AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Enfin un peu de réconfort ! [PV Ben Ghoster / Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
 Grand Maître Jedi
 Grand Maître Jedi
avatar
Messages : 325
Date d'inscription : 24/11/2015
Age : 31
Localisation : Temple Jedi de Coyn

Feuille de personnage
Double Compte: Elios Albireo / Medlinya Linaewen
Armes: Sabre laser à lame argenté, sabre laser simple à lame azurée (inutilisé), katana en Songsteel
Alignement: Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Enfin un peu de réconfort ! [PV Ben Ghoster / Libre] Mer 18 Jan - 19:38


Depuis peu, Eden m'avait confié certaines tâches que Mandrell ne pouvait réaliser sans dépasser les limites que je lui avais imposées. L'envoyer ici aurait été comme lâcher un Rancor sur un village d'Ewok en pleine nuit. Un véritable carnage digne des pires histoires grotesques, un mélange entre orgies obscènes et bains de sang et d'alcool. Ce fut donc à moi de me retrouver dans un pareil cloaque. A mes yeux, Zeltros n'était au final qu'une air de débauche et de fêtes qui ne convenait à personne ne visiter en famille. Certes, j'avouais ne pas être le plus digne Jedi de l'Ordre, et malgré mon rang il m'arrivait de goûter aux plaisirs de la vie. Pourtant, quelque chose me dérangeait dans ces déboires visuels et auditifs. A peine avais-je posé le Karma au spatioport de la capitale, qu'une demi-douzaine de Zeltronnes, seins nus, vinrent à ma rencontre, me souhaitant la bienvenue avec moult cocktails alcoolisés et autres mouvements "insistants" sur ma personne. Poliment je leur fis comprendre que je n'étais pas ici pour ce genre de choses. D'ailleurs, il fallut que j'use de la Persuasion de Force pour les faire partir loin de moi. Débauche, alcool et fêtes… Tout cela ne m'enchantait que de moins en moins. Et si Mandrell se serait retrouvé ici… J'aurais donné mon bras droit contre le fait qu'il y serait sans doute resté.

La vie qui s'écoulait ici n'était faite que des plaisirs les plus simples. Partout où mon regard se posait, je ne percevais que liesse et bonheur. Les Sénateurs buvaient ensemble, lorsqu'ils se contentaient de ne faire que cela, les musiciens – des Bith pour la plupart – jouaient si bien que je fini par m'arrêter pour les écouter quelques minutes. Finalement, je repris ma marche. Ma mission était simple, il me fallait rencontrer une Sénatrice Républicaine, celle-la même qui dirigeait la planète. Durant le voyage, j'avais fais des recherches sur cette dernière : une Zeltronne de souche, prenant encore moins au sérieux les affaires de sa planète que les dernières tenues à la mode à Coruscant. Bien entendu, je me doutais que toute cette histoire n'était au final qu'une image qu'elle rendait, et ce, afin de donner le change face à l'Empire. Il ne me fallut guère beaucoup de temps pour arriver jusqu'à elle, et encore moins pour en voir plus que je ne l'aurais voulu. Ce fut dans une tenue des plus transparente qu'elle m'ouvrir, en personne, la porte de la salle de réunion. Chose étrange, elle n'était pas seule. De part et d'autre de la table, se trouvait un soldat en armure blanche, droit comme un piquet ; et de l'autre une femme aux traits fins et jeunes. A leur manière de se tenir et aux insignes qui ornaient leurs tenues, le fait qu'ils soient Républicains ne laissait aucuns doutes.

Poing sur le cœur, je la saluais comme il était d'usage dans de pareils cas. Afin de faire moins protocolaire, l'idée même de la bure fut oubliée. Les Jedi n'étaient pas les bienvenues dans l'espace de l'Empire, mais Zeltros, quoique ouvertement neutre, suivait les principes de la République. Quiconque posait le pied ici devait être considéré comme un ami. Il s'agissait d'ailleurs d'un des principes même de cette planète. Aucune arme n'était foncièrement tolérée, son port même était prohibé, en dehors des gardes… Affalée sur son fauteuil recouvert de tissus rouge vif, la Zeltronne bougea une main particulièrement désabusée. Trop de simagrées avait-elle dit ? Comment pouvais-je en faire trop ? Ses jambes se dépliaient langoureusement, laissant apparaître des courbes délicates et parfaites, moulées dans une tenue que n'importe quel autre Jedi aurait pu qualifier d'outrageuse. Restant stoïque devant autant de propositions indécentes, et non moins silencieuses, cette dernière fini par se lasser de moi. Elle accepta la proposition de la Chancelière, et me fit comprendre qu'elle avait un – ou plusieurs – compagnon qui l'attendait dans une chambre non loin d'ici. Bien entendu, sa proposition de les rejoindre fut balayée avec une politesse pragmatique.

Laissant derrière moi la salle sur laquelle les portes se refermèrent sans un bruit, je me dirigeais alors vers le spatioport, bien décidé à quitter cette planète de stupre et de luxure avant la tombée de la nuit. Bien malgré moi, je fini par me laisser imprégner de ce sentiment de bien-être qui flottait dans l'air. Mes cheveux argentés se virent attachés en une queue-de-cheval par une des Zeltronnes qui portaient des plateaux dorés sur lesquels étaient disposés des cocktails aux couleurs chatoyantes. Mon armure sombre tranchait avec l'ensemble des variations de ces aquarelles multicolores qui teintaient les regards. Ce fut donc, non sans y réfléchir à deux fois que je me décidais à enlever le haut de ma tenue. Les muscles saillants de mon corps, sculptés par les heures d'entraînement intensifs eurent pour effet de faire tourner la tête de nombreuses personnes, hommes comme femmes. Prenant place à ce qui ressemblait le plus au bar d'une cantina, je passais alors ma commande. Pas d'alcool, jamais d'alcool. Déjà que je dépassais mes propres limites en restant ici, je ne me permettait pas de d'abuser.

C'est le regard perdu dans le vague et le doigt caressant le haut de mon verre que je me perdis à apprécier ce monde. Moi qui n'avait jusqu'à lors connu que la sagesse Jedi et la tristesse du monde qui m'entourait, je découvrais ce que Zeltros avait à offrir. Apparemment, la Sénatrice semblait en avoir eu assez de ses deux gardes du corps, à un point tel qu'ils se trouvaient juste devant moi. Seul le serveur, un Trandoshan borgne, nous gâchait la vue. Lui tendant quelques crédits, je l'invitais à payer leurs consommations. Ceci fait, je pris mon verre et m'approchais d'eux. Zeltros était une planète magnifique, dont les sources chaudes autant que les piscines étaient connues dans toute la galaxie. Il était donc rare d'y voir un soldat en armure et une Républicaine s'y trouver… Les ordres devaient provenir de plus haut. Eden avait-elle eu peur de la réaction de sa Sénatrice à mon égard, ou bien était-ce peut-être l'inverse ? Je l'ignorais encore. Mais bientôt, je saurais de quoi il en retournait.


- La Sénatrice ne vous a pas convié à ses festivités ? Il n'est pas rare que ses plus proches collaborateurs le soit il me semble. Mais permettez-moi de me présenter. Mon nom est Varnas, et je suis rattaché au Secteur Elrood. Et à qui ais-je l'honneur ?

La politesse était de mise dans de pareilles situations. Ni eux, ni moi n'étions armés, ou tout du moins le laissions paraître. Je me devais de les observer afin d'en apprendre plus avant de me dévoiler un peu plus amplement. Eden m'avait parlé d'espions au service de l'Empire qui se terraient dans les rangs de la République. S'il s'agissait de ces deux-là, je le saurais assez tôt. Sinon… Mon passage sur Zeltros m'aura au moins permis d'oublier durant quelques heures le froid glacial des montagnes de Coyn.





Dernière édition par Dante Garvan le Lun 13 Mar - 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsresurgence.forumactif.org
Sergent Républicain
Sergent Républicain
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 17/11/2016
Localisation : Republic Squad

Feuille de personnage
Double Compte: Ignil Kal
Armes: Fusil blaster DC-17m, Pistolet blaster DC-15S, Grenade en tout genre et Vibrolame de combat rétractable
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Enfin un peu de réconfort ! [PV Ben Ghoster / Libre] Jeu 19 Jan - 9:31



Ben Ghoster
Sergent de la République


Je soupirais intérieurement. Pour que mon transfert soit accepté il me fallait faire cette dernière mission. Vous parlez d’une mince à faire. Je n’aimais pas cette planète. Trop de luxure, d’alcool et qui plus est il semblerait que tous les vices soient possibles d’être assouvis ici. Et j’avais été envoyé ici avec un autre capitaine pour me supervisé et éviter un conflit probablement. J’en avais marre d’être ici, mais je ne pouvais rien faire de plus. Notre mission était une mission de protection envers la sénatrice de cette planète. Plus une prostituée ou une femme qui ne cesse de donnait raison à ses pulsions sexuelles. D’ailleurs quand nous étions arrivés sur la planète, nous avions dut allé la chercher nous même. Elle ne nous prenait pas vraiment au sérieux, mais elle accepta la demande de sécurité pendant la réunion avec l’émissaire de la Chancelière.

Pendant la réunion elle alla ouvrir directement la porte à l’homme qui rentra sans la moindre inquiétude. On avait pas vraiment le droit aux armes, mais nous avions eut l’autorisation de garder une arme de poing. J’avais gardé mon pistolet blaster DC15S, mais je me sentais quand même nue sans mon fusil. Mais la chose intéressante ici c’était que j’avais mon armure de clone avec ses lames rétractables et je devais dire que ce n’était pas rien. L’homme dans la salle était assez fin et avec une longue chevelure blanche. Sa tête me disait rien. Je ne l’avais jamais vraiment vu et je devais dire qu’il dégageait une prestance assez impressionnante, quelque chose que je n’avais jamais ressenti depuis très longtemps, mais je n’arrivais pas à savoir laquelle. La manière dont il se tenait et qu’il parlait en ignorant totalement la tenue outrageante de la sénatrice ne cessait de titiller ma curiosité. Où avais-je déjà senti ça par le passé ?

L’échange fût bref et la sénatrice partit prendre congé. Nous l’avions suivis quand elle nous ordonna de prendre congé et de partir prendre un verre au bar avant de quitter la planète. En revanche je devais retirer mon armure afin de ne pas engendrer quelconque hostilité envers les gens. Je m’étais dirigé dans un vestiaire afin de me changer, mais pour ne pas être totalement nu, je gardais mon armure caché dans ma veste à l’abri des regards indiscrets. Je portais un tee-shirt noir avec une veste de la même couleur et un pantalon bleue foncé. Je rejoignis ma capitaine et nous nous mirent au bar afin de boire tranquillement. Je prenais la parole à un moment :

- J’ose espérer que nous quitterons cette planète dans pas longtemps capitaine. Je n’aime pas du tout cet endroit. A quand la prochaine navette ?

Avant qu’elle ne puisse me répondre nous rencontrâmes de nouveau l’homme qui avait parlé à la Sénatrice. Il commença à parler comme quoi nous n’avions pas été convié à la petite fête de la sénatrice. Il commença à se présenter comme provenant du secteur Elrood, un endroit connu pour les marchands d'épice. Je haussais un sourcil. Il se disait marchand alors? Vraiment ? Il nous prenait pour qui pour mentir de la sorte ? S’il a été délégué par la Chancelière c’est qu’il a une place très importante. Je ne disais rien mais je le regardais étrangement. J’attendais que ma capitaine réagisse afin de pouvoir dire ou faire quelque chose. J’étais prêt à dégainer mon arme mais je ne laissais rien transparaître.






Gifs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Grand Maître Jedi
 Grand Maître Jedi
avatar
Messages : 325
Date d'inscription : 24/11/2015
Age : 31
Localisation : Temple Jedi de Coyn

Feuille de personnage
Double Compte: Elios Albireo / Medlinya Linaewen
Armes: Sabre laser à lame argenté, sabre laser simple à lame azurée (inutilisé), katana en Songsteel
Alignement: Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Enfin un peu de réconfort ! [PV Ben Ghoster / Libre] Lun 13 Mar - 16:55


La politesse n'était guère une denrée apprise aux enfants Républicains apparemment. Le regard de l'homme en blanc me fit sourire. Je me devais de tenir mon rôle. Celle qu'il avait appelée "Capitaine" ne manqua pas de me saluer. Une main ferme, une poignée digne d'une militaire qui se respectait. Pourtant, elle n'avait rien de bien militaire derrière ses traits qu'elle s'imposait pour se rendre bien plus austère qu'elle ne l'était réellement. La Force offrait le véritable visage de quiconque croisait mon chemin. Chaque être vivant tentait – en vain le plus souvent – de se faire passer pour ce qu'il n'était pas. Un couard restait tel qu'il était, alors que le courageux le démontrait de part ses actes qu'il considérait comme étant habituels. Quelques mots échangés à la va-vite entre deux serveurs, et l'un d'entre eux invita la Capitaine dans une salle bien moins exposée. Apparemment, le luxe et le stupre de Zeltros avaient eu raison de l'apparente froideur de la militaire. En toute politesse, j'offrais un verre à l'homme qui ne cessait de me toiser avec une suspicion presque déplacée. Sans relever, et faisant comme si je n'avais rien remarqué, je continuais de parler. Varnas parlait beaucoup, trop peut-être, mais il était ainsi, le personnage était ainsi…

- Que viennent donc faire des soldats sur Zeltros ? Vous semblez être bien loin de votre base qu'est Denon. La Chancellerie aurait-elle besoin de nouveaux bains chauds, ou est-ce que vous avez reçu la permission de pouvoir vaquer à des occupations bien moins lugubres que celles qui vous retiennent habituellement ? Mais ne vous fiez pas aux apparences, Zeltros est bien plus qu'une simple planète où la luxure est le Maître mot, tenez, goûtez-moi ce cocktail. Il est tout simplement divin. On raconte même qu'après en avoir bu plusieurs, certaines personnes se sentent devenir de véritables Jedi ! A votre santé !

J'espérais qu'il finirait par se dégriser un peu. En mon rang de Grand Maître, je n'avais guère la possibilité de boire ainsi, tout autant que ce n'étais pas plus dans mes habitudes que le droit que j'avais de le faire. Telles étaient les raisons qui faisaient que les seules boissons que je m'autorisais ne possédaient aucunement de l'alcool. Ce breuvage et ses déviances n'étaient pas dans mes plaisirs. Ils poussaient aux actes les plus sombres le plus pur des hommes. Chassant ces idées de mon esprit, je tournais la tête et observait l'éclectisme des peuples qui marchaient, nageaient, s'embrassaient même le long des piscines et des sources chaudes de Zeltros. Ici, tous étaient égaux, personne ne jugeait personne, et, à n'en pas douter que certains enfants au sang-mêlée venaient à être conçu en ces lieux. En deçà, les conspirations de l'Empire me paraissaient bien lointaines et les guerres intestines qui faisaient souffrir la Galaxie prenaient une place si infime qu'en ce moment même, je désirais ne plus y penser.

Derrière son bar, le Zélosien qui servait verre après verre me regarda et sourit sans dire le moindre mot. Eux qui étaient connus pour apprécier l'alcool plus quiconque dans la Galaxie avait cette capacité de ne jamais pouvoir s'enivrer de cette manière. Seul le sucre pouvait leur faire connaître les affres de l'ivresse et les plaisirs incommensurables qui s'imposaient avec eux. Pourtant, ce dernier ne buvait pas une seule goutte, se contentant de siroter, tranquillement, un verre d'une eau aussi claire et limpide que la plus pure de toutes les sources. Défaisant mon regard de cet homme aux yeux émeraude, je repris mon semblant de monologue avec ce soldat de la République.


- Alors dites-moi tout. Que me vaux le plaisir de pouvoir trinquer en l'honneur de la République avec un soldat de votre trempe. Vous ne me paraissez pas être homme à apprécier les plaisirs de la chaire, ou tout du moins, par sur une planète telle que Zeltros.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsresurgence.forumactif.org
Sergent Républicain
Sergent Républicain
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 17/11/2016
Localisation : Republic Squad

Feuille de personnage
Double Compte: Ignil Kal
Armes: Fusil blaster DC-17m, Pistolet blaster DC-15S, Grenade en tout genre et Vibrolame de combat rétractable
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Enfin un peu de réconfort ! [PV Ben Ghoster / Libre] Mar 14 Mar - 10:08



Ben Ghoster
Sergent de la République


La capitaine commença à le saluer mais en peu de temps elle prit congé pour profiter des joies, si je peux appeler cela des joies, de cette planète. Non vraiment ravis je soupirais légèrement. Je savais qu’il fallait se laisser se reposer, mais de là à profiter des plaisirs insolites de cette planète…. Je n’aimais vraiment pas ça. Cette planète n’était qu’une zone de mauvaise augure. L’homme aux cheveux d’argent commença à reprendre son monologue. Qu’est-ce qui me faisait réagir aussi étrangement face à lui ? Il avait un je ne sais quoi qui me rendait nostalgique. Mais je n’avais rencontré personne comme lui. Il me proposa de goûter au cocktail devant moi. Je n’avais pas envie de boire pour le moment. L’alcool était un danger et je souhaitais éviter d’être dans un mauvais état si quelque chose arrivait. Voyant que je ne buvais pas, il commença à parler comme quoi certains se sentaient devenir Jedi juste après en avoir bu plusieurs. Je le regardais avant de dire :

- Je ne bois pas en service, mais merci quand même. Un verre d’eau s’il vous plaît.

Le serveur me donna ce que je voulais. Je buvais mon eau quand soudain quelque chose fit tilt dans ma tête. Est-ce que cet homme ? Non ce n’est pas possible. Je n’en connais aucun qui oserait agir de la sorte. Ça serait totalement une honte. Aucun Jedi n’oserait agir ainsi. Ce n’est tout simplement pas possible. Mais cela semblait tellement évident. Cette sensation de déjà vu et de prestance. Avais-je réellement rencontré un Jedi ? Sauf qu’il était si différent du Jedi que j’avais déjà rencontré. Sa voix me sortis de mes pensées. Il me demanda ce que je venais faire pour être sur cette planète. Comment faire pour savoir si j’avais raison. Pourquoi pas tenter une approche. Je prenais la parole après avoir bu mon verre d’eau :

- Simplement une mission ennuyante dont je me passerai bien. Après tout après avoir servit dans la guerre, un clone s’ennuie dans un endroit pareil. Mais j’avoue que je suis assez déçu. J’ai croisé un de mes généraux ici présent. Je n’aurais pas cru ça de lui. En réalité un général se doit d’être en dehors de ce genre d’endroit et ne pas se laisser tenter pour avoir l’esprit libre. C’est plutôt une honte pour les autres généraux s’ils savaient où il se trouvait. N’êtes-vous pas d’accord ?

Pendant que je parlais du général et du fait que j’étais déçu, je n’ai cessé de le regarder pour voir sa réaction. Il était connu que les clones appelaient les Jedis des généraux. Même si les autres gens pensaient que je parlais d’un général de la République moi je parlais de général lors de la guerre des clones et j’espérais obtenir ainsi une réponse ou tout du moins un semblant de réaction me permettant de comprendre qui il était réellement.






Gifs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Grand Maître Jedi
 Grand Maître Jedi
avatar
Messages : 325
Date d'inscription : 24/11/2015
Age : 31
Localisation : Temple Jedi de Coyn

Feuille de personnage
Double Compte: Elios Albireo / Medlinya Linaewen
Armes: Sabre laser à lame argenté, sabre laser simple à lame azurée (inutilisé), katana en Songsteel
Alignement: Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Enfin un peu de réconfort ! [PV Ben Ghoster / Libre] Mar 14 Mar - 17:26


La pierre était lancée dans le lac, et les cercles qui s'en échappaient me donnaient les indications que j'attendais. Cet homme, ce soldat pour être plus précis n'était pas un être totalement dénué de bon sens. Il était observateur, malin et très certainement doué dans de nombreux domaines. Il refusa le cocktail, chose qui ne m'étonna pas le moins du monde, mieux encore, sa commande tenait en un verre d'eau. Plate, bien entendu. Sa tirade me fit sourire, et je levais mon verre une nouvelle fois pour trinquer à sa santé. Tout ce que pouvait contenir mon verre ne finissait pas dans mon estomac, ou tout du moins, pas ce qui pouvait avait la capacité de m'enivrer. Cette boisson n'en avait pas la capacité. Quelques fruits ne poussant que sur Zeltros, de l'eau de sources et des épices douces. Ni plus, ni moins. Pourtant, sa couleur ne se distinguait d'aucune manière de tous ces alcools qui coulaient à foisons tout autour de nous. Je vis par-dessus l'épaule de mon camarade de discussion qu'une bouteille ne tarderait pas à voler en éclat. Tel étaient les soucis les plus habituels sur Zeltros. Nombreux étaient les visiteurs ne sachant pas apprécier les plaisirs les plus simples sans que ceux-ci ne finissent en une guerre ouverte.

Accentuant mes paroles de grands gestes, mon rôle m'imposant d'être le plus expressif possible, j'usais de la télékinésie pour briser la bouteille à distance. Stupéfaits, les deux hommes restèrent immobiles durant quelques secondes avant d'éclater de rire, bras dessus bras dessous, ils reprirent une bouteille avant de partir vers un endroit qui les regardaient. Plus le temps passait, plus je devais rester dans le rôle de Varnas. Moi, dont l'habitude de rester froid tout en gardant mes distances concernant le monde qui m'entourait, je me devais d'être le plus exhaustif que possible, exprimant une joie simulée à un homme qui me regardait avec autant de suspicion que si j'avais été un membre sous couverture de l'Empire. Sans compter que, jouant sur les mots, ce dernier tenta d'en savoir un peu plus sur moi. Effectivement, en tant que Jedi j'avais apprit de bien nombreuses choses sur la Guerre des Clones et… L'Ordre 66… Sans le vivre, j'avais ressenti les cris, les peurs, les massacres perpétrés par l'Empire. Et la manière dont il s'adressait à moi. Tout en évitant d'appuyer sur les mots que je me devais de comprendre, en double sens, il me tendait un bâton afin que je m'en serve pour lui inscrire, lui dévoiler même, ma véritable identité.


- Oh ! Un de vos généraux se trouve sur Zeltros ? Pourtant, il ne me semble pas avoir eu la chance de le rencontrer. Mais nous sommes tous dirigés par des pulsions qui nous font souvent reprendre nos habitudes animales vous savez. L'alcool, les plaisirs de la chaire, et puis bon… Comment rester de marbre devant un tel spectacle. (J'étendais mon bras devant tous ces corps à moitié nus qui passaient devant nos yeux.) Avouez que le paysage est loin d'être désagréable.

D'un trait, je vidais mon verre. Un soldat qui voulait jouer avec les mots pouvait être un soldat dangereux pour l'Empire. A la différence de bon nombre de ses pairs, il utilisait son cerveau pour réfléchir et non pas seulement pour appliquer les ordres à la lettre. Bien. Je devais en apprendre un peu plus sur lui avant de pouvoir juger ses actes. La Force aurait très bien pu m'aider à obtenir les réponses en fouillant directement dans son esprit mais… Ce n'était pas dans mes habitudes de faire de telles choses. Je laissais cela aux Sith et aux scientifiques de l'Empire, eux qui prenaient un malin plaisir à disséquer les races dont ils ignoraient les possibilités. Commandant un autre verre, le barman fixa le soldat sans dire un mot, blasé par le fait qu'il ne consommait rien de plus fort que de l'eau, avant de me servir une nouvelle fois.

- Et puis pour répondre à votre question, je pense que la République est assez grande pour savoir ce qui est bon pour ses soldats. La preuve est telle que vous-même êtes ici. Votre supérieure est bien partie en bonne compagnie il me semble. Ne soyez pas trop critique, et appréciez les bonheurs que vous offre la vie. Quelque soit votre grade, votre rang, ou votre nom ; la vie mérite d'être vécue. D'ailleurs, j'ignore encore votre nom. Ou votre matricule. Capitaine ?

Haussant un sourcil, le sourire en coin, j'attendais sa réponse. Mon index faisant le tour du col du verre, signe que j'étais quelqu'un d'impatient, de curieux. Il me fallait lui chasser le moindre doute de son esprit. Son intérêt à mon égard devait rapidement s'effacer de son esprit, et ce serait lorsqu'il baisserait sa garde – et il le ferait – que j'apprendrais réellement qui il est, ainsi que les raisons qui ont fait qu'il s'est rendu ici. Par ailleurs, quelque chose provenant de lui me paru familier… Voir même plus que familier… Tendre… La connaissait-il ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsresurgence.forumactif.org
Sergent Républicain
Sergent Républicain
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 17/11/2016
Localisation : Republic Squad

Feuille de personnage
Double Compte: Ignil Kal
Armes: Fusil blaster DC-17m, Pistolet blaster DC-15S, Grenade en tout genre et Vibrolame de combat rétractable
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Enfin un peu de réconfort ! [PV Ben Ghoster / Libre] Mer 15 Mar - 11:45



Ben Ghoster
Sergent de la République


Une bouteille puis une deuxième explosèrent l’une après l’autre. Je n’avais pas daigné détourné la tête pour la seconde explosion dut au fait qu’au même instant le soit disant Varnas faisait de grande gestuelle en parlant. Je n’arrivais pas à lire sur son visage de quelconques signes de compréhension de ce que je voulais lui faire comprendre. Il était impassible sur mes phrases. Enfin tout du moins sur les sous entendu que je lui faisais part. Avais-je fais une erreur ? Je ne savais pas réellement. Il commença à m’expliquer qu’il n’avait pas remarqué le général en question et que pour lui ce n’était que logique que de succomber aux plaisirs de la planète. En parlant de cela il me montra des gens à moitié nus se déplaçant librement. Je secouais la tête. Je ne trouvais pas cela très attirant, j’étais surtout dégoûté par la manière dont les gens se comportaient.

Je regardais l’homme et soupirais de nouveau. Il commença à me parler du fait que je devais arrêter d’être aussi critique et que je devais profiter de la vie comme ma supérieur tout à l’heure. Puis il me demanda mon nom ou mon matricule. En me prenant pour un capitaine. J’avais tord finalement, il semblait que l’homme a côté de moi n’était pas un Jedi. Même si j’avais encore des doutes, il se pouvait que je me trompais. Nous verrions bien le moment venu. Je prenais finalement la parole en commençant par secouer la tête :

- Pas Capitaine. Je suis le Sergent Ghoster. Et je ne suis pas du genre à m’amuser de la sorte. En revanche vous parlez de profiter des plaisirs de cette planète, mais mis à part boire, vous ne faites rien de plus. Vous auriez pu rejoindre ma supérieure pour vous amusez mais vous ne l’avez pas fait. Suis-je si intéressant à parler que cela ?

Même si cette personne était là pour des affaires, ce qui m’étonnerait, je savais qu’il était important dans la République. Sinon il n’aurait pas eut de rencontre avec la sénatrice que nous avions dut protéger au cas où. En attendant, il se présentait comme un marchand. Pour ma part, je commençais à penser qu’il n’était qu’un simple représentant de la République. Je demandais un autre verre d’eau que le serveur me remplit en soupirant. Je buvais quelques gorgées avant de reprendre la parole :

- Quoi qu’il en soit, je ne suis qu’ici pour une mission de protection qui a prit fin il y a peu. Maintenant je n’attend que la prochaine navette pour partir de cette maudite planète. Et vous que faîtes-vous ici ?






Gifs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Grand Maître Jedi
 Grand Maître Jedi
avatar
Messages : 325
Date d'inscription : 24/11/2015
Age : 31
Localisation : Temple Jedi de Coyn

Feuille de personnage
Double Compte: Elios Albireo / Medlinya Linaewen
Armes: Sabre laser à lame argenté, sabre laser simple à lame azurée (inutilisé), katana en Songsteel
Alignement: Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Enfin un peu de réconfort ! [PV Ben Ghoster / Libre] Lun 27 Mar - 14:04


Dans toute la Galaxie, la seule planète où la joie et la liesse sont une commune mesure n'est autre que celle sur laquelle je me trouve, Zeltros. Pourtant, juste en face de moi se trouve un homme bien plus suspicieux qu'il ne le devrait. Non sans raisons, je l'avoue, il se trouve être un de ces partisans du "rester strict en toutes circonstances". Ultime paradoxe à mon rang, moi qui ne suis autre que le Grand Maître Jedi – par obligation et non par choix d'ailleurs – je me dois de jouer le rôle de celui que je ne suis pas, et ne serais jamais. Nous paraissons aux autres le plus souvent tels qu'ils veulent nous percevoir et non tels que nous sommes. Tout cela incombe au monde qui nous entoure et au regard d'autrui. Pourquoi donc ? Je l'ignore, même les savoirs ancestraux ne pourraient donner une quelconque explication à ces raisons. C'est pour cela que, lorsqu'il me répond d'une voix sombre et relativement désabusée, je fronce les sourcils. Serait-ce son rôle qui le veut ou est-il fondamentalement aussi strict qu'il le paraît ? Son visage, ses traits, me font penser à quelqu'un. A un être que j'ai connu dans ce passé révolu, celui-là même qui a disparu le jour où le monde fut absorbé dans une explosion qui nous renvoya ici. Portant mon verre à mes lèvres, je constatais avec amusement qu'il ne perdait pas le fil de conversation. Mieux encore, ce Sergent avait usé de mes propres paroles d'une manière bien peu conventionnelle. Retournant la situation à son avantage, les sous-entendus graveleux furent ceux de ma présence auprès de sa supérieure. Je souriais.

Toute cette discussion ne mènerait qu'à très peu de choses. Non sans prendre en compte le fait que, d'un mouvement, je pourrais lui faire oublier jusqu'à ma présence. Je haïssais avec une ferveur incommensurable cette facette de la Force, effacer la mémoire de quelqu'un, lui imposer notre pensée, certes, cela pouvait s'avérer être utile, ou même permettre de protéger ceux qui nous entoure, néanmoins… Je ne pouvais m'y résoudre, pas plus qu'à fouiller son esprit pour en savoir plus sur lui. Les Sith s'haranguaient de pouvoir le faire sans la moindre gêne, mais pas moi… J'étais différent d'eux, nous l'étions tous. Bien malgré moi, et je l'avais compris tandis que ma formation s'achevait auprès de mon Maître, sans les Sith, les Jedi n'avaient plus lieu d'être. Nous étions tous deux les facettes d'une même pièce. Sans le Mal, à qu'à bon pourrait bien servir l'existence du Bien ? La question inverse pouvait elle aussi se poser. Cet homme dont j'ignorais toujours le nom soulevait bien des questions dans mon esprit. Zeltros berçait ses visiteurs dans des flots d'alcool, dans les méandres des plaisirs charnels alors qu'ils se laissaient enlacer par les tentacules de la débauche la plus primaire. Le Sergent restait pourtant stoïque, froid et distant envers ce qui l'entourait. Si la Force aurait coulée dans ses veines, il aurait fait un Chevalier Jedi des plus émérites…

Tiens ! Il désirait partir aussi rapidement ? Et seul ? Aurait-il volontairement oublié la présence de sa supérieure ? La République n'est plus ce qu'elle était dirait-on… Sauf si cela revient une nouvelle fois à n'être qu'une énième diversion de sa part afin que je baisse ma garde. Eden ne m'avait guère parlé de ses missions, ou des missions sur lesquelles elle envoyait bon nombre de ses soldats. Aucune guerre n'était déclarée entre la République et l'Empire. Rien de militarisé, quelques frappes indirectes par endroit, des empoisonnements et autres assassinats de Diplomates dont peu d'holo-information relayaient les faits… Rien qui ne soit assez important pour déclencher une guerre qui aurait raison de la Galaxie. Moi-même je peinais à rencontrer des Sith lors de mes voyages… Sans m'en plaindre par ailleurs. Une seule femme, cette Sith aux cheveux de feu et au sabre ensanglanté. Nous nous retrouverions tôt ou tard, et ce jour… Mais chassons ces idées de mon esprit.


- Une mission ? Oh ! Vous attisez ma curiosité de voyageur. Vous savez Sergent, dans mon métier nous sommes souvent confrontés à des pirates, des contrebandiers, voir même des pillages. N'avez-vous jamais pensé à quitter l'armée pour entrer dans la protection d'humbles marchands tels que moi ? (Je vidais mon verre d'une traite. Il avait tenté de me déstabiliser, c'était raté, mais bien essayé.) Ma présence ici n'est pas fortuite comme vous avez pu le constater. Il s'avère que je suis le fournisseur personnel de Madame la Sénatrice. Et puis bon… Je ne suis plus en état de pouvoir goûter à ce genre de "petits plaisirs" voyez-vous. Un accident m'a privé d'une partie de moi…

Eclatant d'un rire sonore, je frappais à plusieurs reprises le bar du plat de ma main avant de reposer celle-ci sur l'épaule du Sergent. Il me fallait lui faire croire que l'ivresse prenait le pas sur ma conscience et que, d'ici peu, je ne serais plus en état de lui tenir la compagnie qu'il semble éviter depuis son arrivée ici. Levant ma prothèse au ciel, je poussais un juron des plus explicites avant de commencer à chanter à-qui-veut-l'entendre, une mélopée salace parlant d'une boiteuse qui se rendait au marché non loin du village où elle habitait. Cette complainte fut reprise à plusieurs reprises par autant d'hommes que de femmes dont – à ma différence – l'ivresse était bien présente. Quelque serait sa réaction, cette dernière me donnerait quelques informations sur sa manière de penser et d'être…

- Chantez donc avec nous Sergent. Il n'est pas de plus grand moment, ni de plus belles chansons que celles que nous tenons en compagnie d'autrui !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starwarsresurgence.forumactif.org
Sergent Républicain
Sergent Républicain
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 17/11/2016
Localisation : Republic Squad

Feuille de personnage
Double Compte: Ignil Kal
Armes: Fusil blaster DC-17m, Pistolet blaster DC-15S, Grenade en tout genre et Vibrolame de combat rétractable
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Enfin un peu de réconfort ! [PV Ben Ghoster / Libre] Mer 29 Mar - 11:59



Ben Ghoster
Sergent de la République


Pourquoi perdait-il son temps avec moi ? Je n’étais pas des plus attrayantes compagnies. Et surtout je n’essayais pas de l’être. Toujours froid et distant. Je devais dire que je n’étais pas attiré par les joies de cette planète. Je ne cessais de penser à mon transfert dans l’équipe de Tank. J’avais eu une mission ici pour que mon transfert soit accepté. Dans son équipe il y avait un clanker, je devais vivre avec. Cela n’allait pas être simple, mais je savais que j’y arriverais. Sa tête m’avait ramené sur mes derniers souvenirs de mon équipe. Pourquoi j’y repensais maintenant ? Mon équipe n’était que poussière de l’espace maintenant et j’étais le seul et unique de mon espèce. Qu’est-ce que je pouvais faire réellement ? Je secouais la tête et j’écoutais le marchand parler. Il était intéressé par ma mission et me demanda si j’avais jamais pensé à devenir indépendant en garde du corps. Puis il expliqua qu’il était un fournisseur de la Sénatrice et qu’il avait reçut un accident qui l’empêchait d’avoir ce genre de plaisir. Je le regardais avant de répondre :

- Je vois. Je n’ai jamais pensé un seul instant à quitter la République. C’est un peu ma raison de vivre. Après tout je suis fait pour la guerre. Et puis je ne serais d’aucune utilité en garde du corps.

Je me reprenais un verre d’eau. Le barman semblait en avoir marre mais je m’en fichais. Tant que je n’étais pas sûr de ma sécurité je ne boirais pas de boisson alcoolisé. Je repensais à Elios avec qui j’avais survécu sur Myrkr. Ici l’ambiance était très différente, sur la planète nous étions constamment sur nos gardes prêt à tirer au moindre mouvement étrange. Ici c’était encore plus dangereux dans un sens car nous n’étions pas sur nos gardes, un accident pouvait arrivé d’un instant à un autre. Là c’était dangereux. Le marchand commença à rire et à poser son bras sur mon épaule. Je le regardais. L’alcool semblait avoir prit le dessus. Puis il commença à chantonner à tut-tête une chanson qui fut reprise par plusieurs personnes en même temps. Enfin il me demanda de les accompagner. Je secouais avant de répondre en me levant :

- Non merci. Ce n’est pas mon genre de chanter ce genre de chanson.

Au moment où je commençais à peine à me retourner pour partir un homme me percuta et commença à râler. Ignorant ses phrases je buvais mon verre d’eau quand il m’attrapa par l’épaule pour probablement me frapper. Je posais mon verre d’eau. Bon sang…. J’anticipais sa réaction en me retournant et en lui frappant dans l’estomac avant de terminer par un coup de genoux dans la mâchoire. Les autres avaient cessés de chanter. Pour ma part je m’asseyais de nouveau sur mon siège et buvais mon verre d’eau. Je surveillais toujours les environs et je me retournais vers le marchand qui avait vu toute la scène. Je haussais les épaules avant de dire :

- Il a glissé sur le comptoir en ayant trop bu, n’est-ce pas ?







Gifs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enfin un peu de réconfort ! [PV Ben Ghoster / Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Après l'effort, le réconfort ! (Épreuve d'immunité)
» Après l'effort, le réconfort. [Libre]
» Qui veux rp avec moi ? Je ne mord pas (enfin pas toujours)
» Toi & Moi enfin réunis... [Pv Sweet Fire ♥] [{fini}
» Le réconfort de tes bras (Mirka)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Résurgence :: Bordure Intérieure :: Zeltros-
Sauter vers: