AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Le cyborg et la chancelière [PV Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Infos fermées
MessageSujet: Le cyborg et la chancelière [PV Eden] Mer 16 Nov - 10:06

Le cyborg et la chancelière

L'Annihilator rôdait silencieusement dans la nébuleuse de Hapès, tel un prédateur marin qui écumait l'océan à la recherche d'une proie à dévorer. Pareillement à son vaisseau, l'amiral Sarkis Kerek arpentait la passerelle de commandement en quête d'une occupation. Wilhuff, son conseiller droïde, l'observait faire, tournant inlassablement la tête de gauche à droite. Les officiers de pont le regardaient également, inquiets de savoir ce qu'il allait finir par faire à l'un d'entre eux si un vaisseau républicain ne se montrait pas bientôt.

Hapès étant une planète neutre, mais de plus en plus ouverte au reste de la galaxie, et le conflit commençant à s'enliser, Kerek avait supposé que la République y dépêcherait tôt ou tard un émissaire pour venir discuter de l'intégration du système dans son camp.

C'était l'opportunité idéale pour tendre un piège à la République. L'occasion était vraiment trop belle pour la laisser passer. Il n'avait fallu qu'un peu prendre l'adversaire par la main. L'inconvénient, maintenant, était qu'il fallait désormais attendre que le loup sorte du bois.

Sarkis s'arrêta devant la baie vitrée qui donnait sur l'immensité du vide spatial.

— Wilhuff, nos taupes parmi la République ont-elle bien transmis l'information ?
— Affirmatif, Maître. Ces chiens de la République croient que le matriarcat de Hapès leur a demandé de venir pour discuter d'un éventuel ralliement. D'après mes calculs, ils n'ont que 46% de chances de réaliser qu'il s'agit d'un piège.
— C'est tout de même presque une chance sur deux.
— Ce ne sont que des probabilités, Maître.
— Venant de ta part, c'est étonnant d'entendre une chose pareille.


L'amiral soupira, ou tout du moins émit un ronflement métallique évoquant un soupir.

— Aucun éclaireur n'est encore apparu ?
— Aucun, Maître.
— Je n'aime pas ça.


Il se détourna de la fenêtre.

— Je vais dans ma salle de commandement privée. Attendons encore avant de partir. Prévenez-moi dès qu'il y a du mouvement, quel qu'il soit. Je veux être tenu informé de tout.
— Très bien, Maître.

Revenir en haut Aller en bas
Leader de la République Galactique
Leader de la République Galactique
avatar
Messages : 93
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 30
Localisation : Dans mon bureau sur Denon

Feuille de personnage
Double Compte: Kassiopéa O. Silverstone
Armes: Pistolet-blaster (x2) & Lame de Gantelet (x2)
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Le cyborg et la chancelière [PV Eden] Sam 3 Déc - 14:26





Le Cyborg & la Chancelière
Bordure Intérieure - Nébuleuse d'Hapès - Neutre







Une invitation ? Sur Hapès ? Vraiment ? Je connais suffisamment la politique de cette communauté pour savoir que c'est juste improbable. Cependant, cela ne veut pas dire que cela  n'est pas vrai... Je devais être prudente... Depuis le haut de ma tour, j'ordonne alors un départ vers la nébuleuse d'Hapès mais je ne compte pas y aller seule... Oh que non... Car si Hapès a véritablement invité la république alors je pourrais dire à l'ensemble des vaisseaux qui m'accompagneront de rentrer sur Denon. En dehors de ça... Les armes seront très utiles. On est jamais trop prudent dans ce cas. Ce n'est pas que j'ai pas confiance mais on ne sait jamais ce qui peut nous tomber sur le coin de la gueule en chemin. L'escorte a donc toute son utilité même lorsqu'il s'agit d'une simple escorte. Et puis, je reste escortée car le Sénat n'approuvera pas que je me déplace uniquement avec le « Purity », vaisseau amiral de catégorie Croiseur lourd de classe Home-One. Disposant d'un armement et d'un bouclier supérieur à celui d'un MC80a ou des modèle Mon calamarien de type Liberty. Mais pour le moment, je n'ai jamais eu besoin de m'en servir vu le peu de temps que je suis en poste. C'est peut-être le moment ou jamais de le faire. Contactant l'amiral, je lui fais part de ma requête et il affirme que le « Purify » est prêt à partir. Très bien. Terminant donc mes travaux, je finis par quitter la tour afin de me rendre à l'aire d'atterrissage privé qui m'est réservé afin de prendre ma petite navette.  

Rejoignant de cette façon le « Purity », je pose ma navette légère avant d'en descendre. De là, un petit contingent semblait m'attendre avec un officier. Se mettant alors au garde à vous en ma présence, je leur fais signe de se mettre en repos avant de parler avec l'officier qui m'accompagne alors jusqu'à la passerelle. Rencontrer l'Amiral ? Je le connais déjà et nous avons déjà fait des faits d'armes ensemble. Arrivant à la passerelle, l'Amiral donne le mort et tout le monde se lève à mon arrivée. Moi qui déteste ce genre de chose, me voilà pleinement servie.  Rejoignant l'Amiral, je regarde tout le monde avnt de leur dire qu'ils peuvent retourner à leur poste. Un vaisseau de cette ampleur ne se dirige pas tout seul. Me tournant ensuite vers l'Amiral, je lui demande si tout est prêt. Chose qu'il me confirme. Par le biais de l'identifiant du vaisseau, celui-ci quitte l'orbite de Denon accompagné de plusieurs corvettes CR-90, trois plus exactement et deux croiseurs légers MC40. Par ailleurs, l'Amiral me signale qu'il a envoyé une corvette en éclaireur. Voilà qui arrange bien mes affaires. Restant debout, j'entends l'amiral faire son boulot et je montre un sourire en coin en le voyant entrer en hyperespace. Maintenant que nous étions en route, j'avais tout de même du travail. Saluant l'aAmiral et les officiers, je les laisse sur la passerelle tandis que je devais rejoindre ce qui semble être mes quartiers. Un peu de repos avant l'arrivée, cela ne fait pas de mal.

Allongée et les yeux fermés, je tentais de trouver le sommeil mais impossible à y arriver. Depuis quelques temps, mon sommeil est relativement agitée mais pas au point d'en perturber ma récupération. Ayant des gardes devant les portes, je suis à peu près tranquille. Me laissant entraîner dans un sommeil sans rêve, je laisse la récupèration se fait car nous sommes partis de bonne heure mais pas au point de faire n'importe quoi. Dans quelques heures, l'amas de Hapès et sa nébuleuse sera à portée et techniquement, la royal navy hapienne devrait être dans le coin à nous attendre. De ce que j'en sais, il est impossible de traverser seule cet amas d'étoile et il est nécessaire d'être accompagnée pour poser les pieds dans le consortium du même nom. Nous verrons bien. Peu de temps avant notre sortie d'hyperespace, je me lève et je retourne sur la passerelle. N'étant pas de la Marine, je ne peux pas empêcher l'Amiral de donner ses consignes. Silencieuse, je reste calme avec le sourire alors que je regarde le vide sidéral entouré de lignes droite de couleur qui est en fait la manifestation visuelle de l'hyperespace puisque le « Purity » est encore en hyperespace. La corvette envoyé en éclaireur  ne devrait plus tarder à arriver à destination et  le « Purity » pourra quitter l'hyperespace juste après.  

Le Croiseur éclaireur sort de l'hyperespace et s'en vient de quelques dizaine de seconde le « Purity ». J'ignore encore qu'il s'agit d'un pièce impérial mais étant du genre méfiante, je ne suis pas stupide. Je sais que l'Empire peut me tomber dessus à tout moment. Je sais ce qu'il me reste à faire et je maintiens l'ensemble des vaisseaux en alerte maximum.

« - Levez les boucliers et restez en alerte ! »

Mon ordre était clair et je garde les mains dans le dos, sagement, attendait une action mais ce qui m'étonne, c'est qu'aucun vaisseau de la Royal Fleet hapian n'est présents pour m’accueillir. D'où la thèse du piège. Tomber dans des pièges ? Cela ne me fait pas peur et je les affronte les yeux fermés. Il faut dire que mon passé parle pour moi. C'est alors que j'entends les navigateurs fait écho d'une signature énergétique connue. Je tourne alors la tête vers l'Amiral qui demande des détails. Les rejoignant, je reste attentive et j'hoche la tête avant d'hocher la tête à l'attention de l'Amiral. J'allais pouvoir diriger un peu mais pas pour longtemps car le vrai maître à bord est l'Amiral et personne d'autre même si techniquement, il s'agit de mon vaisseau amiral.

« - Maintenez votre niveau d'alerte au maximum sur l'ensemble de l'escorte et parez à tirer à mon commandement ! »

Je ne suis pas du genre à être confiante. Si cela aurait été inconnu, j'aurais peut-être été moins méfiante mais là, on parle d'un vaisseau impérial même si on ignore lequel. L'alerte rouge résonne dans le « Purity » et je me suis avancée sur la passerelle afin de regarder à travers l'immense baie vitrée. L'ensemble était prêt et je n'attendais qu'un seul faux pas pour ça. Le moindre truc de travers et ce vaisseau allait comprendre ce qu'est la véritable puissance de ce monstre en provenance direct des chantiers navals de Mon Calamari. Car oui, c'est un monstre et en plus de ça, il est amélioré. Il faut faire preuve de patience...













Eden K. Ravenswood

Chancellor, she represents the Galactic Republic. A member Special Forces, she shares her weapons with the brothers. Corelian, she served with honor and pride. Long live the Republic ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Infos fermées
MessageSujet: Re: Le cyborg et la chancelière [PV Eden] Jeu 8 Déc - 13:52

Amiral Sarkis Kerek

Eden K. Ravenswood

Le cyborg et la chancelière
Engoncé dans le fauteuil de sa salle de commandement privée, Sarkis se grattait machinalement sa joue métallique. C'était l'un des gestes qu'il continuait à faire en dépit de ne plus ressentir ce genre de désagréments, et cela le confortait dans l'idée qu'il n'était pas encore totalement mort.

Et puis c'était le signe que les capitaines Djek et Hourin l'ennuyaient profondément, à lui parler de protocole et de règles diverses.

— Je vais devoir réaffecter l'Insidious, soupira Djek. J'estime que nous avons suffisamment attendu.
— Sauf votre respect, amiral Kerek, je suis de l'avis du capitaine Djek, renforça Hourin. La République a manifestement suspecté le piège, et nos forces sont attendues ailleurs, là où l'on a réellement besoin d'elles. Je…


Sarkis leva la main pour l'interrompre.

— La République viendra.
— Nous ne pouvons repousser l'échéance plus longtemps, Amiral.
— Ne me forcez pas à informer l'Impératrice de votre comportement séditieux, Capitaine.
— Mon comportement séditieux ? Sauf votre respect, amiral Kerek, vous êtes peut-être mon supérieur, mais vous n'êtes pas Dark Vador. N'imaginez pas pouvoir m'intimider avec de vaines menaces.
— Vous comprendrez rapidement qu'il n'y a rien de vain quant à mes me…


La sonnerie de l'intercom le coupa en plein milieu de sa phrase.

— Maître, résonna la voix vrombissante de Wilhuff, nous captons le signal d'un vaisseau sortant de l'hyperespace.
— Nous a-t-il repérés ?
— Nous émettions un radar actif. Un deuxième vaisseau vient de le rejoindre. Bien plus massif.
— La République… Capitaine Djek, capitaine Hourin, voilà la réponse à votre méprisant manque de confiance. Mettez-vous en route. Je vous veux sur place dans dix minutes. Nous allons écraser cette misérable rébellion corrompue ici et maintenant.


Il coupa les hologrammes des impériaux et fit apparaître celui de Wilhuff devant lui.

— Passe l'Annihilator en alerte rouge et décris-moi nos adversaires.
— Très bien, Maître. A priori, il y a au moins un croiseur lourd et un croiseur mon calamari. Et deux corvettes corelliennes, mais la mauvaise visibilité m'empêche de l'affirmer. Je recommande la prudence maximale.
— Ce n'est pas normal.
— Maître ?
— Ce n'est pas une mission ambassadrice classique. Ils devaient suspecter un piège, mais c'est une escorte beaucoup trop importante pour un simple porte-parole. Quelque chose ne tourne pas rond.
— Souhaitez-vous demander des renforts ?
— Il seront bientôt en route.


Sarkis gronda pour simuler un soupir.

— Le général Tagge avait raison. Il nous faut toujours plus de croiseurs. Wilhuff, approche l'Annihilator de la flotte ennemie, mais reste à une distance correcte. Qu'ils ne croient pas que nous passons à l'attaque.
— Je ne comprends pas, Maître. N'était-ce pas l'objectif originel de la manœuvre que vous avez ourdie ?
— L'objectif a changé. Je suis curieux de savoir à qui nous avons affaire. Émets un signal sur canal ouvert, je veux entrer en contact avec notre mystérieux opposant.
— Tout de suite, Maître.


Le signal commença à se lancer par vagues à travers la nébuleuse, pendant plusieurs minutes.

— Maître, nous détectons la sortie d'hyperespace de deux vaisseaux impériaux.
— Djek et Hourin sont arrivés. Ordonne-leur de ne pas attaquer.
— Maître, je crois que le signal d'émission a été capté.
— Parfait.


Sarkis s'éclaircit la gorge, ou en tout cas fit vibrer des câbles dans son cou.

— Votre attention, vaisseau non-identifié. Je suis l'amiral Sarkis Kerek, je parle au nom de sa majesté, l'Impératrice Skyna. Déclinez votre identité.
Revenir en haut Aller en bas
Le cyborg et la chancelière [PV Eden]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une journée éprouvante [PV Eden]
» Mickaël Eden
» Dimitri Payet (by Eden-Hazard)
» Inscription d'Eden Marshall
» Eden L. Rosebury > Torrey Devitto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Résurgence :: Bordure Intérieure :: Hapès-
Sauter vers: