AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Repas de Retrouvaille (Eden & Asuna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Diplomate Jedi Republicain
Diplomate Jedi Republicain
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Double Compte: Ben Ghoster / Ignil Kal
Armes: Sabre rapière laser, Rapière vibrolame, Blaster DL-22
Alignement: Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Repas de Retrouvaille (Eden & Asuna) Ven 17 Mar - 22:19



Asuna Tial
Diplomate Jedi Républicain


Cela faisait un petit moment que je n’avais pas été sur Denon. J’avais quitté cette planète pendant un certain temps. Un temps qui me semblait si loin…. C’était sur cette planète que j’avais rencontré Eden. Une femme charmante. Très gentille et douce. Je devais admettre qu’elle savait y faire niveau politique et elle n’avait pas peur du danger. Faites attention aux roses, elles ont des épines. Et Eden sait se défendre, elle n’a pas peur de se battre. Par moment je me dis que l’on a beaucoup de point commun. Ceci étant dit, j’ai passé deux années avec elle sous sa tutelle. Je ne savais pas réellement pourquoi elle m’avait proposé ce poste à ces côtés, mais j’avais accepté et cela m’avait permit de découvrir le mode de la politique. Il fallait toujours faire attention à ce qu’on disait et à qui on parlait. Ne jamais faire de promesse qu’on ne tenait pas. C’était ainsi que j’avais passé mes deux ans avec elle.

Puis après cela la grand maître Garvan m’a fait demander sur Coyn. J’y étais allée et c’est ainsi que j’appris qu’il souhaitait en savoir davantage sur mes occupations. Je lui expliquais mon ressentis et il me fit comprendre qu’il avait une mission de la plus haute importance pour moi. J’étais flattée et honorée de sa demande, même si je devais admettre que j’aurai pensé qu’une personne plus expérimentée que moi puisse faire l’affaire. La mission était d’être aux côtés de la nouvelle chancelière à savoir la sénatrice qui m’avait fait découvrir la politique. Il me faut être la passerelle entre lui et la chancelière. Je souriais ravie. J’allais pouvoir aider d’une manière que je tâchais de faire depuis un moment. Dans un sens je suis une pseudo garde du corps. J’étais contente. Finalement je repris la route en direction de Denon pour retrouver la Chancelière.

Une fois sur la planète j’étais parti en direction de ses bâtiments. Une fois sur place je remarquais qu’ils étaient bien gardés. Au moins je n’avais presque aucun reproche à faire à la sécurité. Lorsque j’ai décidé de me montrer les gardes m’ont regardés et on vérifiait mes papiers. Je ne disais rien, mais j’attendais patiemment. Puis ils me laissèrent entrer dans les appartements. Je regardais l’intérieur, ça faisait un moment que je n’avais pas mis les pieds ici. Je me mis à réfléchir et je me disais que préparer un bon plat pour Eden qui rentrerait de boulot serait une bonne chose. J’allais lui faire un bon repas comme au bon vieux temps. Je posais mes affaires et commençais à m’atteler à la cuisine. Je préparais un bon petit plat et un petit dessert. J’avais préparé aussi la table et finalement tout était prêt à temps au soir. J’avais hâte de la revoir. D’ailleurs je l’entendais rentrer dans l’appartement. Je lâchais tout et alla me jeter dans ses bras :

- Coucou Eden ! Ça fait longtemps ! Tu m’as manquée. Alors comme ça je pars quelques mois et madame devient chancelière. Mais quelle histoire ! Allez vient je nous ai préparé un bon petit plat qui n’attend plus qu’à être mangé.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leader de la République Galactique
Leader de la République Galactique
avatar
Messages : 93
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 30
Localisation : Dans mon bureau sur Denon

Feuille de personnage
Double Compte: Kassiopéa O. Silverstone
Armes: Pistolet-blaster (x2) & Lame de Gantelet (x2)
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Repas de Retrouvaille (Eden & Asuna) Sam 18 Mar - 2:33

Gaïéte après le boulot !
Eden K. Ravenswood & Asuna Tial
Mais quelle journée de merde... Passer toute ma journée enfermée dans un bureau est le genre de chose qui m'agace. Ce sont des journées monotones, tristes et surtout sans vie. Mais pourquoi j'ai accepté de devenir Chancelière ? Je me pose souvent la question et même si j'aime être à la tête de la République, les papiers forment l'aspect casse-bonbon de dirigeant. Même si ce ne sera pas à vie. Honnêtement, je ne suis même pas sûre d'avoir les épaules pour conserver ce poste éternellement. Levant ma tête vers le mur parallèle à ma localisation, je regarde l'heure tandis que je lève ma main gauche afin de la placer sur ma bouche vu que je me mets à bailler. Bon sang... C'est ennuyant. Fermant les yeux un instant, je décide de me lever et je me retourne pour faire face à Denon. Cette Ecumenopolis est la seconde après Coruscant. C'est à dire que la surface totale de la planète est entièrement urbanisée. Mais depuis quelques années, la République cherche à rendre cette planète-forteresse encore plus impénétrable mais aussi plus facile à vivre avec l'augmentation des espaces verts afin de diminuer la pollution engendrée par les efforts de guerre qui augmentent avec le temps même si aucune action directe n'est menée entre l'Empire et la République. Cependant, je m'attends à ce que cela finisse par péter entre nos deux factions. Depuis le début, il est prévu que je ne cède pas de planètes à l'Empire. Il faut dire qu'on a su tirer les épingles du jeu impérial mais je dois rester sur mes gardes... A force de tirer sur la corde, celle-ci finira par lâcher et ce jour-là, l'Empire nous aura sur plusieurs fronts. Mais la République n'est pas dépaysée pour autant. Les alliances, les protectorats apporte plus de ressources que nécessaire. Pour le moment, on stocke pour les moments où nous serons véritablement en guerre. Mais ces stocks ne sont pas illimités et il me faudra être prête le jour où l'Empire tentera de nous mettre à mal. J'espère ne pas m'être trompée en nommant un nouvel État-major à ma nomination et je pense sincèrement qu'il sera à la hauteur le jour où. Voyant la luminosité naturelle baissée, je lâche un soupire et je me dis qu'il est temps que je rentre.

Me remettant à bailler, je savais ce qu'il me restait à faire : retourner chez moi pour me reposer. J'avais donné une permission à Elios d'aller aider son amie sur Coyn sous condition qu'il fasse pas de bêtises mais ça, c'est une toute autre histoire. Coupant tout, j'active les alarmes silencieuses ainsi que l'alerte à distance afin de pouvoir me reposer sur mes deux oreilles. L'avantage de ce système, c'est que même si on coupe le courant, le système est indépendant du reste donc il est quasiment impossible de pénétrer dans ce bureau sans autorisation ou sans mes accès. En effet, ce lieu contient des informations sensibles dont je garde au moins plusieurs copies au cas où je viendrais à les perdre. Tout est fait avec minutie pour rendre les fuites quasiment impossibles. Et c'est fait exprès. Une fois que j'ai activé l'ensemble, je verrouille tout et je connecte mon appareil portatif afin de contrôler que tout est okay avant de partir. De là où je me trouve, j'ai des centaines d'étages à descendre mais j'ai une plate-forme privée où un de mes gardes du corps m'attend avec un véhicule. Je montre dans le véhicule et je lâche un immense soupire. Je suis contente de m'éloigner de ce satané bureau. Laissant mon garde piloter, je ferme simplement les yeux me laissant ainsi bercer par les sons de la ville forteresse que je dirige désormais depuis quelques mois. Bon sang, que le temps passe vite et malgré tout, j'ai l'impression de ne pas avancer dans tout ce que je dois gérer. C'est compliqué et plus le temps passe, plus j'ai l'impression de faire marche arrière. C'est déprimant quand même. Je vais pouvoir profiter d'un moment de repos et de paix pour me remettre de l'ordre dans les idées.

Me laissant bercer, je fais confiance à mon garde du corps et je ne sens aucune secousse dans sa conduite. Avec la vitesse, je sens le vent me fouetter le visage et un mince sourire s'affiche sur mon visage généralement neutre, surtout en ce moment. Peut-être, ai-je trop de trucs qui me trame dans la tête pour l'instant. Je devrais peut-être prendre quelques jours de congés et retourner sur Corellia... Je suis presque sûre que Ibis doit m'attendre avec impatience et accueillir la Libératrice comme il se doit. Je secoue alors la tête et je me dis que c'est une mauvaise idée. Le voyage en speeder est rapide ce soir et on finit par arriver à destination. Remerciant le garde, je le remercie et je le libère. Il avait travaillé toute la journée pour remplacer Elios. Je sais qu'il a une famille alors je le décharge pour la nuit. Il a le droit de passer du temps avec sa famille. Le rassurant, j'insiste sur le fait de me laisser. De toute façon, je vais passer l'entrée que je vais avoir deux gardes avec moi. J'ai vraiment du mal à m'y faire... J'aimerais rentrer chez moi sans être entourée de tout ce monde. C'est un coup à me faire choper avec tout ça. Le saluant une dernière fois, je passe l'entrée et deux gardes m'attendent prêt à marcher jusqu'à mes quartiers. Bon sang de bon soir. Je préfère encore être seule avec Elios, au moins, il n'y a pas tout ça... C'est désespérant. Marchant machinalement, je ne fais même plus attention. De toute façon, je suis fatiguée et j'ai hâte d'être enfin chez moi pour souffler un peu. Arrivant devant la porte, je valide mes accès et on me signale que quelqu'un m'attend. Hein ? Quoi ? Bordel, j'ai du mal à aligner une pensée ce soir. Il était peut-être temps que je rentre. Ouvrant la porte, je finis par la refermer derrière moi avant d'entendre une voix puis cette fameuse personne me saute littéralement au cou. Oulà...

Je mets quelques secondes à percuter avant qu'un sourire se manifeste sur mon visage. Ma fille était là, et me sert dans ses bras. Honnêtement, je ne sais pas quoi lui penser. Cela me fait penser que je ne lui ai toujours pas dit... Non, pas ce soir. Pas envie de tout gâcher. Je veux me reposer et profiter du peu de temps libre. La serrant dans mes bras, je suis quand même heureuse de la voir. Les deux années qu'elle a passé à mes côtés m'ont aidé sur beaucoup de chose, notamment sur le fait de conserver mon sang froid. Elle m'avait donné quelques combines dont je me sers encore aujourd'hui. Par habitude peut-être. Je ferme les yeux un moment tout en écoutant ce qu'elle me dit. Cela fait longtemps... Ouais, un paquet de mois mais bon, il s'est passé tellement de chose. En travaillant à mes côtés, elle a pu connaître les joies du Conseil Restreint et de sa complexité. Maintenant, c'est encore pire. Mais chacun son avis mais je sais que le Sénat va longtemps me faire profondément chier. C'est tellement varié que les avis sont divergents que cela peut en devenir complètement ridicule. Finissant par la lâcher, j'hoche la tête et je la suis sans hésiter.  

« - Asuna... Cela fait un moment, effectivement. Et il faut bien que la République évolue quand même... »

Je ricane avant de m’asseoir. Je dois reconnaître que c'est agréable de ne pas réfléchir au repas même si je ne m'attendais à un tel accueil. Mais c'est tout Asuna ça. Alors qu'elle était sous ma tutelle, elle faisait de nombreuses tâches qui n'étaient pas les siennes juste pour me remercier de l'avoir accueillie. Je ne savais plus où me mettre malgré tout et je n'arrêtais pas de lui répéter qu'elle ne me devait rien et il faut bien former les générations futures qui prendront la relève, probablement la mienne, par la suite. Ils sont aussi un maillon essentiel à la vie et la survie de la République.

« - Et bien, je vois que tu n'as rien oublier des vieilles habitudes... »

Non, je ne l'exploite pas et je ne lui ai rien demandé. La preuve, je ne savais même pas que c'était elle vu que mes gardes sont restés silencieux face à mes questions mais je ne leur veux absolument pas. Après tout, on a le droit d'avoir des secrets. La preuve... Un jour, Asuna a pris son courage à deux mains pour m'annoncer qu'elle était Jedi. Cela ne m'a plus surprise que ça mais je lui avais demandé de rester discrète et de dissimuler son sabre afin de ne pas s'attirer des ennuis. Par ailleurs, j'ai aussi un secret qui la concerne mais je ne sais encore pas si je vais lui dire ce soir... Je ne veux pas modifier cette relation de confiance que j'ai avec elle. Cela me ferait plus mal qu'autre chose mais d'un autre côté, elle a le droit de savoir... J'ai toute la soirée pour y penser donc je vais profiter du temps que j'ai pour discuter  et diner avec Asuna.  

« - Merci pour ce repas. J'avais la flemme de me faire à manger en plus donc oui, cela tombe vraiment à pic. »

Non sans blague ? Et pourtant.




Eden K. Ravenswood

Chancellor, she represents the Galactic Republic. A member Special Forces, she shares her weapons with the brothers. Corelian, she served with honor and pride. Long live the Republic ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diplomate Jedi Republicain
Diplomate Jedi Republicain
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Double Compte: Ben Ghoster / Ignil Kal
Armes: Sabre rapière laser, Rapière vibrolame, Blaster DL-22
Alignement: Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Repas de Retrouvaille (Eden & Asuna) Dim 19 Mar - 15:01



Asuna Tial
Diplomate Jedi Républicain


Eden me serra dans ses bras de manière heureuse. Elle avait eu un temps de réaction lent. Bon j’imaginais bien que c’était dût à sa surprise alors je ne m’en faisais pas. Quand je la regardais je voyais qu’elle était assez fatiguée. Ça ne devait pas être facile tout les jours d’être la chancelière. Je sentais la présence de Dante sur Eden, comme si il l’avait marqué. C’était quelque chose d’assez surprenant, il faudrait que je m’entraîne à cela aussi pour que je puisse retrouver des personnes que je rencontre. Mais je me sentais connectée à Eden, j’avais quand même passée deux années à ses côtés et un lien c’était formé entre elle et moi. Je suis sûre que je sentirais si elle était en danger, mais pour le moment ce n’était pas le cas. Elle me gratifia d’un sourire et m’expliqua que la République devait évoluer. Je souriais d’un air amicale en effet, et avec elle au pouvoir, il y avait de forte chance que cela soit dans la bonne voie.

Je lui expliquais que j’avais préparé le repas pour qu’elle puisse se détendre. Elle s’installa en me rappelant que je n’avais pas perdue mes habitudes. Je me mis à rire et je me dirigeais vers la cuisine pour sortir la boisson. Il était vrai que durant ces deux années je n’avais de cesse de lui préparer à manger et de m’occuper de son petit confort. Si elle avait été plus jeune que moi on aurait pu dire que c’était la mère qui s’occupait de sa fille pour qu’elle puisse se concentrer sur son travail. Je m’en sortais toujours en cuisine, je n’avais jamais ratée un plat ou alors c’était quand j’étais très jeune. Je servais la coupe de Eden et je m’en servais une petite aussi. J’allais ranger la bouteille et la chancelière m’expliqua que c’était une bonne chose que je sois là car elle n’avait pas la motivation de se faire à manger. Je prenais la volaille et la déposais sur la table avant de dire :

- Je comprends mieux pourquoi tu as perdue du poids alors. Si tu n’as plus la motivation de te cuisiner un bon petit plat tu vas finir par perdre un os. Non mais franchement, il faut que je parte pendant plusieurs mois pour que tu te laisses allée ? Ça ne va pas du tout ça.

Je commençais à servir Eden en viande et en accompagnement. Finalement je m’asseyais sur ma chaise et je la regardais en souriant. Je lui devais beaucoup. Elle m’avait hébergée et cela sans rien demandé en retour, alors j’ai tentée d’être la plus utile possible. Je levais mon verre vers elle pour porter un toast :

- A nos retrouvailles ! En tout cas je suis ravie car maintenant je vais pouvoir passer plus de temps dans tes pattes, et j’espère que ta sécurité ne me dérangera pas pour cela. Maître Garvan m’a donné la mission d’être l’intermédiaire entre la République et les Jedis. Donc je serais souvent sur Denon, mis à part pour quelques missions à droite à gauche. Donc on pourra se voir beaucoup plus souvent, c’est pas génial ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leader de la République Galactique
Leader de la République Galactique
avatar
Messages : 93
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 30
Localisation : Dans mon bureau sur Denon

Feuille de personnage
Double Compte: Kassiopéa O. Silverstone
Armes: Pistolet-blaster (x2) & Lame de Gantelet (x2)
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Repas de Retrouvaille (Eden & Asuna) Mer 29 Mar - 14:11

Gaïéte après le boulot !
Eden K. Ravenswood & Asuna Tial
Non, il est clair que je ne m'attendais pas à voir ma fille. Et encore moins dans mes bras. Mais bon, je savais ce qu'il en était. Je finis par la libérer et je la regarde même si je suis fatiguée. Quand on travaille pour la diplomatie républicaine, on ne peut pas trop se permettre de faire ce qu'on veut même si c'est un peu le cas. Je suis une forte tête et je ne me laisse pas marcher sur les pieds. Cela est valable pour l’État-major, le Sénat ou encore les sénateurs. Il faut dire qu'elle ne se laissait jamais faire même si elle a laissé le peuple de Corellia la nommé comme représentante de leur planète. Jusqu'à ma nomination en tout cas. Maintenant que je suis devenue Chancelière, il faut un remplaçant qui a probablement déjà été nommé. Pour être honnête, il y a tellement de Sénateurs que je ne sais plus qui représente quelle planète etc... Cela devient trop compliqué. Je lâche un soupir et je m'étais assise dans mon appartement. Il faut dire que la sécurité est au plus haut point ici. Quoique je me demande à quoi cela sert. En règle générale, je me défends toute seule et c'est quelque chose que le Sénat à du mal à se mettre en tête... Mais bon, je dois faire avec...

Levant les yeux sur ma fille, je l'écoute alors qu'elle me donne le menu de la soirée. Ou plutôt du repas. Je souris lorsqu'elle rit et je patiente. Je ne lui demande rien... Je devrais peut-être lui rappeler qu'elle n'est pas mon esclave. Mais je la connais et je sais de qui elle tient son caractère. Cependant, la savoir Jedi me rassure dans le fond car je me suis toujours demandée ce qu'elle ferait si je ne l'avais pas confiée à quelqu'un. Il est vrai qu'elle est le fruit d'une erreur de jeunesse mais je tiens quand même à elle. Je ne l'ai jamais vu grandir mais j'aime ses moments de complicité, de rire et de parlote. Je ne devrais peut-être pas. En fait, je ne sais pas trop. Je ne suis déjà même pas sûre de vouloir lui dire... J'ai peur que notre amitié se termine là... Je me secoue la tête quelques secondes avant de me concentrer sur elle. Elle me sert une petite coupe et je l'a remercie chaleureusement. Et oui, sur le coup, c'est bien si elle est là. En fait, si elle n'avait pas été là, je me serais commander à manger avant d'aller me coucher. Je commence toujours très tôt et je finis toujours très tard. C'est ainsi qu'est le boulot quand on a une République composée de beaucoup de planètes qui attendent sans cesse derrière vous. J'écoute ma fille en souriant puis je me mets à rire. Mais d'un rire franc et honnête. Je rêve où elle est en train de m'engueuler ? On dirait presque un vieux couple... Je pose la coupe et je ris au point d'en pleurer presque. Cela fait du bien. Je mets un petit moment pour me calmer. Cela faisait longtemps que je n'avais pas rit comme ça. Je laisse Asuna me servir en viande et je respire pour me calmer parce que je n'arrive pas à aligner une seule phrase ou un seul mot. Je lève ma main gauche sur le visage pour essuyer les larmes de joies que j'avais.

« - Si seulement, cela pouvait être vrai, Asuna... »

Me laisser aller hein ? J'ai plus de quarante années et je ne suis pas mariée. Pire encore, cela ne m'intéresse pas. Je vais finir en vieille fille sans mariage mais j'ai une descendance. Qui se trouve d'ailleurs devant moi. Je me sens plus détendue et je place ma tête en arrière tout en fermant les yeux. Je prends une grande inspiration avant d'entendre Asuna porter un toast. Ouvrant les yeux et me redressant, je reprends le verre en main avant de trinquer avec elle. Sourire sur le visage, j'étais calme et détendue. Cela changeait de d'habitude vu que le poste de Chancelière est relativement stressant. Mais ce n'est pas comme si je n'avais pas l'habitude vu que j'étais tout le temps stressée en étant dans les Forces Spéciales puis dans la résistance coréllienne. Mais j'ai toujours aimé l'adrénaline et cela a toujours fait partie de ma vie. Je n'ai plus vingt et il serait peut-être temps que je change de vie... Enfin là dans l'immédiat, je suis « coincée » pour six ans alors autant fait de mon possible pour que mon mandat se passe pour le mieux. J'ai six ans pour faire mes preuves et on ne peut pas dire que tout se déroule pour le mieux. Des négociations tendues ainsi qu'un échec cuisant avec le CDZ. Bon, en même temps, c'est la dirigeante de ce groupuscule qui a tranché pour moi.  Elle a voulut une réponse immédiatement et elle ne l'a pas eu. C'est peut-être ça qui ne lui a pas plus. Contrairement à elle, je ne suis qu'une représentante de plusieurs planètes et je ne décide pas toute seule. Il y a toute une procédure à déclencher. Par ailleurs, j'ai eu une idée qui va devoir se faire afin de contrer certains problèmes. Mais je ne dois pas aller trop vite. J'avais encore pas mal de chose à faire avant. Je dirige un ensemble de nation, pas un empire ou un royaume... Secouant alors ma tête, je devais revenir à la réalité afin de profiter de mon temps libre. J'avais entendu ce qu'Asuna avait dit et je garde ce sourire en coin.

« - Dit comme ça, on dirait que cela t'embête de trainer dans mes pattes... Mais c'est une bonne chose que le Grand Maître t'autorise à pratiquer. En plus, cela tombe bien, je comptais justement lui rendre visite au Temple. Tu m'y accompagneras ? »

Oui, je devais voir certaines choses avec lui d'ordre général et politique. Je ne savais pas où se trouvait précisément le temple alors j’espérais compter sur Asuna pour m'y guider. Je savais sur quelle planète se trouvait le temple mais cela s'arrête là pour le moment. Et puis, il est aussi un conseiller que je n'ai pas le droit de négliger. Je sais aussi que Elios va vouloir venir puisqu'il est mon garde du corps attitré. Va falloir que je les fasse se rencontrer vu que sur le papier Asuna devient un de mes gardes du corps et au vu de son rôle, je ne pense pas la tenir à l'écart. Bien que le Sénat ne le sache pas encore, les Jedi ont aussi leur mot à dire sur ma politique et sur ma façon de gérer la République. Et je compte sur Asuna pour m'en faire part. Pour ce soir, je vais la laisser tranquille avec la politique mais dés demain, elle mettra les pieds dans l'oeuf à mes côtés. Peut-être devrais-je la placer en tant qu'assistante comme ça, elle saura tout ce qui se passe au sein de mon bureau et je n'aurais aucune peur de lui cacher. Je verrais avec elle. Mais maintenant que je suis reposée, je devrais peut-être aussi lui en parler.

« - Du coup, vu qu'on risque de travailler ensemble de manière très étroite, je me dois de te dire quelque chose d'important... »

Ca y est, cela recommence. Le stress revient. Lâchant un soupir, je pose ma coupe et je me lève afin d'aller vers un meuble que je déverrouille précautionneusement. Dedans se trouve tout ce qui m'est privée et je remarque une pile de courrier placée sur le dessus de celle-ci. Je vais devoir m'en occuper plus tard. Cherchant quelque chose, je mets plusieurs minutes à le trouver. Il s'agit de mon datapad personnel et je le place à ma ceinture avant de tout refermer. Revenant près d'elle, je me mets assise. Je ne savais pas comment le lui dire mais cela devait être fait. Je ne pouvais pas continuer à lui cacher alors qu'on va travailler ensemble. Ce serait malhonnête de ma part alors que je tiens à conserver cette honnêteté jusqu'à la fin de mon mandat. Reprenant mon datapad, je cherche quelque chose que j'affiche avant de bloquer l'écran. Puis je regarde Asuna en lui tendant le datapad.

« - Je ne sais pas comment te l'annoncer alors peut-être que ce sera plus facile en te montrant le document... C'est la raison pour laquelle tu seras toujours la bienvenue chez moi... »

Je lâche un soupir et je commence à jouer avec mes doigts, preuve de ma nervosité. J'ai mis un long moment avant de m'y faire mais elle ne peut pas rester dans l'ignorance plus longtemps. J'avais reçu les résultats alors qu'elle venait de repartir et je ne voulais pas la déranger. Voilà pourquoi elle avait eu accès à mon appartement sans trop de problème. Et aujourd'hui plus que jamais, elle est la bienvenue dans mes quartiers privés où une chambre est toujours prête pour accueillir quelqu'un. Je baisse la tête et je pince les lèvres accusant sévèrement le coup cette fois-ci. Sur le datapad, Asuna pouvait y lire le test de maternité que j'ai fais faire quelques jours avant son départ pour Coyn... Enfin, c'est ce que je suppose en tout cas.




Eden K. Ravenswood

Chancellor, she represents the Galactic Republic. A member Special Forces, she shares her weapons with the brothers. Corelian, she served with honor and pride. Long live the Republic ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diplomate Jedi Republicain
Diplomate Jedi Republicain
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Double Compte: Ben Ghoster / Ignil Kal
Armes: Sabre rapière laser, Rapière vibrolame, Blaster DL-22
Alignement: Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Repas de Retrouvaille (Eden & Asuna) Mer 29 Mar - 21:57



Asuna Tial
Diplomate Jedi Républicain


Une fois que j’avais fini de parler par rapport au fait qu’elle ne prenait pas soin d’elle et se laissait aller, Eden commença à rire à gorge déployée. Cela me fit rire aussi. Nous étions toutes les deux entrains de rire de bon coeur. Finalement ce fut au bout d’un moment que nous terminions de rire. Ça faisait longtemps que je n’avais pas ris comme ça. Enfin deux mois. Je rigolais toujours avec Eden ça me faisait du bien, et à elle aussi il me semblait. Sauf que je n’en étais pas sûre à cent pour cent. Ignorant cela je commençais à la servir en viande. J’en profitais pour lui faire partager la bonne nouvelle que je restais sur Denon pendant certains moment pour garder un bon équilibre entre le conseil Jedi et elle. C’était une mission de la plus haute importance, et je me devais de m’y abstenir et la réussir du mieux que je pouvais. D’ailleurs Eden commença à me dire que je lui annonçais comme si ça me gênait d’être collée à elle. Je me mis à rire puis elle me demanda si je souhaitais l’accompagner pour aller le voir. Je souriais en coin avant de dire :

- C’est surtout que sans moi tu serais perdue sans t’en rendre compte. Déjà tu as perdu pas mal de poids. Tu sais les hommes ne cherchent pas des squelettes. Ils cherchent des femmes avec des formes. Mais sinon oui ça sera avec joie de te conduire vers maître Garvan, on prendra même mon vaisseau pour fuir tes gardes du corps.

Je terminais avec une petite grimace en passant la langue. Les Jedis étaient un secret bien gardé et il fallait que cela reste ainsi pour le moment. Une fois servit je commençais à manger tranquillement en regardant toujours Eden. Elle était très gentille et ne faisait pas ses quarante ans. On pouvait presque lui en donner trente-deux. La politique ça vous vieillit comme on dit. Là ma pauvre chancelière n’était qu’au début de son mandat, et elle avait le temps de vieillir. Je l’imaginais avec plein de ride et des cheveux blancs. Cela me faisait rire intérieurement. Je reportais mon attention sur Eden qui semblait assez sérieuse pour le coup. Elle commença à me parler du fait qu’elle avait quelque chose d’important à me dire. J’avais un bout de viande dans ma bouche qui était encore collé à ma fourchette. Je la voyais se lever de son siège et se diriger vers un endroit de la pièce. Elle ouvrit quelque chose et sortit un datapad qu’elle me tendait avec une phrase assez intrigante. De quoi parlait-elle ?

Je regardais le datapad et je le lisais. C’était un test de maternité. C’est les mains tremblantes que je lisais la suite. Le test la concernée elle et…. Moi ? Comment ? Pourquoi ? Le test avait été fait deux fois et il y avait confirmation. J’étais la fille de Eden…. Pourquoi ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi ne m’avait-elle rien dit ? Pourquoi m’avait-elle abandonnée ? Je sentais les larmes couler sur mes joues pendant que je sentais la force m’envahir. Ma tristesse ou plutôt ma souffrance me faisait perdre mon équilibre. Je sentais mes mains serrer le datapad de plus en plus pendant que je perdais peu à peu conscience de ce qui m’entourait Pourquoi m’avait-elle abandonnée ? Mais surtout pourquoi me le dire alors qu’elle m’avait laissée bébé ?

Je voulais savoir. Les objets autour de moi commençait à léviter lentement. Il me fallait reprendre le contrôle. Je commençais à réciter le code Jedi que j’avais appris avec ma mère adoptive….. Ma mère adoptive savait-elle qui était ma mère ? Dans un instant de lucidité je voyais le collier avec le pendentif en éclair avec les initiales E.R. Je regardais ma mère biologique…. Elle m’avait abandonnée mais ne m’avait pas laissé sans rien. Si j’avais ce pendentif c’était qu’elle voulait que je la retrouve. Je commençais à me calmer petit à petit, les objets cessant de flotter et reprenant place. Je respirais lentement tout en récitant dans ma tête le code Jedi, ou plutôt les deux codes. Reprenant mon souffle je fermais les yeux pour les rouvrir en regardant Eden. Je la voyais pour la première fois comme telle qu’elle était. Une femme qui avait dut se séparer de son enfant et qui avait peur de ma réaction. Je ressentais ses émotions, je voulais la rassurer. Je m’approchais d’elle et une fois à sa hauteur je m’accroupissais. C’est encore les yeux humides que je commençais à dire d’une voix calme, posée et douce :

- Tu n’as plus ce fardeau à porter maintenant Eden. Je suis là maintenant.

Je souriais, les yeux encore pleins de larmes, mais au moins je ne pleurais plus. Il était vrai que j’avais des tas de questions, mais il me fallait garder mon calme. La plus stressée c’était ma mère. Moi qui me demandait toujours comment se ferait ma rencontre avec ma mère, je ne m’attendais pas à cela. Je lui faisais un sourire pour ne pas qu’elle s’inquiète. J’avais souffert de cette nouvelle, mais je savais que Eden ne m’aurait pas abandonnée. Je la serrais dans mes bras, comme ma mère adoptive le faisait quand j’étais petite et que j’arrivais pas à me calmer. Je regardais de nouveau ma mère avant de lui demander :

- J’aimerai savoir ce qui t’as poussée à ne pas m’élever. Pourquoi as-tu été obligée de te séparer de moi ? J’aimerai savoir le début de mon histoire s’il te plaît.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leader de la République Galactique
Leader de la République Galactique
avatar
Messages : 93
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 30
Localisation : Dans mon bureau sur Denon

Feuille de personnage
Double Compte: Kassiopéa O. Silverstone
Armes: Pistolet-blaster (x2) & Lame de Gantelet (x2)
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Repas de Retrouvaille (Eden & Asuna) Dim 23 Avr - 12:17

Gaïéte après le boulot !
Feat
Asuna Tial
En même temps, je cours partout alors comment ne pas perdre du poids ? Sans oublier que je saute des repas à cause du planning du à mon poste. C'est dingue comme cela peut être aussi long que rapide. Je pouffe lorsqu'elle parle des hommes. Mais je n'ai plus l'âge pour aller à la chasse aux hommes. Je n'en ai aimé qu'un seul et il n'est plus de ce monde. Depuis longtemps... Cependant, le fait qu'elle accepte de m'accompagner sur Coyn me ravie. Je ne me voyais pas arriver en orbite et jouer à la courte paille pour chercher une aiguille dans une botte de foin. Même si je sais que Coyn est une planète placée sous protectorat Républicain. Cela ne veut pas dire que c'est une planète qui sera ignorer. Ce n'est absolument pas mon genre et il n'est même pas impossible que le sénateur qui représente cette planète soit un Jedi. Enfin, ne ce qui me concerne, je sais qu'ils sont mêlés à l'ensemble et je suis peut-être la seule à avoir ce secret et a le garder précieusement. Pour le moment, je n'ai pas de vice-chancelier pour la simple et bonne raison que je n'ai pas de candidats valable et le Sénat me pousse à en nommer un.  Pour le moment, je résiste mais au cas où, je pourrais nommer quelqu'un de fiable. Mais cette personne fiable n'est pas à mes côtés et mon passif militaire me force à me douter de tout le monde ou presque. Rares sont les personnes en qui j'ai confiance et ils se comptent sur les doigts de la main : Elios qui m'est très loyale et fidèle estimant qu'il me doit la vie et Asuna qui est ma fille, ma véritable fille. Même si je suis en plein doute concernant sa réaction, elle devait savoir ce qui s'était passé. C'est pour cette raison que j'ai pris mon courage à deux mains pour essayer de lui dire la vérité. Mais je n'ai jamais pu trouver les mots alors j'ai fais autrement.

«  - Mes gardes du corps ne me gênent pas. Et puis, en théorie, tu en es aussi un. »

Certes, c'est une couverture mais c'était la seule façon que j'avais pour la faire venir à moi afin qu'elle puisse faire son rôle d'intermédiaire entre le Grand Maître et moi. Mais elle sera bien plus libre que les autres et puis Elios est toujours quelque part dans les parages. Je n'ai donc pas à m'inquiéter si Asuan venait à quitter temporairement son poste. J'aurais pu prendre des cheveux blancs et j'en ai mais ils sont cachés sous le reste de la chevelure. Cependant, la diplomatie ne m'a jamais stressée car on disait à l'époque où j'étais dans les Forces Spéciales que c'est la guerre des mots. Cela m'avait toujours fait sourire mais je sais mieux que personne que c'est la vérité et que c'est à moi de faire attention à ce que je fais et à ce que je dis. Après lui avoir tendu le datapad, j'étais muette comme une taupe et j'étais apeurée par la réaction qu'elle pourrait avoir. Je ne voulais pas la perdre une seconde fois mais je devais le lui dire. C'était un mal pour un bien... Si je ne suis pas honnête avec moi-même ou mes proches, comment je peux l'être aux yeux des autres ? J'aurais pu me taire et garder ce secret avec moi mais je ne savais pas si j'y arriverais. Son retour à mes côtés m'a obligé à revoir certaines choses dans ma vie personnelle.

Tout aussi sensible qu'Asuna, je ressens les sentiments de celle-ci et je m'aperçois que les objets se mirent à voler. Baissant la tête, je serre les poings et je ferme les yeux pour ne pas lâcher de larmes. Depuis que je suis dans la vie politique, j'ai appris à cacher mes sentiments mais en ce moment, ce n'est juste pas possible. Va-t-elle me détester ? Va-t-elle s'emporter ? Va-t-elle m'en vouloir ? Toutes ses questions qui restent à marteler mon esprit et qui demande réponse. C'est un poids que j'ai porté durant toutes ses années. Toutes ses années à regretté, toutes ses années à me demander ce qu'elle pouvait bien faire et je ne l'ai pas vu grandir jusqu'à il y a trois années. Toutes ses années de souffrances silencieuses que j'avais réussi à apaiser et qui semble revenir sur l'instant. On aurait dit une plaie qui ne se refermera jamais. Je ne prête plus attention aux objets qui volent même si cela ne m'a jamais réellement rassurée et je laisse mon esprit continuer à me torturer avec toutes ses questions jusqu'à ce qu'Asuna me fasse sursauter alors qu'elle était accroupie devant moi. Je garde la tête baissée par honte. Oui, j'ai honte... Honte d'avoir abandonné ma fille, honte de ne pas l'avoir vu grandir, honte de ne pas avoir été présente pour elle. Prenant mon courage à deux mains, je l'observe et elle a les yeux aussi humides que moi. C'est alors qu'elle me serrer dans les bras et je reste pantoise. Je reste immobile durant quelques secondes avant qu'elle ne se détache de moi. Me demandant de tout lui dire, j'hoche la tête et je me lève.

«  - Laisse-moi quelques minutes, je vais chercher quelques photos »

Je devais prendre quelques photos qui se trouvait à mon bureau de l'appartement. Les photos sont répartis dans l'ensemble de l'immense appartement qui est le mien et qu'on m'a loué depuis que j'ai accéder au poste de Sénatrice. Mais il est bien trop grand pour moi toute seule. Faisant des allers-retours dans diverses salles, Asuna remarque bien que j'étais encore un peu perdue. Finalement, après quelques minutes, je reviens m'installer à ses côtés et visiblement un peu plus rassurée. Asuna ressent mon affinité avec la Force et elle peut se douter de qui elle tient son affinité avec la Force. La seule différence, c'est que je n'ai jamais intégré le temple Jedi pour y être formée. Posant sur la table plusieurs photos, Asuna pouvait reconnaître sa mère adoptive. Je prends plusieurs inspirations afin de me rassurer et je la regarde quelques secondes avant de prendre la parole.

«  - Avant ta naissance, j'étais un membre des Forces Spéciales de la République et nous étions en pleine guerre des clones. Mon escouade et moi étions en permission après plusieurs missions. Jusque là, rien d'anormal. Sauf que je me suis retrouvé avec mon Capitaine, Niwan Oburry, et nous parlions de notre passé. La mélancolie a fini par s'installer et nous avons bu... Arrivé ce qui arriva... Bien que cela soit une erreur de jeunesse, il reste ton père biologique...  »

Je prends alors la photo groupé où Asuna pouvait voir tous les membres de mon escouade et je sais qu'ils sont tous morts. Je n'ai eu que lui dans ma vie et même si cela était prohibé selon le code militaire. Je regarde la photo et je lui montre qui est son père alors qu'il est en armure. Je me rappelle de cette photo, on l'avait prise juste avant un raid d'opération durant la fameuse guerre des clones. Je me rappelle de sa réaction lorsqu'il a su que j'étais enceinte. Ni lui ni moi avions prévu que cette soirée allait finir par la naissance d'un petit être. Secouant ma tête, je devais reprendre mon récit. Je lui dois au moins ça.

«  - Nous avions fait une erreur car les relations entre officiers et subordonnées d'une même escouade étaient interdites à l'époque... Nous pensions que cette nuit-là resterait entre nous. Puis j'ai su quelques semaines après que je t'attendais. Refusant l'avortement, j'ai du lui en parler... Seulement, cela a finit par se savoir. Pour éviter la cour martiale, j'ai du te donner vie mais j'ai du te confier à quelqu'un... Je ne voulais de toute façon pas te voir grandir dans une atmosphère de guerre et de sang... »

Je prends alors une photo de sa mère adoptive et moi que je regarde. Cette togruta était une Jedi avant que l'Ordre 66 ne tombe et je m'étais profondément liée avec elle. Elle savait que je risquais gros si je prenais le risque de te garder. Surtout que mes missions étaient toutes dangereuses. Mais là ou Tiala et moi étions d'accord, c'est sur le fait qu'on aurait pu se servir d'elle pour me faire tomber et je m'y refusais. Je ne voulais pas donner d'outils à mes ennemis pour m'enfoncer et me faire perdre ma carrière. Je donne ensuite la photo à Asuna avant de reprendre mon récit. Je ne veux pas lui mentir, je ne veux pas me montrer malhonnête avec elle.

«  - Tiala et moi étions des amis de longue date et elle m'a aidé à accepter le fait de me séparer de toi. A l'époque, elle avait raison. Avec la guerre, je n'étais pas à l'abri qu'on se serve de toi pour me faire fléchir. J'ai du prendre la décision difficile de me séparer de toi. Je t'ai donc confiée à elle en toute confiance. Elle est partie vivre sur Alderande avec toi avant que la Grande Purge n'ai lieu. En toute discrétion, j'ai veillé sur toi et sur elle mais je ne pouvais pas prendre le risque de m'exposer ouvertement alors nous sommes restée éloignées. Puis l'Ordre 66 est tombée et j'ai été blessée avec mon escouade alors qu'on protégeait un Jedi. Il a fallu plusieurs semaines à l'Alliance des Planètes Libres pour retrouver notre trace.  Je me suis retrouvée sur Denon... Mais je ne parvenais plus à avoir de tes nouvelles... »

Je baisse la tête et je m'en voulais encore. Pourquoi n'avais-je pas fait route vers Alderande pour vérifier qu'elle allait bien. Et puis, avec l’avènement de l'Empire, je ne voulais pas non plus la mettre en péril. Surtout que l'Empire avait vu le jour était horriblement suspicieux. Je me refusais de la savoir entre les mains de l'Empire en sachant qu'à la minute même où j'ai suivi mon supérieur, j'étais devenue une traitresse et un déserteur.

«  - J'étais devenue une traitresse et je ne voulais pas prendre le risque de te faire découvrir alors j'ai évité d'en savoir plus. Avec l’avènement de l'Empire, nous ignorions ce qui pouvait se passer... Tiala, quant à elle, a du passer son temps à se cacher car l'Empire avait créer l'inquisitorius pour traquer les Jedi survivants à l'Ordre 66. Cela m'a toujours chagriné de devoir me séparer de toi mais je n'ai pas réellement eu le choix et si j'étais partie avec toi, j'aurais été traquée par mes propres alliés. Je me demandais souvent si tu allais bien et comment tu étais. Et je n'ai pas arrêté de regretter le fait de t'avoir abandonner... Toutes ses années à essayer de te retrouver... Jusqu'à ce fameux jour où tu es venu à moi alors qu'on avait pirater mon transport. Dés que je t'ai vu, j'ai eu des doutes... Doutes que j'ai fais confirmé avant ton départ pour Coyn... »

Ce que je ne dis pas, c'est que j'avais ressenti la mort de mon amie dans la Force le jour où ma fille a affronté ce sith. Bien sûr, j'ignore qu'elle avait affronté un sith et cela fait partie de sa vie privée. Des larmes s'écoulent sur mes joues et j'avais tout dit à ma fille. Elle était un accident mais j'ai eu énormément de mal à me séparer d'elle. J'aurais voulu la voir grandir, la voir marcher, la voir courir, jouer, manger avec elle. Mais je n'ai pas pu et je m'en veux encore aujourd'hui d'avoir pris la mauvaise décision ce jour-là et si j'aurais pu retourner en arrière pour la garder avec moi, je l'aurais fait sans hésiter. Je finis par craquer et je me mets à pleurer en plaçant mes mains devant mon visage. C'était un poids que je portais toutes ses années sur les épaules et le stress disparaît peu à peu mais au fond de moi, j’espérais qu'elle ne m'en veuille pas. J'avais fais un choix difficile et je le regrette, même encore aujourd'hui. Cela m'a pesé sur la conscience jusqu'à aujourd'hui. En cet instant, je n'étais plus la Chancelière mais une femme qui est fragilisé par son propre secret.




Eden K. Ravenswood

Chancellor, she represents the Galactic Republic. A member Special Forces, she shares her weapons with the brothers. Corelian, she served with honor and pride. Long live the Republic ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Repas de Retrouvaille (Eden & Asuna)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ~ Asuna Vesperina Theotanasia Entheofushia Kagurazaka
» Kit pour Asuna
» Retrouvaille
» Repas du tournoi
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Résurgence :: Bordure Intérieure :: Denon-
Sauter vers: