AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

[Jakku] Vestiges du passé [PV Ben Ghoster]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Infos fermées
MessageSujet: [Jakku] Vestiges du passé [PV Ben Ghoster] Lun 21 Nov - 17:12

Vestiges du passé

Assis dans son fauteuil au centre de sa salle de commandement privée, l'amiral Kerek examinait attentivement l'écran holographique tactique dressé devant ses yeux.

L'Annihilator était stationné au-dessus de Jakku, une planète désertique et encore plus inhabitée que Tatooïne. Il avait émis un signal de détresse depuis plusieurs jours, et avait finalement attiré jusqu'à lui une frégate de secours de la République.

La frégate n'était pas lourdement armée, et ne comptait comme escorte qu'une demi-douzaine d'ailes X. Du menu fretin, et une proie facile. Beaucoup trop facile. Mais elle n'allait servir que d'appât pour un plus gros poisson.

Sarkis appuya sur le bouton de l'intercom.

— Amiral à passerelle.
— Je vous écoute
, Maître, répondit la voix distordue de Wilhuff.
— Brouillez les communications et faites décoller les escadrilles 1 et 2.
— N'est-ce pas… démesuré, Maître ?
— Je veux que l'escadrille 1 occupe les chasseurs et que la 2 harcèle la frégate pour l'empêcher de calculer une trajectoire en vitesse lumière.
— Bien, Maître.


Quelques instants plus tard, la bataille était lancée. Comme prévu, les escadrilles de chasseurs TIE 1 et 2 exécutèrent leur tâche respective.

— Amiral à passerelle.
— Maître ?
— Basculez les boucliers à l'avant. Puissance maximale, et positionnez l'Annihilator aux vecteurs que je vous envoie.
— … Maître ?
— C'est exact.


Dans les minutes qui suivirent, l'Annihilator se plaça en ligne droite directe sur la frégate.

— Machines avant toute.

Sarkis sentit une hésitation à travers l'intercom.

— C'est un ordre.

Il entendit un tir de blaster, puis la voix de Wilhuff :

— Tout est réglé, Maître. J'ai remplacé l'organique défectueux. Machines avant toute. L'escadrille 1 a achevé sa mission.
— Qu'elle prenne en chasse les éventuelles capsules de sauvetage.
— À tout l'équipage : préparez-vous au choc.


L'Annihilator fusa à toute allure sur la frégate et la percuta du bout de la proue juste au-dessus des réacteurs. Happé par l'attraction terrestre, le vaisseau républicain partit en vrille et descendit en flammes dans l'atmosphère.

— Rapport sur l'étendue des dégâts.
— La proue est abîmée, et les boucliers doivent être rechargés. Dommages minimes. Estimation du délai des réparations : 12 heures.


Sarkis s'enfonça dans son fauteuil, pensif.

— Wilhuff, désactive le brouilleur et prépare un transport de troupes. Une escouade et deux walkers, et ma garde personnelle. Envoie-le aux coordonnées du crash de la frégate.
— Maître ?
— Je descends personnellement.




* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *



La navette de transport déposa les deux TR-TT et atterrit à proximité. Une escouade de vingt stormtroopers en sortit, suivie de Sarkis et de deux droïdes commando BX. Le soleil éclatant de Jakku ne l'aveugla pas, pas plus que le sable fin n'entrava sa démarche. Se découpant dans l'horizon se dressaient les restes de la frégate républicaine.

— Sergent, fouillez ces décombres. Trouvez les survivants, et amenez-les-moi.

L'escouade se dispersa. Sarkis croisa les mains dans son dos, froissant sa cape. L'un des droïdes s'approcha alors de lui.

— Monsieur, une communication de l'Annihilator.
— Passe-la-moi.


Le droïde sortit son holoprojecteur, sur lequel apparut l'image translucide de Wilhuff.

— Maître, nous captons un appel à l'aide depuis la planète. Il semblerait qu'un rescapé tente d'envoyer un signal de détresse.
— Excellent. Laissez la balise émettre. Déplacez l'Annihilator au vecteur de saut en hyperespace le plus proche, et guettez mon signal. Nous allons tendre un piège à cette racaille républicaine.
— Très bien, Maître. Tout de suite, Maître.


La transmission s'interrompit. Sarkis observa les ruines encore fumantes de la frégate. Tout se déroulait comme prévu. Il restait maintenant à trouver les survivants…

Revenir en haut Aller en bas
Sergent Républicain
Sergent Républicain
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 17/11/2016
Localisation : Republic Squad

Feuille de personnage
Double Compte: Ignil Kal
Armes: Fusil blaster DC-17m, Pistolet blaster DC-15S, Grenade en tout genre et Vibrolame de combat rétractable
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: [Jakku] Vestiges du passé [PV Ben Ghoster] Lun 21 Nov - 21:48



Ben Ghoster
Sergent de la République


Jakku, une planète désertique. Franchement je ne voyais pas vraiment ce qu’on faisait là. Un appel de détresse avait été envoyé, mais je me demandais comment une personne avait réussi à s’écraser ici et à survivre. Le signal fonctionnait encore, et mon équipe avait décidé d’y aller. Je n’étais pas en charge, mais j’avais suivi la mission. Une mission de sauvetage, comme certains aimaient dire. Une mission de routine. Mais la Guerre des Clones m’avait apprit que même pour une mission de sauvetage il fallait se préparer. J’avais pris mon équipement de terrain, ainsi que plusieurs grenades de différents calibres. J’espérais que nous n’en aurions pas besoin. J’étais loin de me douter que j’avais tord.

Une fois sortie de l’hyper-espace, les pilotes commençaient à scanner la zone pour le vaisseau en détresse. Enfin c’était ce que je pensais. Moi j’étais dans mes quartiers entrain de vérifier le bon fonctionnement de mes armes et j’avais enfilé mon armure. Soudain je sentais des secousses et j’entendis des tirs ennemis. Nous étions tombés dans un piège. Je commençais à me diriger vers le pont principal quand soudain le vaisseau fût secoué de tous son bord. Je me mis à réfléchir tout en me dirigeant vers le pont. Une fois arrivé, je pouvais voir que nous étions entrain de nous écraser. Les capsules de sauvetages étaient une à une utilisées. J’essayais d’aider le plus de monde à sortir d’ici, mais les capsules se faisaient descendre avant même de s’échapper. Il nous fallait rester sur le vaisseau. Les pilotes qui étaient encore présent tentaient tant bien que mal de faire atterrir ce vaisseau de la meilleure manière qui soit. Soudain le sable jaune nous faisait face. Et nous nous cramponnions tous pour atterrissage forcé.

Je me réveillais lentement, le vaisseau était en miette. Je regardais autour de moi. L’un des membres de l’équipage avait commençait à émettre un SOS, il avait une barre de métal dans le ventre, puis il mourût avant même que j’arrive à lui. Une fois debout je sentais que je n’étais pas indemne. Mes côtes me faisaient souffrir. Il devait y avoir au moins une ou deux de fêlées, voir même de brisées. Je me tournais vers les endroits où des gens auraient pu survivre, mais ce n’est pas le cas. Au loin je vis deux grandes ombres se diriger vers nous. En y regardant de plus près cela semblait à des Walkers. L’Empire… il y avait une escouade de Stormtrooper qui se dirigeait vers nous. Il fallait me cacher.

Lorsqu’il commencèrent à fouiller la zone, je m’étais mis de façon à faire croire que j’étais mort parmi les débris du vaisseau. Un trio de Stormtrooper arriva vers moi et commença à vérifier les corps un à un. Lorsque l’un des membres se détacha du groupe et se positionna à mon niveau, je me mis à agir. Je frappais avec ma vibrolame rétractable au niveau du défaut de l’arme dans la jugulaire. L’homme tomba au sol en agonisant dans son sang. Je tirais donc par la suite avec mon pisto-blaster DC15 pour éviter de faire trop de bruit. Trois de tuer sur une vingtaine. J’étais largement en infériorité numérique.

L’une des manières de gagner était de prendre le chef en otage. Je tâchais de le trouver au loin avec des jumelles et je remarquais une machine ? Non ça ne pouvait être cela. Un droïde, non plusieurs droïdes de combats près de ce qu’il semblait être une autre machine. Il me fallait réfléchir vite. Je pensais que ces tas de ferraille étaient tous détruis. Comment faire maintenant ? Pour gagner du temps je pouvais me rendre et commençais à préparer un plan de secours. C’était une bonne idée, un peu folle mais ça ne me gênait pas. Je cachais à l’intérieur de mon armure deux grenades electromagnétique afin de neutraliser le chef et pouvoir le prendre par surprise. Je m’avançais les mains en l’air en direction des Stormtroopers qui étaient surpris de voir une armure semblable à la leur. Je commençais à parler :

- Je me rend sans aucune violence. Je souhaite rencontrer votre chef afin de montrer ma bonne volonté.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Infos fermées
MessageSujet: Re: [Jakku] Vestiges du passé [PV Ben Ghoster] Jeu 24 Nov - 9:24

Amiral Sarkis Kerek

Ben Ghoster

Vestiges du passé
Un vent faible soufflait sur la plaine ensablée, soulevant quelques volutes beiges qui retombaient en une pluie éparse de grains brillants.

Un silence de mort régnait sur le site du crash. De temps un grincement aussi sinistre que sourd déchirait les airs, comme si la coque brisée du vaisseau s'enfonçait lentement mais sûrement dans les dunes.

— Cela fait presque 10 minutes qu'ils sont partis. Pas un bruit. Pas un son. C'est suspect. Donne-moi le communicateur.

L'un des droïdes commando lui tendit son transmetteur.

— Amiral à équipe 1. Vous me recevez ?
— Oui, Monsieur. Toujours aucun signe de survivants.
— Poursuivez. Équipe 2, vous me recevez ?
— Oui, Monsieur. Aucun signe de survivants.
— Continuez vos recherches. Équipe 3, vous me recevez ?


Pas de réponse.

— Équipe 3, me recevez-vous ?

Pas plus de réaction.

— Il semblerait que certains rebelles soient effectivement encore en vie… et en mesure de se battre. Impressionnant.

Les bipodes tournaient en rond tout autour de l'épave, prenant lourdement appui sur le sable glissant, leur tête oscillant de gauche à droite, tels des miradors mobiles.

— À toutes les équipes, convergez vers la dernière position connue de l'équipe 3.

Il s'écoula une minute ou deux avant que les stormtroopers ne reprennent contact.

— Monsieur, nous venons de trouver un survivant.
— Un seul ?


Un unique survivant ? Qui avait réussi à éliminer une équipe de 5 stormtroopers ?

— Et l'équipe 3 ?
— Trois morts. Dont le chef d'équipe.


Cela expliquait pourquoi il n'avait pas répondu au rapport.

— Amenez-moi notre résistant si résistant.
— Sauf votre respect, Monsieur… je pense que vous devriez venir voir par vous-même. Le prisonnier est pour le moins… déconcertant.
— Déconcertant ?


Un unique survivant déconcertant ? Cela piquait la curiosité de Sarkis, et cela valait au moins qu'il se déplace pour constater la chose par lui-même. Il se rendit par conséquent sur le lieu de l'arrestation du résistant. Les 17 troopers restants l'encerclaient, mais ils s'écartèrent dès qu'ils aperçurent l'amiral.

Ce dernier se figea sur place dès qu'il aperçut le fameux prisonnier.

— Un soldat clone ?

Et commando, en plus de cela. Non, c'était impossible. C'était forcément un imitateur, un imposteur qui avait volé un uniforme dans un dépôt impérial et qui se pavanait.

Les droïdes BX observaient le clone comme un vieillard amnésique aurait observé une photographie de son mariage… La simple vue de cette tenue semblait réanimer, quelque part dans leurs circuits, une ligne de programme oubliée depuis trop longtemps. Obéissant à un ancien instinct, ils braquèrent leur blaster sur le survivant.

Sarkis avait fréquenté beaucoup de clones pour savoir qu'ils étaient pleins de ressources. Si un imposteur portait l'une de leur tenue, il y avait fort à parier qu'il n'avait pas que cela sur lui. Rien que son armement des industries BlasTech le faisait frémir, aussi préférait-il ne pas trop s'approcher.

— Désarmez-le, mettez-le à genoux… et ôtez-lui son casque.

L'amiral voulait en avoir le cœur net.
Revenir en haut Aller en bas
Sergent Républicain
Sergent Républicain
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 17/11/2016
Localisation : Republic Squad

Feuille de personnage
Double Compte: Ignil Kal
Armes: Fusil blaster DC-17m, Pistolet blaster DC-15S, Grenade en tout genre et Vibrolame de combat rétractable
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: [Jakku] Vestiges du passé [PV Ben Ghoster] Jeu 24 Nov - 10:53



Ben Ghoster
Sergent de la République


J’entendais les Walkers tournaient autour des restes du vaisseau. Franchement j’allais avoir du mal à tenir tête pour le moment. Il me fallait avoir la possibilité de me rapprocher du chef afin de pouvoir survivre à cet arrivage de Stormtrooper. Honnêtement leur armure semblait totalement dérisoire. Ça ne vaut pas une armure Phase 1 ou 2. Je me demandais ce qui était advenue de mes frères. Beaucoup d’entre eux sont morts, mais est-ce que certains avait décidé d’affronter l’Empire ou est-ce qu’il l’avait rejoint ? Je n’en savais pas beaucoup plus. Une fois caché de l’arrivée des soldats de l’Empire, j’en profitais pour frapper un coup quand ils s’y attendaient le moins. Quand j’ai vu part la suite qu’il y avait des droïdes Séparatistes, et un chef droïde, je décidais de me rendre afin de pouvoir m’en approcher davantage. Au moins je savais que je pouvais utiliser mes grenades électromagnétiques.

Je m’étais donc rendu en ayant caché dans mon armure deux grenades. Les soldats se mirent à parler à leurs chefs en leurs annonçant qu’il y avait un survivant et parla de trois soldats morts dont le chef d’équipe. Alors j’ai tué le chef de l’équipe qui scanner cette zone. Finalement le soldat en charge demanda au chef de venir car j’étais assez déconcertant. Je me mis à rire avant de dire :

- C’est sûr que c’est pas tout les jours qu’on se fait une frayeur, n’est-ce pas ? L’Empire aurait que des couards dans son armée ?
- La ferme imposteur !

Pour résultat j’ai eu droit à dix-sept soldats impériaux qui me tenait en joue prêt à m’abattre au premier mouvement suspect. Bon au moins il n’y avait plus qu’à attendre le chef afin de le prendre en otage. Si les codes impériaux étaient comme ceux des clones, ils se reculeraient et laisseraient une fenêtre d’action pendant l’interrogatoire. Finalement le chef arriva et quand il vit mon armure il eut une surprise en annonçant ce que j’étais. Je ne répondais pas car je voulais un peu garder la surprise. Il pouvait être assez déconcerté et inquiet mais il ne montrait rien. Je voyais que les droïdes qui le suivait me mettait en joue. Au moins ces tas de ferrailles n’étaient pas si défectueux. Le chef commença à dire qu’il fallait me désarmer et retirer mon casque. Alors je voyais mes deux armes à feux et mon sac retirés. Au moins il n’avait pas trouvé mes deux grenades que j’avais caché ainsi que ma vibrolame rétractable. Je repoussais les mains d’un soldat qui voulait retirer mon casque. Je prenais la parole pour la première fois devant le chef :

- Je peux le faire moi-même, crétin d’impériaux.

Puis je retirais mon casque et me mettait à genoux comme il l’avait demandé. Je le regardais fixement. J’étais un clone âgé comme pendant la guerre. Je n’avais pas de poussé de croissance rapide. J’étais une expérience avec mes camarades déchues. Plus de temps de préparations, mais plus de connaissances et d’entraînement. Je fixais toujours le chef et je commençais à prendre la parole :

- Ben alors qu’est-ce qui se passe tas de boulon ? T’as jamais vu un être organique de ta vie ? Ou alors t’as peur que ça soit la dernière chose que tu vois avant d’être réduit en pièce ?






Gifs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Infos fermées
MessageSujet: Re: [Jakku] Vestiges du passé [PV Ben Ghoster] Jeu 24 Nov - 15:33

Amiral Sarkis Kerek

Ben Ghoster

Vestiges du passé
Le prisonnier se laissa faire plus ou moins docilement, mais se rebiffa dès que l'un des troopers tenta de lui enlever son casque.

— Je peux le faire moi-même, crétins d'impériaux.

Cette voix… cela faisait si longtemps que Sarkis ne l'avait pas entendue. Le casque toucha le sol, mais l'amiral n'avait plus besoin d'un visuel pour savoir qu'il s'agissait bien d'un clone du chasseur de primes Jango Fett.

À genoux dans le sable se tenait désormais une relique du passé. Un soldat clone, un vrai. Aussi identique que ses frères avant lui.

C'était impossible… Après l'ordre 66 et la proclamation de l'Empire, les clones avaient été décommissionnés et relégués à des postes inférieurs sur des planètes perdues.

Or, celui-ci était bien là, engoncé dans son armure… et il n'avait pas pris une ride. Ce qui était encore plus paradoxal à cause du vieillissement pourtant programmé des soldats. Il était aussi frais qu'à l'époque de la guerre… à ceci près qu'il avait dans son comportement des traits qui le rapprochaient davantage de son modèle Jango que de ses frères d'armes.

— Ben alors qu'est-ce qui se passe, tas de boulon ? T'as jamais vu un être organique de ta vie ? Ou alors t'as peur que ça soit la dernière chose que tu vois avant d'être réduit en pièces ?

Les droïdes commando armèrent leur blaster, cependant Sarkis leur fit signe de se relâcher un peu.

— Bien sûr que j'ai peur. Je connais la réputation des commandos clones.

Sarkis passa les mains derrière sa cape.

— J'ai l'impression de vivre dans un rêve. En te regardant, je revois tes frères dans les coursives de mon vaisseau… J'entends à nouveau leurs cris, leurs appels à l'aide, leurs encouragements… Comment est-ce possible ?

En disant cela, son regard embrasé dérivait dans le vague, mais il finit par le recentrer sur le clone.

— Comment est-ce possible… ? répéta-t-il. Comment peux-tu être ici, là, devant moi, aujourd'hui ? Tu devrais être beaucoup plus âgé que ça… Et comment as-tu pu rejoindre cette fausse république bâtie sur une trahison ?

Il s'imagina froncer les sourcils.

— Ou es-tu devenu mercenaire ? Connaissant les talents de tes frères, j'imagine que tu as dû te tailler une excellente réputation dans la pègre…

Sarkis demeurait à une distance respectable du clone et le détaillait du regard.

— Une chose que je ne comprends pas… parmi tant d'autres… Rien ne colle avec toi. L'ordre 66, le coup d'état des Jedi… où étais-tu ? Que faisais-tu ? Tu connais le mantra de tes frères, pourtant, n'est-ce pas ? Un bon soldat obéit aux ordres. Dis-moi, soldat… as-tu obéi aux ordres ?

Sarkis sentait poindre en lui une envie sourde. L'envie de prendre ce clone… et d'en faire son plus beau trophée. Sa plus belle relique de la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Sergent Républicain
Sergent Républicain
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 17/11/2016
Localisation : Republic Squad

Feuille de personnage
Double Compte: Ignil Kal
Armes: Fusil blaster DC-17m, Pistolet blaster DC-15S, Grenade en tout genre et Vibrolame de combat rétractable
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: [Jakku] Vestiges du passé [PV Ben Ghoster] Jeu 24 Nov - 16:53



Ben Ghoster
Sergent de la République


Le chef des droïdes commença à me regarder et je le menaçais. Je n’avais pas peur de quoi que se soit. S’il voulait me tuer, il l’aurait déjà fait. d’ailleurs les droïdes armèrent leurs blasters, mais le chef les stoppa d’un revers de la main. Il commença à parler qu’il connaissait l’efficacité des commando clones. Cette fois-ci je fronçais les sourcils. Alors il nous connaissait. Bizarre, nous étions un peu dans l’ombre. Enfin certains commando non, mais le notre si, nous étions invisible, presque dans aucun registre. Il est à peine fait référence à nous. C’était pour cela que Kamino nous avait fait, des missions suicides où l’efficacité rapide était primordiale.

Le chef commença à faire un monologue où il parla de mes frères d’armes qu’ils disaient avoir connu. Je le regardais, il n’y avait aucun droïde semblable dans n’importe quel vaisseau de la République, c’était impossible. Mais je remarquais qu’il n’était pas qu’un simple droïde mais aussi un être organique, un peu comme Grievous. Bon sang ce général me donnait la chair de poule. Finalement je laissais continuer le chef parler dans le vide, enfin parler à voix haute avec ses questions rhétoriques. Il ne semblait pas comprendre grand-chose à ce que je faisais ici ni même à ce pourquoi de mon état si peu avancé dans l’age. Mais il n’avançait toujours pas vers moi. Comment le faire gagner du terrain vers ma position ? Bonne question. Le provoquer peut-être ou encore foncer sur lui. Non je me ferais tirer comme un lapin, ce n’était pas une bonne idée. Puis il commença à me demander si j’avais été un bon soldat à obéir aux ordres. Je le regardais et je commençais à lui dire :

- Je suis un soldat oui. Mais je ne suis pas un droïde qui ne réfléchit pas. Je suis les ordres mais si je sais qu’ils sont faux je ne les suivrais pas. Moi au moins je n’ai pas trahis la vrai vision de la République. Je ne suis pas devenu un pion de métal sans cervelle qui se pavane avec une cape débile. Tu me fais plus pitié que peur. Grievous savait au moins ce qu’il était pas comme toi. Tu n’es qu’un tas de ferraille couard qui se cache derrière ses hommes. Moi au moins je me bats pour quelque chose qui en vaut la peine et je fais face au danger moi !

J’avais tenté la carte de la provocation. J’espérais que cela suffirait afin de le faire rapprocher mais bon on ne savait jamais. Je reprenais la parole :

- J’aurai du tuer ton escadrille au moins j’aurai prouvé une bonne fois pour toute que les clones sont supérieurs aux droïdes.






Gifs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Infos fermées
MessageSujet: Re: [Jakku] Vestiges du passé [PV Ben Ghoster] Ven 25 Nov - 20:03

Amiral Sarkis Kerek

Ben Ghoster

Vestiges du passé
Le clone fixa Sarkis et finit par répondre :

— Je suis un soldat oui. Mais je ne suis pas un droïde qui ne réfléchit pas.

Sarkis serra les dents. Ou tout du moins s'en efforça, bien que sa mâchoire fixe refusât de bouger.

— Je suis les ordres mais si je sais qu'ils sont faux je ne les suivrai pas. Moi au moins, je n'ai pas trahi la vraie vision de la République.

La vraie vision de la République ? Une institution corrompue et gangrénée par le chaos et le mal ? C'était cela, pour lui, la vraie vision de la République ?

D'un côté, Sarkis ne pouvait lui en vouloir… tout ce que ce clone connaissait vraiment, c'était les informations dont on l'avait abreuvé sans qu'il en eût une réelle compréhension. Que pouvait-il savoir de l'univers, lui qui provenait d'une cuve parmi des millions d'autres sur Kamino ?

— Je ne suis pas devenu un pion de métal sans cervelle qui se pavane avec une cape débile. Tu me fais plus pitié que peur. Grievous savait au moins ce qu'il était, pas comme toi. Tu n'es qu'un tas de ferraille couard qui se cache derrière ses hommes.

Sarkis serra les poings. Cela au moins, il pouvait le faire. Et c'était l'essentiel.

— Moi au moins je me bats pour quelque chose qui en vaut la peine et je fais face au danger, moi !

L'amiral émit un grognement métallique. Le clone reprit sa tirade :

— J'aurais dû tuer ton escadrille, au moins j'aurais prouvé une bonne fois pour toute que les clones sont supérieurs aux droïdes.

Kerek laissa un temps avant de répliquer.

— Évidemment que les clones sont supérieurs aux droïdes.

Les droïdes commando le foudroyèrent de leur regard vide. L'amiral les ignora et fit un pas en direction du clone.

— Tu es l'incarnation de la chute de l'ancienne République… clone. Maintenant, tu combats pour un mensonge, une illusion qui détruit des vies. L'Empire n'était peut-être pas la meilleure solution, mais c'était celle qui s'imposait pour sauver la galaxie. Que crois-tu ? Que l'univers fonctionne comme le veut la Force ? Qu'il y a un côté clair et un côté obscur et que nous devons nous y plier ? Tu n'es qu'un bébé élevé dans un tube à essais, ne t'imagine pas en mesure de philosopher avec moi.

Il jeta un bref regard en arrière.

— D'accord… Tu es supérieur aux droïdes. Tu n'objecteras pas alors d'en affronter plusieurs à la fois.

Sarkis agita la main.

— Soumettez-le. Je le veux vivant.

L'idée de faire de ce clone un trophée avait cédé sa place à une autre intention, plus pragmatique… Si le discours du soldat était véridique, alors il avait fait retirer la puce de son cerveau… Il suffirait simplement de le ramener dans un laboratoire, de lui réinsérer une puce, et de le renvoyer dans sa si chère République. Il ne faudrait pas attendre longtemps avant de déclencher l'ordre 65 et l'ordre 66… En un seul coup, la nouvelle soi-disant République s'effondrerait sur ses fondations douteuses, et l'Empire demeurerait le seule maître de la galaxie.

Les deux droïdes jetèrent leur blaster et bondirent sur le clone.
Revenir en haut Aller en bas
Sergent Républicain
Sergent Républicain
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 17/11/2016
Localisation : Republic Squad

Feuille de personnage
Double Compte: Ignil Kal
Armes: Fusil blaster DC-17m, Pistolet blaster DC-15S, Grenade en tout genre et Vibrolame de combat rétractable
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: [Jakku] Vestiges du passé [PV Ben Ghoster] Sam 26 Nov - 11:44



Ben Ghoster
Sergent de la République


Plus je continuais de le provoquer plus cela semblait marcher. Je voyais au fur et à mesure de mes paroles qu’il commençait à s’énerver. Parfait c’était là où je voulais en venir. Au bout d’un moment je voyais qu’il avait serrer les poings. Je savais que je tentais une attaque suicide par mes paroles, mais pour l’instant il ne me voulait pas mort et ça pouvait être une bonne opportunité pour moi. Une fois ma tirade terminé, j’attendais une réponse, mais il ne se passait rien. C’était le silence. Seul le vent rompait ce silence. Puis il décida de répondre. Sa première phrase disait que j’avais raison et que les clones étaient bien supérieurs aux droïdes. D’ailleurs ses droïdes de gardes semblaient le fusiller du regard quand il annonçait ça.

De plus il commença à faire un pas vers moi. Mon plan semblait marcher mais il s’arrêta et commença à reprendre la parole. Il me disait que j’étais l’incarnation vivante de la chute de la République et que maintenant je me battais pour une illusion et que l’Empire était ce qu’il y avait de mieux. Il avait peut-être raison sur le fait que j’étais l’incarnation de la chute, mais je ferais changer cela. Je n’abandonnerai jamais et je me battrais pour mes idées. Bien entendu si je remarquais que je me battais encore contre les intérêts que je pense être juste, je quitterais et je ferais autre chose de ma vie, mais ce n’est pas le cas pour l’instant. La Nouvelle République montrait un chemin non corrompu. Puis il m’annonçait que je n’étais qu’un être né à partir d’un tube à essaie et que je ne pouvais philosopher avec lui. J’allais lui répondre quand il parla en regardant en arrière. Il parla que je devais pas avoir de problème pour affronter plusieurs droïdes. Je comprenais rapidement que j’allais devoir combattre. Je me redressais rapidement par une roulade arrière quand les droïdes se jetèrent sur moi sans leurs armes.

Les droïdes enfoncèrent leurs poings dans le sable pendant que je me relevais. Alors c’était ainsi ? Deux droïdes commandos contre moi ? J’ai l’impression d’être de nouveau dans la Guerre des Clones. Je me tenais prêt à agir. Contre ces types de droïde il me faut faire en sorte de combattre de manière rapide et efficace et cela sans utiliser mes grenades ou encore ma vibrolame. J’attendais que les droïdes foncèrent sur moi pour faire de nouveau une roulade mais cette fois ci vers eux, comme ça je me retrouvais dos à eux Je récupérais mon casque par la même occasion et je le lançais sur le premier droïde qui l’attrapa. J’en profitais de ça pour sauter dessus et le faire tomber au sol. Une fois nous deux au sol je prenais sa tête entre mes deux mains et je lui faisais faire un tour complet. J’entendis les circuits avoir des problèmes et le droïde ne répondait plus. Un de moins…

Je n’eus pas le temps de célébrer cette petite victoire que le second me frappa d’un coup de pied dans les côtes ce qui me fit projeter sur un mètre environ. Je me mettais sur le dos. Connerie de tas de ferraille, encore heureux que j’avais mon armure qui avait atténué le coup sinon je ne donnerais pas cher de ma peau. Le droïde se jeta sur moi, le poing en avant. J’en profitais pour l’attraper et par la force centrifuge je le tirais afin qu’il tombe sur le dos derrière moi. J’avais réussi et j’en profitais pour lui tourner la tête comme à son comparse. Le combat était terminait. Je me relevais lentement et j’allais récupérer mon casque que j’époussetais avant de le remettre. Je regardais les soldats de l’Empire qui n’avait pas bronché. Je les fixais de casque à casque avant de dire :

- Voilà de quoi est capable un vrai soldat ! Vous pensez réussir à faire mieux ? Venez tenter votre chance ! Allez espèce d’impériaux à la noix ! Vous ne valez pas mieux que ces droïdes !

Je me tournais vers le chef de ce peloton de l’Empire. Il était toujours là à me regarder avec intérêts. Il veut quelque chose de moi, je réfléchissais et je me rappelais qu’il m’avait parlé de savoir si j’avais exécuter les ordres. Il parlait de l’ordre 66, et donc de la puce inhibitrice. Il était au courant… il fallait dire que beaucoup était au courant, mais je me demandais ce dont il voulait réellement. Mais en ayant battu les droïdes je me disais que je pouvais avoir ma chance. Je pointais du doigt le chef et le défiais :

- C’est tout ce que tu peux faire tas de ferraille ? J’ai déjà affronté ces tas de boulons sans cervelles plus d’une fois ! Tu fais le fier, mais tu ne vaut pas mieux qu’eux. Vient te battre si tu en es capable ! Je suis sûr que toi non plus tu fais pas le poids !






Gifs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Infos fermées
MessageSujet: Re: [Jakku] Vestiges du passé [PV Ben Ghoster] Lun 5 Déc - 16:22

Amiral Sarkis Kerek

Ben Ghoster

Vestiges du passé
Les droïdes manquèrent le soldat de peu, mais ce n'était guère étonnant de la part d'un commando. Ce clone avait sûrement vécu des affrontements bien plus rudes avec des adversaires bien plus farouches.

Après quelques cabrioles, le clone rattrapa son casque et le jeta sur l'un des droïdes, qui le rattrapa. Le soldat en profita pour lui bondir dessus, le faire basculer dans le sable, et lui faire l'équivalent d'un cassage de nuque.

Sarkis se frappa le front du plat de la main, abasourdi par la bêtise encore vivace des droïdes de combat. Elle avait également dû être programmée dans leurs circuits.

Heureusement, le droïde survivant, manifestement plus rodé à ce genre de situation, expédia son pied métallique dans les côtes du clone et l'envoya valdinguer plus loin. Le droïde repartit à l'assaut, mais en une nouvelle pirouette, le clone se servit de l'élan de la machine contre elle-même et lui attribua le même sort qu'à son partenaire.

Le soldat se releva et alla récupérer son casque. Sarkis intima l'ordre à ses troupes de ne pas ouvrir le feu.

— Voilà de quoi est capable un vrai soldat ! Vous pensez réussir à faire mieux ? Venez tenter votre chance ! Allez, espèce d'impériaux à la noix ! Vous ne valez pas mieux que ces droïdes !

C'était un fait indéniable, et Kerek pensait également que les stormtroopers en étaient avertis.

— C'est tout ce que tu peux faire, tas de ferraille ?

Sarkis serra à nouveau les poings.

— J'ai déjà affronté ces tas de boulons sans cervelles plus d'une fois ! Tu fais le fier, mais tu ne vaux pas mieux qu'eux. Viens te battre si tu en es capable ! Je suis sûr que toi non plus, tu ne fais pas le poids !

L'amiral prit un temps avant de se baisser et de ramasser le blaster d'un de ses droïdes d'escorte.

— Je ne suis pas un droïde.

Il fit feu, déversant un torrent de plasma sur le clone. Il savait que son armure serait suffisamment résistante pour encaisser le déluge, il désirait simplement le déséquilibrer et le désorienter avant d'intervenir lui-même. Il visait essentiellement le plastron, et les genoux, pour l'épargner.

Sarkis finit par jeter l'arme sur le côté, détacha sa cape, et s'avança vers le clone.

— Qu'imagines-tu faire ? Que supposes-tu accomplir ?

Arrivé à une bonne distance du traître, Sarkis leva la jambe et activa la magnétisation de ses pieds, ce qui le colla directement au plastron de son adversaire. D'un geste ample, il lui agrippa les deux poignets de sa main gauche, les maintint en l'air comme s'il suspendait une pièce de viande à un crochet, lui posa la main gauche sur le casque et lui donna une décharge électrique.

— Tu t'opposes à l'Empire !

Sarkis le relâcha et le rejeta en arrière.

— L'Empire n'est peut-être pas idéal, mais il a été bâti par tes frères ! Par le sang de tes frères clones, qui croyaient en un idéal supérieur ! Si tu combats l'Empire, tu craches sur le sacrifice de tes frères ! Tu profanes leur mémoire et leur altruisme !

Il fit un signe à ses stormtroopers, qui enclenchèrent leurs armes en mode paralysie.

— Tu n'es qu'une nouvelle incarnation du tumulte qui ravage la galaxie. Il est temps de t'enfermer dans un lieu où tu ne feras plus jamais de mal. Troopers… Parés… F…
— Monsieur ! Nous recevons le signal d'un vaisseau qui sort de l'hyperespace !


Sarkis quitta le clone des yeux pour fixer l'orbite. La silhouette sombre d'un vaisseau républicain se dessinait dans le ciel.

— Appelez l'Annihilator.
Revenir en haut Aller en bas
Sergent Républicain
Sergent Républicain
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 17/11/2016
Localisation : Republic Squad

Feuille de personnage
Double Compte: Ignil Kal
Armes: Fusil blaster DC-17m, Pistolet blaster DC-15S, Grenade en tout genre et Vibrolame de combat rétractable
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: [Jakku] Vestiges du passé [PV Ben Ghoster] Mar 6 Déc - 22:16



Ben Ghoster
Sergent de la République


Pendant que je récupérais mon casque je le voyais qu’il était entrain de dire à ses troupes de ne pas tirer. Il me voulait vivant, c’était en ma faveur cela. Dans ce cas nous allions le pousser encore plus dans ses retranchements. D’abord je mettais mal à l’aise les Stormtroopers en les défiants et leurs annonçant qu’ils ne valaient pas mieux que ces droïdes de pacotilles. Puis je m’attaquais au chef en lui parlant du fait qu’il ne valait pas mieux que les autres. Je le voyais serrer les poings. Je sentais qu’il allait craquer et que j’aurai la possibilité de le combattre et d’utiliser la bombe électromagnétique sur lui. Sauf que curieusement il y eu un temps avant qu’il décide de se mouvoir. Il s’abaissa au niveau des blasters. Mince il me fallait une tactique et vite. Je ne pouvais qu’attendre pour le moment et le laissait faire son action.

Avant de tirer il parla du fait qu’il n’était un droïde. Je l’avais vexé sur ça ? Bonne chose à savoir. Mais je ne m’attendais pas à recevoir un déluge de tir. Je commençais à esquiver un peu mais ce n’était pas facile aucun endroit pour se couvrir ou quoi que se soit d’autre. Dans ce cas il fallait foncer sur lui. Je n’étais pas un Jedi et très vite je reçu deux tirs en plein plastron avant de pouvoir l’atteindre. Le choc me projeta au sol et j’avais du mal à respirer. Je commençais à me relever quand soudain je sentis une attraction étrange qui me fit arriver sur lui, son pied collé à mon plastron. Très vite il m’attrapa mes mains et les bloqua avec sa main gauche. Raté, je n’avais pas été assez rapide. Il m’attrapa au niveau du casque et me lança une décharge électrique. L’électricité me parcourait tout le corps et la douleur était forte. J’hurlais tellement j’avais mal. Il me demandait ce que je voulais accomplir et que je m’opposais à ce que mes frères c’étaient sacrifié pour…

Il me jeta au sol, blessé. Je me tenais légèrement recroquevillé par la douleur. Mais j’étais proche, je pouvais prendre de manière discrète une de mes grenades. Réussissant, je la gardais caché dans une de mes mains. Je me relevais lentement pour lui faire face mais ses soldats me mettaient en joue prêt à tirer. Ça promettait d’être une sacrée expérience. Au moment de tirer je plongerais à terre et me jetterais sur leur chef. Au moment où il allait demander de tirer, il s’interrompit. Le chef détourna les yeux vers le ciel et je pus voir aussi un vaisseau de la République. Les renforts arrivaient. Je décidais de jouer le tour pour le tout.

Sans attendre plus longtemps, je faisais glisser la grenade au pied de Sarkis et elle s’activa direct. Je plongeais au sol pendant qu’il avait le dos tourné et que la grenade avait explosé, provocant normalement un court-circuit pendant deux dizaines de secondes environ au chef. Les soldats de l’Empire tirèrent mais trop long à réagir je me trouvais déjà sur Sarkis. Je l’attrapais par la gorge, nous retourner pour faire face aux soldats et je sortais ma vibrolame la positionnant au niveau du cerveau. Si c’était un cyborg, il avait un cerveau humanoïde tout du moins et il avait la possibilité de mourir ainsi. Je sortais la deuxième grenade et commençais à parler :

- Si vous souhaitez que votre chef vive, vous avez intérêt à faire ce que je dis. Vous allez me rendre mon équipement et laisser mes camarades atterrir sans opposer la moindre résistance. Ah et toi la le chef, tente quoi que se soit et j’active la deuxième grenade. Si tu veux vivre ordonne à tes hommes de poser leurs armes et de faire ce que je leurs ai demandé. Si tu tentes de me faire tuer, je t’emporterais avec moi, je suis prêt à mourir pour la République, et j’honore mes frères par mon sens du devoir.






Gifs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Infos fermées
MessageSujet: Re: [Jakku] Vestiges du passé [PV Ben Ghoster] Jeu 5 Jan - 11:03

Amiral Sarkis Kerek

Ben Ghoster

Vestiges du passé
— L'Annihilator, Monsieur.

Le stormtrooper tendit l'holoprojecteur, qui diffusait l'image miniature de Wilhuff.

— Nous sommes sur place, Maître. Nous engageons la frégate de secours.
— Extermine-les. Et envoie-moi une escouade au sol.
— Une autre ? Vous êtes assurément un commandant exemplaire.
— Épargne-moi les comm…


Les stormtroopers firent soudain tous un bond en arrière. Sarkis n'eut pas le temps de réagir qu'il perdit toute sensation. Son corps s'écroula dans le sable, se révélant incapable de se mouvoir. Il resta là, immobile, impuissant, tandis que les stormtroopers tiraient sur le clone qui, beaucoup trop rapide pour eux, se jeta sur l'amiral et le prit en otage. Des stormtroopers qui n'étaient pas parvenus à toucher leur cible, comme c'était étonnant.

Sarkis commençait à retrouver ses moyens, mais la lame du clone posée contre sa tête le dissuada d'agir.

— Si vous souhaitez que votre chef vive, vous avez intérêt à faire ce que je dis. Vous allez me rendre mon équipement et laisser mes camarades atterrir sans opposer la moindre résistance. Ah et toi là le chef, tente quoi que ce soit et j'active la deuxième grenade. Si tu veux vivre, ordonne à tes hommes de poser leurs armes et de faire ce que je leur ai demandé. Si tu tentes de me faire tuer, je t'emporterai avec moi, je suis prêt à mourir pour la République, et j'honore mes frères par mon sens du devoir.
— Tu es surprenant, mon ami. Qui aurait cru qu'un clone l'emporterait à la loyale sur une machine ?


Au moins son sens du sarcasme était déjà revenu.

— Un clone ! s'exclama la voix grésillante de Wilhuff.

Le stormtrooper qui tenait le projecteur s'approcha du Républicain d'un pas prudent. L'hologramme du super-droïde tactique pencha la tête sur le côté, intrigué.

— Un clone. Vous vous êtes fait mettre à terre par un clone, Maître. Je suis admiratif. Je calcule que c'est encore à moi de sauver votre machinerie.
— Tu m'embarrasses, Wilhuff.
— Je ne l'ignore pas, Maître. Très bien, clone. Soyons pragmatiques. Je commande un croiseur de classe Imperial-II, qui ne fera qu'une bouchée de la ridicule frégate venue à ton secours. Voici le marché que je t'impose : tu relâches l'amiral Kerek, et je laisse la frégate repartir sans tenter quoi que ce soit.


Il leva ses griffes métalliques pour couper court à toute intervention de la part du Républicain.

— D'après mes calculs, tu as tout à gagner dans cette transaction : ta vie, la vie de tes camarades qui ne se sacrifieront pas pour rien, et la connaissance de l'existence d'un officier impérial qui utilise les restes de l'armée séparatiste.
— C'est exactement ce qu'il a proposé, Wilhuff.
— Je m'en doute, Maître. C'est un clone. Il n'est pas très inventif. Je connais leurs tactiques. Et je ne faisais que gagner du temps.


L'un des TR-TT, qui s'était placé à bonne distance dans le dos du clone, fit soudain feu. Le plasma se planta dans le sable à quelques mètres derrière le Républicain, ce qui provoqua une explosion qui souleva d'immenses gerbes de sable. Le souffle de l'impact propulsa Sarkis hors de la prise de son adversaire et l'envoya rouler plus loin. Il se releva, vit la deuxième grenade qui brillait sous le soleil, et l'expédia loin de lui d'un puissant coup de pied.

— Wilhuff ! Extermine-les tous !
— Bien entendu, Maître
, crépita l'holoprojecteur enfoncé dans une dune.
Revenir en haut Aller en bas
Sergent Républicain
Sergent Républicain
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 17/11/2016
Localisation : Republic Squad

Feuille de personnage
Double Compte: Ignil Kal
Armes: Fusil blaster DC-17m, Pistolet blaster DC-15S, Grenade en tout genre et Vibrolame de combat rétractable
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: [Jakku] Vestiges du passé [PV Ben Ghoster] Jeu 5 Jan - 17:40



Ben Ghoster
Sergent de la République


Ma tactique avait marché, j’étais entrain de prendre le dessus et j’avais capturé le chef. Il me fallait maintenant trouver un moyen de fuir rapidement. Il me restait qu’une grenade et je ne savais pas vraiment comment faire pour récupérer la suite. Je tenais en joue le chef et j’annonçais mes revendications. Dans mon casque je commençais à entendre le vaisseau de la République me parler :

- Serg…. Ghoster…. me recevez…. Nous sommes entrain…. un Mu-2…. Nous ne resterons…. Faites vite….

Les paroles me soulagèrent légèrement au moins il n’allait pas foncer tête baissé. Je commençais à reprendre espoir que je quitte cette foutue planète. J’écoutais le chef me parler comme quoi c’était surprenant que je gagne contre une machine. Je ne relevais pas et je voyais le Stormtrooper avancer vers moi de manière prudente un holoprojecteur à la main. Je commençais à regarder et je voyais un droïde. Mais pas n’importe quel modèle c’était un modèle stratégique très avancés. Il pouvait prédire certains mouvements de l’armée de la République à l’époque. Donc il me fallait faire attention à cela. Il commença à parler à son supérieur et continua de me parler par la suite. Il continua à dire qu’il voulait m’accorder ce que je souhaitais. Bizarre, généralement les droïdes n’étaient pas du genre à faire en sorte que les marchés ne se passent sans problème. Je regardais et lorsque le chef commença à lui parler, le droïde lui parla que ce n’était qu’une diversion.

Une explosion. Je n’avais pas sentis le TR-TT arriver derrière moi. Il tira un coup et je volais dans les airs rapidement perdant la grenade au passage. Je tentais de me relever rapidement et je regardais où je me situais. J’étais proche de mes affaires et je pouvais le faire. Les Stormtroopers commencèrent à faire feu, et je plongeais au niveau d’une carcasse pour être à couvert. Les tirs s’enchaînèrent alors que j’entendais le chef parler d’éliminer le vaisseau. Dans mon casque j’entendais les Rebelles parler :

- Nous allons nous…. derrière la zone de com…. Le vaisseau ne tiendra….. il faut évacuer d’urgence !

Je voyais au loin le vaisseau arriver. Ne cherchant plus je fonçais en direction de mes affaires. Je tenais un bout de carcasse du vaisseau pour me protéger des tirs ennemis. Dès que j’étais assez proche je le balançais vers les soldats et je plongeais sur mes affaires qui étaient entreposé sur une caisse. Je me sortais rapidement une grenade sonique et je la balançais sur les Stormtroopers. Cette grenade emet une impulsion sonore pendant six à sept secondes. Je me retournais et je tirais sur eux pendant que la grenade les gênait. Le TR-TT tira à nouveau ce qui me propulsa en arrière dans la carcasse du vaisseau. Sonné je me relevais lentement et je voyais le vaisseau de la République qui commençait à planer au niveau du sol. J’en profitais pour saisir ma chance. Ni une ni deux je courais pour sauter dans la zone d’embarquement. Je reçus deux tirs de blasters au niveau de l’épaule, mais au moins j’étais à bord. Nous nous envolions à bord du vaisseau principale qui faisait son possible pour éviter les attaques de l’autre vaisseau.

Une fois arrivé à bord, nous décollèrent en vitesse lumière laissant un match nul entre l’Empire et nous. Je n’avais pas gagné, mais le cyborg non plus. Il ne me restait plus qu’à me préparer pour une future rencontre. Où cette fois-ci je ne me laisserais pas avoir aussi facilement.






Gifs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
[Jakku] Vestiges du passé [PV Ben Ghoster]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Vestiges du passé (1/7)
» Vestiges du passé (2/7)
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Résurgence :: Galaxie :: Espace lointain-
Sauter vers: