à m'arrêter devant la fontaine qui trônait au centre du Sénat de Coruscant.

De l'autre côté, un visage sublime aux cheveux d'or croisa mon regard. Ses yeux avaient la couleur du ciel de Thustra, ma terre natale… Malgré le fait que mon Maître tentait inlassablement de me convaincre de porter la bure brune dut à mon rang, je m'y refusais, et ce fut sous les tintements de mon armure de métal et de cuir noir que je m'approchais de cette femme. Sa beauté me frappa. Elle dépassait tout ce que j'avais connu jusqu'à lors. Un visage fin, des lèvres rosées, et une onde de pureté qui dépassait mes attentes. Simple beauté éphémère. Des interdits m'empêchaient encore de me prendre une femme en mariage, ou même de porter une main sur son corps. Pourtant, mon cœur ne pouvait s'y résoudre. Après maintes discussions, elle accepta enfin de me revoir. Alors qu'elle me quittait, mon Maître sortit de la salle du Conseil et s'approcha de moi sans même faire attention à cette femme dont le nom était aussi beau qu'elle m'avait charmée… Elhenya…

La visite de mon Maître n'était pas innocente. Elle avait demandé une chose bien particulière au Conseil. Une chose dont jamais je n'aurais eu l'audace de caresser l'espoir tellement il me paraissait vain. Elle me confiait sa place. L'accord du Conseil des Jedi avait été ferme et direct. A partir de la prochaine journée, je deviendrais à mon tour Maître Jedi. Il existait toutefois un point qu'ils avaient encore besoin d'éclaircir me concernant… Qui serait mon Padawan ? Mais cela incombait à mon choix. Choix que je ne pu faire avant… Ce qu'il allait se passer bien plus tard dans ma vie. Rempli de fierté, je ne pouvais rester en place. Mon Maître qui, outre le fait qu'au lendemain je serais devenu son égal, restait à mes yeux celle qu'elle fut toujours. Une seconde mère. Elle m'accompagna à l'extérieur, me parlant de mes futurs devoirs de Maître Jedi, et, me lançant sa question sans me prévenir me parla de la femme qu'elle avait aperçu. Souriant, et gêné, je donnais des explications vagues. Ces dernières furent accueillies par un large sourire amusé de la part de mon Maître qui, malgré le fait qu'elle avait vu clair dans mon cœur, ne répondit rien de plus. Tout avait une fin dit-on, et ce soir là, je dis au revoir à mon Maître… J'ignorais les raisons pour lesquelles elle disparu, mais je sentis au petit matin qu'elle ne faisait désormais plus qu'un avec la Force. Mes larmes coulèrent longuement avant que je puisse quitter mon lit.


- Que la Force soit avec vous Maître…

* *
*

Mon cœur battait à tout rompre dans ma poitrine, et je ne pouvais m'empêcher de frotter l'avant-bras de ma prothèse alors que j'attendais Elhenya. Allait-elle vraiment me rejoindre dans les jardins de Coruscant, ou non ? Comment réagirait-elle en me voyant ? Tant de questions qui me taraudait l'esprit sans que leurs réponses ne me parviennent. Puis je la vis, belle, langoureuse, dansant presque à chacun de ses pas… Mon sourire apparu de lui-même alors que j'entendis sa voix. Quelques mots échangés, de plates discussions avant de commencer à apprendre à nous connaître… Puis les jours passèrent. Mon rôle de Gardien des Traditions m'offrait une liberté immense concernant mes allées et venues dans le Temple. Personne ne portait plus attention à ma tenue, ni même au fait que je n'avais toujours pas choisi de Padawan.

Mon Maître me le répétait sans cesse, tout peut basculer du tout au tout en l'espace de quelques secondes. Le Conseil m'appela en son sein. Accompagné par quelques uns des meilleurs bretteurs de l'Ordre je devais me rendre dans un lieu des plus reculés et protéger la Galaxie des Vestiges de l'Empire. Des espions Républicains avaient rapportés des informations concernant une base Impériale dotée d'une arme inconnue. Ma condition de Gardien m'offrait une vue d'ensemble sur la Galaxie et les capacités de tout à chacun… Et même si je n'utilisais mon sabre qu'en dernier recours, mes connaissances sur l'art du combat semblaient être appréciées par beaucoup. Le cœur lourd, je pris mes affaires et rejoignit Elhenya. Préférant la laisser dans l'ignorance d'une telle mission, elle accepta mon mensonge. Mes dires étaient simples. Accompagné de mon Maître, je devais me rendre sur Ilum afin d'y trouver de nouveau cristaux. Un dernier baisé échangé, et je la quittais…

Assit dans le vaisseau de mon Maître, je me dirigeais vers ce lieu que certains nommèrent alors "l'Installation Zéro".



VI : Installation Zéro X Disparition


L'immensité de la Galaxie. Voilà donc ce qui allait peut-être changer à tout jamais. Des milliards d'étoiles, de planètes, de vies risquaient d'être balayées en un instant si l'Empire réussissait à mettre la main sur cette arme inconnue. La Force se faisait discrète depuis quelques heures. La distance qui nous séparait du lieu de rendez-vous était bien plus loin que prévu, et tandis que, accompagné des autres Maîtres Jedi, je méditais calmement, le pouvoir de l'arme Impériale fit trembler la Force en son for intérieur. Comme un seul homme, chaque Jedi qui se trouvait à proximité ouvrit les yeux. Une puissance incommensurable, une haine farouche s'insuffla dans mon esprit. Tombant sur le sol, l'air me manquant, je haletais douloureusement. Quoique cela puisse être… C'était assez puissant pour tous nous prendre d'assaut. Et l'assaut ne se fit pas attendre, cette "Installation Zéro" dont la taille n'avait rien à envier à l'Etoile de la Mort. Essuyant plusieurs tirs de canon à concussion, le vaisseau réussi à pénétrer le bouclier déflecteur et à peine avions nous le pied à l'intérieur de cette base Impériale que des tirs de blasters parvinrent jusqu'à nous. Des Stormtroopers ? Comment cela était possible ? Les soldats clones avaient tous pliés devant la force de la République. Usant de notre dextérité sans failles, nous parvenions à avancer sans trop de défenses Impériales.

Pourtant, comme je l'avais sentis lors de notre arrivée, les troupes Impériales n'étaient pas les seules arrivées sur la base. Plusieurs groupes Républicains y furent eux aussi dépêchés, non sans compter sur quelques criminels et autres Chasseurs de primes en quête de gloire et d'argent facile… Nous ne pouvions protéger toutes celles et ceux qui se trouvaient ici. Nous avions une mission. Détruire cette arme. Repoussant une demi-douzaine d'adversaires, je fis face à celui qui m'avait prit mon bras gauche. Derrière ce masque je percevais le plaisir malsain qu'il avait de m'imaginer me prendre l'autre… Mais contre toute attente, alors que mon sabre ne demandait qu'à servir, un autre Jedi, un Chevalier bien plus jeune que moi s'interposa. Il ne craignait pas la mort, pas plus qu'aucun de nous. Il n'y avait pas de mort, il n'y avait que la Force répéta t-il alors… Me mettant à courir, je bifurquais au détour d'un couloir, ne suivant que la Force qui me guidait et accompagné par quelques uns des nôtres… Jusqu'à arriver devant une salle gigantesque. Partout des écrans étaient allumés. Au centre, flottant dans un étrange tube rempli d'un liquide verdâtre, un corps attendait, la tête basse que son calvaire s'arrête.

Malgré toute la volonté du monde, aucun d'entre nous ne réussi à empêcher ce qui se déclencha alors… Un simple bouton pressé, et le monde sembla se distordre. Les formes changeaient, se muant en d'épaisses flaques colorées. Mon corps me fit souffrir tant et si bien que les uns après les autres, nous nous retrouvèrent sur le sol métallique et froid. Où était la Force en ce moment précis ? Où ? Tentant de me relever, je compris qu'il était trop tard. Nous allions tous mourir. L'Ordre Jedi avait échoué. J'avais échoué…


- Maître… Elhenya… Pardonnez-moi…


VII : Coyn X Nouveau monde


La mort n'existe pas, il n'y a que la Force. La sagesse provient du savoir et non de la connaissance. Ne soit jamais juge d'autrui, mais seulement de tes actes… Nombreuses furent les phrases qui traversaient mon esprit embrumé. J'avais froid. Bien plus que lorsque je m'étais rendu un jour sur Ilum avec mon Maître. Qui étais-je ? Qu'étais-je ? Où étais-je ? Ces questions flottaient autour de moi à la façon de ces lucioles dans le temple Jedi. Elles éclairaient mon chemin parsemé d'embûches et de corps détruits. Une explosion, un massacre. Une guerre. L'avenir. Le passé. Mes connaissances… Tout fut balayé d'un revers de la main. Mes paupières s'ouvrirent alors sur un ciel d'un bleu azuré étrangement familier. Voilà donc ce qu'était la Force. La moindre parcelle de mon corps se refusait à se mouvoir. Pourtant, je sentais l'odeur du sang ainsi que sa chaleur sur ma joue. Puis ce fut l'ombre qui parvint au dessus de moi. Un géant à la peau coloré se pencha sur moi. Une armure d'épines rouges, un regard profond. Il me leva avec la même facilité qu'on aurait prit un enfant dans ses bras. Je perdis conscience. Plus rien importait, étais-je vraiment mort ? Ou… La Sagesse du Jedi provient de l'abnégation des besoins du corps disait-on. Mais qu'en était-il vraiment ? Tout ce que je connaissais avait disparu, aucune présence dans la Force. Le néant.

Mon Maître… Elle me fixait, impassible, ses paupières closes cachaient en réalité le vide de son regard. Et sa voix résonna dans ma tête encore et encore. Devoir. Sagesse. Jedi. Elle répétait ces mots sans cesse. Sans jamais s'arrêter. Quelque chose me tira de mon sommeil. La caresse de gouttelettes d'eau roulant sur mon front me fit frémir. Tantôt l'eau ce voulait être tiède, tantôt elle se voulait plus froide. J'entendais le bruit caractéristique d'une serviette que l'on serrait, puis, tombant sur la surface, l'eau qui perlait et éclatait en une myriade de sons clairs et enjôleurs. Mes yeux finirent par s'ouvrir sur le monde qui m'entourait. Derrière un puissant pelage doré, et des yeux d'un vert pastel, l'homme qui s'occupait de moi paru me sourire. Mes recherches sur les holocrons Jedi, ainsi que sur les peuples de la Galaxie me permirent de rapidement comprendre sur quelle planète j'étais… Coyn. Tentant en vain de parler, je manquais de m'étouffer. Mes cordes vocales étant bien sévèrement touchées par je ne sais quelle raison, mon corps se refusait à émettre le moindre son. Posant ses mains sur mes paupières, le Coynite me fit comprendre qu'il n'était pas encore temps pour moi de me réveiller. Je me rendormis.

Un temps indéfini s'écoula jusqu'au jour où je pu me remettre à parler. Préférant éviter de parler de ma mission, je posais les questions d'usage. Quel jour étions-nous. Quelle année galactique. La première réponse fut simple et me convainc aisément… Mais la seconde… Comment était-ce possible ? Avais-je voyagé dans le temps ? Mon état de Maître Jedi fut déterminant pour les Coynites qui voyaient en notre Ordre un parallèle à leurs coutumes guerrières. Je fus donc emmené auprès du chef de clan. Dans ce village reculé de Coyn, peu étaient les habitants habitués à voir un Jedi, et encore moins un homme qui n'était guère plus grand que leurs enfants… De discussions en discussions, je parvins à lui faire accepter ma demande. Si tel était le cas, l'Ordre 66 avait réduit les rangs de l'Ordre au minimum. Puisant dans la Force, je tenais de retrouver les derniers représentant Jedi encore en vie. Aucuns ne s'étaient encore approché de Coyn. Je devais partir à leur recherche, et le jour où nous serions assez, l'Ordre se relèverait, et érigera un temple ici même, sur Coyn.

Comme signe de respect, le chef du clan m'offrit un morceau de métal provenant de la  lointaine ceinture d'astéroïdes du système Cularin. Il ignorait comment le marchand qui lui avait échangé ce métal contre des vivres l'avait obtenu, mais il souhaitait que, en signe de bonne entente entre lui et moi, je l'utilise afin de créer une arme en hommage à leur peuple. Et je le fis… Plusieurs jours, des centaines d'heures de travail et des nuits entières de labeur finirent par donner naissance à cette arme provenant directement des temps les plus reculés. Fier de cette arme, le chef des Coynites m'invita à l'affronter en duel. Sa vivacité autant que son savoir sur l'art du combat étaient impressionnant. Reconnaissant notre puissance comme équivalente, nous décidions d'un commun accord de mettre un terme à notre combat.

Le temps passa, et avec l'aide des forgerons Coynites et de plusieurs de leurs scientifiques, je donnais naissance à mon premier vaisseau. Basé sur les plans d'un bâtiment presque aussi ancien que mon arme, je décidais de retrouver les Jedi encore en vie. La République arborait un nouveau visage, tout autant que l'Empire qui avait fini par se construire seul. Mon second sabre laser, forgé à partir du cristal bleuté trouvé aux côtés de mon Maître resterait à ma ceinture et inutilisé jusqu'à ce qu'un jour je la retrouve. Elle était encore en vie. J'ignorais comment je pouvais en être persuadé. Pourtant elle l'était.

Recrutant un équipage, le vaisseau décolla de Coyn. Aucune planète ne serait désormais une seconde demeure que Coyn. De Maître, j'étais donc devenu Grand Maître. Les Esprits Jedi s'étant présentés à moi un jour alors que je méditais au cœur d'une plaine. L'Ordre renaîtrait de ses cendres. Les Jedi protégerons la Justice et la Paix dans la Galaxie… J'en faisais le serment…


» Parles moi de toi





• Prénom : Appelez-moi D ! Razz
• Âge : La moitié de 50+5 !
• Sexe : Homme ♂
• Est-ce un double compte ? Un triple compte ? Si oui, de qui ? : Pas encore ! Mais ça ne saurait tarder…
• Nom du personnage/personne utilisé pour l'avatar : Sephiroth (Final Fantasy)
• Signature du règlement : Règlement signé (et rédigé surtout) !
• Comment avez vous connu ce forum ? :J'en suis un des fondateurs…




"Que la Force soit avec toi."


Dernière édition par Dante Garvan le Mer 28 Sep - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsresurgence.forumactif.org
Impératrice
Impératrice
avatar
Messages : 119
Date d'inscription : 18/04/2016
Age : 30

Feuille de personnage
Double Compte: Elhenya Angana
Armes: Sabre laser à lame rouge
Alignement: Obscur
Infos fermées
MessageSujet: Re: Dante Garvan, Grand Maître Jedi au coeur meurtri... Lun 5 Sep - 21:28

C'est à contre coeur que je te valide. Ben ouais, crois moi que ça m'arrangerait de ne pas avoir un Jedi dans les pattes.

T'en fais pas, je te ferais payer ça en rp Smile


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Garvan, Grand Maître Jedi au coeur meurtri...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les Livres des Vies (Et autres histoires)
» « J’essaye de noyer mon chagrin dans l’alcool mais depuis le temps... il appris à nager, mon chagrin. » [Livre II - Terminé]
» Edouard Demais, Le musicien poète au grand coeur (en cours)
» " LE COEUR D'UNE GRAND'MERE ".
» Ekar, ex-bandit au grand coeur !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Résurgence :: Registre Galactique :: Fiches Validées-
Sauter vers: