AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Le dragon du Clan Kryze se réveille... [En cours...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Chasseur de Primes Respecté
Chasseur de Primes Respecté
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 15/11/2016
Age : 31

Feuille de personnage
Double Compte: Dante Garvan / Elios Albireo
Armes: Beskar'gam, Beskad, DC-15x, Dague Loag, DH-23, grenades...
Alignement: Neutre
Infos fermées
MessageSujet: Le dragon du Clan Kryze se réveille... [En cours...] Mar 15 Nov - 18:04



"Ta vie est ma solde…"



» Etat Civil







• Nom/Prénom : Linaewen Medlinya
• Surnom : Nienor, Muad'Dib
• Âge : 25 ans
• Sexe : Féminin ♀
• Espèce : Gurlanin (prenant la plupart du temps une forme humaine) / Mando'ad (même si ce n'est pas une race)

» Caractéristiques





• Groupes : Chasseurs de Primes

• Rang : Rang III – Chasseur de Primes Respecté

• Pouvoirs : Aucun

• Inventaire :

Armure : Beskar'gam

Comme tous les Mandaloriens possèdent cette armure faite de Beskar, le fer Mandalorien. Celle de Medlinya est assez représentative de celle qui la porte. Fonctionnelle au possible, l'armure est majoritairement recouverte de plaques de Beskar d'une couleur acier. Les parties "molles" de cette armures sont d'un violet profond qui se retrouve être surmonté de quelques pièces de cuir brun au niveau des bras. Sa ceinture arbore fièrement le symbole des Mandaloriens.

Il est à noter que son casque, tout comme le reste de l'armure fut entièrement personnalisé par sa porteuse, ainsi, le contour de la visière en "T" est décoré d'arabesques gravées à l'acide. Bien entendu, le casque la protège des tirs de blaster et possède même un système de filtrage des gaz et autres poisons, ainsi qu'un communicateur à courte et longue distance.

Aussi, la Beskar'gam de Medlinya arbore quelques points importants. Ses mains sont recouvertes des "shuk'orok" Mandaloriennes. Malgré leur interdiction, certains revendeurs malintentionnés, lui ont permit d'en obtenir une seule et unique paire.

Dans son dos, un jetpack de type JT-12 rétractable lui offre une très grande autonomie de vol. Ce système peut être détaché de l'armure afin d'être révisé ou modifié.

Spécificité des armes de l'armure :

Griffes de Beskar : Se situant dans les compartiments situés sur ses avant-bras, il suffit à Medlinya de faire un rapide mouvement de poignet vers l'avant pour les faire sortir. Outre la facilité avec laquelle ces griffes sont capable de trancher la chair et les métaux, Medlinya les utilisent la plupart du temps afin de grimper sur les murs, ou pour contrer une attaque lorsqu'elle semble désarmée.

Lance-flamme : Un tube reliant une bonbonne de gaz extrêmement inflammable attaché au niveau de ses reins à son avant-bras gauche, permet à la Mando'ad de brûler tout ce qui s'approche un peu trop d'elle. Toutefois, dans des zones à faible oxygénation, le lance-flamme est inutilisable.

Ceinturon : Il s'agit en fait d'une arme particulièrement dangereuse. Créé sous la forme d'un trident, les pointes s'avèrent être assez acérées pour s'enfoncer dans une peau humaine. Il s'agit de l'arme de dernier recours. Et jamais encore Medlinya n'a eu à en faire usage.

Armement :

Beskad (surnommé "Annabel") : A la différence de ses pairs, Medlinya n'a pas fait une Beskad comme la plupart des Mando', son arme, dont l'idée première provient des "Bevii'ragir". Le manche est grand, fait entièrement de bronzium et télescopique par sa moitié. Lorsque l'arme est étendue, elle mesure (en comptant la lame) 180cm. Repliée, la Beskad ne mesure plus que la moitié de cette taille. La lame est entièrement faite de Beskar, et décorée des goûts très prononcés de Medlinya pour les couleurs vives, sa mère lui a offert, le jour de ses 16 ans, un "capteur de courage" (sorte de porte-bonheur) qu'elle a accroché à la lame. A l'extrémité basse, un pic de bronzium lui sert de contrepoids et parfois même, d'arme de fortune.

Dague Loag : une arme particulièrement rare. La lame courbée est entièrement noire, tout comme la garde. Elle mesure 30cm et se glisse aisément dans les bottes de Medlinya pour passer inaperçue.

Fusil sniper de type DC-15x : construit par BlasTech Industries, le fusil sniper DC-15x est extrêmement difficile à manier, demandant une précision et un calme redoutable. Sa portée maximale est de 500m à l'aide d'une puissante lunette de visée électronique. Le plus gros soucis de cette arme est le fait qu'elle soit totalement inutile en combat rapproché.

Pistolet Blaster DH-23 Outback : créé pour être utilisé dans les zones les plus reculées de la Galaxie, ce blaster est bien plus robuste que ses pairs malgré une portée bien moindre. Deux blaster de ce type se trouvent être portés de part et d'autre des cuisses de la Mando'ad.

Diverses grenades : fumigènes, explosives, gelantes… Tout dépend la mission.

Bes'bev du clan Kryze : Utilisée presque exclusivement comme une flûte que comme une arme, Medlinya excelle dans cette forme musicale et il n'est pas rare de l'entendre jouer le soir sur les toits, des airs Mandaloriens.




• Vaisseau : Chasseur de classe Kom'rk – Surnommé "Fleur"

• Alignement : Neutre

• Planète d'origine : Qiilura




• Physique :

Medlinya possède deux formes physiques à proprement parler. Ou plutôt, deux formes qu'elle arbore le plus clair du temps.

La première est celle qui incombe à tous ceux de sa race, les Gurlanins. Sous cette forme, elle ressemble à une sorte de grand félins, à peine plus petite que la plupart de ses pairs, elle ne dépasse pas les 120cm de long. Son pelage est noirs et, sous le clair de lune, renvoie des ombres bleutées étrangement brillantes. Les yeux d'un magnifique jaune orangé, transpercent les ténèbres. Comme tout félin qui se respecte, les iris sont fins et verticaux. Quatre pattes longues et fines, une queue tout aussi sombre et recouverte de pelage que le reste du corps complète un physique de prédateur. Sa gueule est composée de dents acérées et particulièrement tranchantes, et terminée par un museau fin et pointu.

La seconde, est sa forme humaine, celle que Medlinya arbore le plus souvent, pour ne pas dire qu'elle se considère bien plus comme une humaine que comme une Gurlanin. Sous celle-ci, la jeune femme garde l'onyx de son pelage dans ses cheveux. D'un noir de jais, sa crinière très longue, retombe sous ses fesses, et est attachée par un ruban de tissus blanc. Ses joues sont rehaussées par des pommettes saillantes et délicates, au dessus desquelles un regard aux couleurs des pierres percevra vos plus honteuses pensées. Ces yeux si particuliers, passant d'un marron délicat à un jaune sombre, sont ceux de la femme qui a vu être élevée comme une sœur, dans un Clan qui n'aurait jamais du être le sien.

Des épaules fines, un corps élancé à la poitrine des plus opulentes – désire inconscient de différence de la part d'une Gurlanin plus petite que ses pairs ? – des jambes longues et agréables. Tout chez elle inspire le désir et la beauté. Comble de ce physique, sa taille, qu'elle n'affectionne que moyennement, malgré le fait qu'il s'agisse de son choix. Mesurant 160cm, elle paraît plus petite que la moyenne, mais n'en a rien à faire. Seul son propre regard et celui de sa famille lui importent.

Sur son corps – étrangeté malhabile peut-être – est tatoué, de ses épaules à son bassin, et glissant jusqu'à l'aine, un étrange animal. Mais jusqu'à présent, personne ne l'a vue nu, et donc capable d'en décrire les moindres détails… Sauf elle-même.

Niveau tenue vestimentaire, Medlinya est simple, sobre et souvent de noir vêtu. Lorsqu'elle ne porte pas la Beskar'gam, ses vêtements sont noirs la plupart du temps. Tantôt une jupe et un débardeur blanc, rehaussé de bretelles de cuir, bottes de la même couleur, et gants rouges. Tantôt une tenue entièrement noire, et ne la gênant pas dans ses mouvements. Il est pourtant assez rare de la voir sans sa Beskar'gam, possession qui est pour elle, la seule et unique chose ayant un réel intérêt.

Une seule chose permet à ceux qui la connaisse d'être sûr qu'ils ont bel et bien affaire à elle… Sa paire de boucle d'oreilles en argent, tombant de part et d'autre de sa tête.





• Caractère :

Medlinya est tout ce qu'il y a de plus nature dans sa manière de penser. Elle respecte avant tout le Resol'Nare, ces préceptes Mandaloriens qui l'aident dans sa vie de tous les jours. Le fait qu'elle soit avant tout une Gurlanin la pousse souvent à réagir d'une manière bestiale, presque irréfléchie. Lorsqu'elle est défiée, par qui que ce soit, elle le relève et sera capable de tout pour vaincre son adversaire. Son caractère est un paradoxe que peu de monde arrive à percer et à comprendre. Tantôt calme et réfléchie, tantôt sauvage et animale, Medlinya est un diamant à l'état brut.

Brillante de part ses connaissances, rien ne l'arrête dans sa quête perpétuelle de savoir et de connaissances. Elle respecte tout autant les Jedi de par leurs capacités martiales, que par le fait même qu'ils semblent posséder une sagesse et un savoir millénaire. Pour elle, les seuls principes vraiment utiles sont ceux qu'elle s'impose. Protéger sa famille, ceux qu'elle aime, et répondre à l'appel du Manda'lore tel qu'on le lui a apprit.

Malgré son bon cœur, et la volonté propre du clan Kryze, elle n'est en rien pacifiste, et préfère répondre d'un coup par un coup encore plus violent. Etre pacifiste oui, se laisser faire, il en est hors de question. Son honneur et celui de son clan sont les deux choses les plus importantes à ses yeux. Etrangement, elle rentre dans un cercle d'incompréhension la forçant même à se figer lorsqu'elle se retrouve au devant de violences gratuites, ou pire encore, de meurtres déraisonnés.

Enfin, les choix de vie de Medlinya ont très souvent étonné ses pairs et sa famille. Elle qui, au demeurant reste quelqu'un de très courtois et ouverte d'esprit, ne parle que très peu de ses désirs les plus enfouis. Les hommes ayant croisés sa vie se sont souvent vu refoulés avant même de l'avoir approché. Sauf quelques uns qui ont eu l'unique fois la chance de partager une nuit avec elle… Même si ces derniers ne sont plus dans la capacité de parler à l'heure actuelle. La plupart ayant disparu dans la Galaxie peut de temps après.

Il ne faut pourtant pas tenter de prendre la Gurlanin pour une idiote, malgré son cynisme et le fait qu'elle passe le plus clair de son temps à ne protéger que son Clan et elle-même, Medlinya reste une humaniste convaincue. Désabusée par les actes de certains Mandalorien, elle vous pourtant un profond respect pour le Mandalore qui, d'après les paroles de la Chef de son Clan lui est le plus souvent représenté comme un Oncle bienveillant que comme un suppôt au service de l'Empire.




• Points forts :

- Métamorphe : Du fait de la race de son père, Medlinya a la capacité innée de changer de forme. Même si elle préfère nettement celle qu'elle arbore habituellement, il lui est tout autant possible de reprendre cette des Gurlanins. Toutefois, elle préfère modifier ses traits d'une manière plutôt basiques telle que la couleur de ses cheveux, sa taille et sa corpulence. Rarement plus. Sauf parfois, où la Mando'ad s'amuse à prendre une forme mi-humaine, mi-animale.

- Mandalorienne : Il n'est pas rare que les Mando' inspirent l'effroi ne serait-ce qu'à la vu de leurs armures. Pour Medlinya qui suit le Resol'nare au pied de la lettre, porter l'armure est une qualité qui est offerte qu'à ceux respectant ces principes. C'est donc pour elle une qualité sans limites que de pouvoir porter une telle armure.

- Maîtresse du combat : Depuis qu'elle fut recueillie par ses parents adoptifs, la jeune Gurlanin fut entraînée comme n'importe quel Mandalorien qui se respecte. Malgré le fait que le clan Kryze est connu pour sa non-violence, il n'en reste pas loin un clan Mandalorien.

- Joueuse de Bes'bev : Cet objet, bien plus utilisé comme instrument de musique que comme une arme, est devenu un objet que Medlinya affectionne tout particulièrement. Aussi, à force d'en jouer, elle est devenue une des meilleures musiciennes de son Clan.

• Points faibles :

- Droite : Le fait que seul le Resol'nare est la base de toutes choses, Medlinya se retrouve souvent en proie à l'incompréhension face à la réaction d'autrui. Abandonner femme et enfants pour protéger sa vie, tuer une cible juste pour le plaisir… Sont des choses qui dépassent sa compréhension et ses principes. Cela étant, lorsqu'elle se retrouve face à ce genre de réaction de la part de quiconque, son corps se fige et il lui faut plusieurs minutes avant de reprendre ses esprits.

- Sa famille : En tant que Mando'ad, la famille passe avant le reste. Les protéger, assurer leur survie, et les aider sont les points les plus importants aux yeux de la jeune femme. Si un jour sa famille se retrouvait au milieu de feux croisés, elle ferait tout pour les protéger, quitte à donner sa vie…

- Perpétuelle insatisfaite : Que ce soit lors de ses missions ou dans sa vie privée, Medlinya cherche toujours à se dépasser. Ceci pouvant aller jusqu'à la mettre en danger lors d'une traque ou un espionnage. Chose qui est déjà arrivé par le passé, et qui avait failli lui coûter ses deux jambes.




» Histoire





I



"On cesse d’être un enfant quand on comprend qu’on est mortel."
The crow



Pérennité du nom, désir inlassable de survivre au monde qui nous entoure, besoin de chasser… Ou vivre, tout simplement. J'ouvrais les yeux sur le ciel azuré et distendu de ce berceau que plus tard je nommais "maison". Cette planète aussi inhospitalière aux yeux de certains n'était autre que les prémices de ma vie. Les premières heures d'un espoir qui ne tarderait pas à disparaître dans un champ de complaintes et de sang versé. Aussi rapidement que je le pu, je grandis dans mon esprit. Qu'étais-je ? Animal ? Plante ? Ou bien peut-être tout autre chose, une chose dont personne n'ignorait l'existence, mais dont tous se méfiaient. La tristesse qui s'écoulait en des rivières d'un rouge cramoisi remontait mon cœur aux confins de ma gorge. Je dégluti. Mon ignorance, l'existence même des raisons qui avaient fait de moi ce que je devins restait pourtant bel et bien aussi Obscur qu'une nuit sans lune. Des hommes, des femmes… Leurs armes léchèrent les arbres qui m'entouraient. Que pouvais-je faire ? Je n'étais qu'une enfant, à peine née. Petit à petit je compris ce qu'il se passait, je mourrais. Allais-je rejoindre mes pairs ? Ce lieu inconnu où je flottais allègrement, dénuée de toutes sensations néfastes. J'entendais parfois des voix, hypnotiques, chaleureuse. Au travers de ce liquide dans lequel je baignais, je bougeais, me déplaçais, prenant le plaisir malicieux de ne pas être gênée dans mes mouvements. J'étais libre. Libre et heureuse.

Puis ce fut mes premiers pas sur ce monde. Fuir, nous le devions encore et toujours. Pourquoi ? Où ? Seuls les plantes, le vent et les Merlies le savaient. Encore et toujours je percevais les caresses rougeâtres qui nous repoussaient sans cesse. Qui étais-je ? Où étais-je ? Qiilura. Puis, alors que ma peau se changeait, devenant d'un noir ébène, je fus portée. Les danses fulgurantes des images, à la manière d'un cabaret sordide se dévoilèrent à mes yeux dorés. Non sans réussir à pleurer, je griffais, mordais, m'attaquais à tout ce qui se trouvait à proximité de mes griffes et de mes crocs. Dans un linceul de colère et d'amertume je ne pu concevoir ce qui m'arrivais. M'enserrant contre ce métal froid, je perçu un battement, puis un autre. La chaleur entourant mon être, je fermais les yeux. D'une danse mélancolique, mon esprit se muait en une valse effrénée et empli de tendresse. Alors que mes yeux se fermaient, une chose marqua mon esprit, et y resta à jamais, ce casque noir et or, aux arabesques délicates. Ne pouvant voir le visage, ne sentant que les bras qui me portaient, m'enlaçant dans un amour délicat et protecteur, je m'endormis.

Dansez petites fleurs d'émerveillement. Courbez vos pétales sous les caresses du vent. Laissez l'odeur âcre et à la fois délicatement boisé des forêts de Qiilura vous portez jusqu'aux cieux… Les rêves qui pénétraient mes songes, envolées musicales et constances d'odeurs me faisaient frémir. Une voix pénétra alors ma chair, cherchant le chemin de mon esprit. Avec la plus grande joie, celle par laquelle les enfants appellent leurs parents, j'entendis un nom, mon nom… Qui étais-je ? Je le savais. Medlinya… D'où venais-je ? Qiilura. Puis ce fut la consécration d'une enfance, de la naissance de la porteuse de lumière à l'apprentissage de celle qui devait soutenir les piliers de son propre esprit. La nature qui m'encerclait disparu alors, et, sommairement, me laissa seule et désabusée. Etais-je triste ? Non. Mais arrachée à ma terre… A ma planète, mon berceau ? Oui…



II


"Remember those posters that said, Today is the first day of the rest of your life? Well, that’s true of every day except one. The day that you die."
American Beauty



Touchée par une lame aussi chaude que douloureuse, la moindre fibre de mon corps se vit brûlée par ces quelques mots prononcé par l'être qui m'avait sauvé : "Ni kyr'tayl gai sa'ad". Tremblante sous ces paroles qui furent la pierre scellant mon acceptation au sein de son Clan. Mon sang retournait alors à mon cœur, désireux de ne point aller là où il aurait dut. Qu'étais-je pour les autres ? Un animal… Un prédateur… Qu'étais-je pour lui ? Pour elle ? Un enfant. Leur enfant. De formes en formes, de langages en paroles, j'évoluais. Les lacs et les étangs n'étaient pour moi plus que de lointains souvenirs. Seuls les prairies désertiques entourant nos tentes devenaient mes terrains de jeux. Un jeu dangereux dans lequel je me perdais parfois en de vains combats. Prenant le plaisir des enfants à me chercher, sans limites, où se trouvaient les miennes, je ne pouvais décemment par m'avouer vaincue. A la fois traqueuse, chasseresse, et guerrière… Devins-je un jour réellement l'enfant qu'ils auraient espéré ? Point je n'étais homme, femme-enfant, plus enfant que femme à l'heure où je posais les pieds dans une nouvelle demeure.

Bienheureuse celle qui, au détriment de son sang et de sa vie, demeure la femme qu'un homme désire. Bien à moi le refus de cet adage que beaucoup considéraient comme étant le principe même d'une mère. Mes espoirs étaient bien plus intrigants. N'étais-je point l'enfante de Qiilura ? Celle-la même qui se devait de prouver aux indécis et aux esprits des vents que notre Clan, tout aussi pacifiste soit-il, n'était pourtant pas dénué de cet esprit du combattant dont nous faisions tant part ? Notre Maîtresse à tous, Dame Satine inculquait aux esprits à l'oreille aisée ses paroles de paix. Toutefois, les songes de l'esprit vacillant des autres Clans ne pouvaient empêcher l'eau de la rivière de couler… Bien sans foi que notre Clan fut meurtri par des pertes. Alors que le manteau sombre de la nuit s'étendait sur les plaines de Mandalore, nous jouions inlassablement de cet instrument. Entonnant les chants et les complaintes des anciennes guerres, mes yeux de femme-enfant – car mon corps autant que mon esprit s'avéraient grandir non sans vaciller sous les coups de l'amour charnel –, exprimait une joie sans bornes et sans limites. Qui étais donc ces grands guerriers des temps passés ? De noms de Clan en familles séculaires, je me perdais dans mes rêveries, à jamais lassée de continuer à suivre les préceptes millénaires de mon peuple.

Je le savais, lors du prochain réveil de l'astre lumineux, je devrais partir. La solitude de mon esprit faisant fi des craintes de mon cœur, la Beskar'gam sur les épaules, je me devais d'être méritante. D'aussi loin que l'on m'en avait parlé, le Clan pour lequel je posais le pied à chaque minute serais mon berceau, ma famille. Ce fut le cas. Revenant bien des lunes plus tard, formée et femme bien plus qu'enfant, je ravissais mes pairs auprès de qui je fis le vœux du Resol'nare. Mando'ad. Enfant adoptive du Clan Kryze. Mon cœur battait au rythme de celui de mes frères et sœurs, de ma famille, de mon Clan. De notre Maîtresse. De la Paix. Une notion qui s'envola à tire d'ailes dans les cieux les plus ténébreux que je connu depuis lors. Le sourire aux lèvres et la bouche entrouverte notre Maîtresse s'éteignit alors dans un dernier souffle. Le liquide brunâtre qui s'écoulait de la commissure de ses lèvres, symbole impie du meurtre sans honneur, ne laissait aucuns doutes. Nous devions partir. Le temps était venu pour moi de retourner au berceau de ma naissance. Je ne fus point seule. Notre Clan ayant eu de grands combattants dans ses rangs. Ainsi, je l'appelais "Frère". Celui qui naquit à mes côtés alors que mon corps cherchait toujours les formes de mon être dont je devins par la suite. Ainsi, nous quittions notre terre séculaire, celle-là même que notre Maîtresse avait aidée à rester pacifique… Le Clan qui suivrait n'auraient guère de plaisir à faire plier d'autres pairs sous sa coupe.


- Haat, ijaa, haa'it.


III


"J’éloignais mon esprit de la douleur en me rappelant que lorsque je me tiendrai enfin debout, je serai exactement 5 centimètres plus près des étoiles."
Bienvenue à Gattaca



Une colère sans nom monta dans mon esprit alors que je posais le pied sur la planète de mes ancêtres. Qu'était donc cet être impuni qui s'octroyait le pouvoir qui revenait aux peuples de cette planète ? N'avait-il pas honte de salir ainsi les mémoires de ses pairs, de nos mémoires à nous, Mando'ad… "Aruetii", "chakaar" furent les mots qui s'écoula alors du fond de ma gorge, telle une insulte proférée à son encontre. La moindre respiration de sa part me rendait aussi malade qu'un être sans honneur. Il faisait honte à la Beskar'gam, il faisait honte au nom. Mes poings se serrèrent alors que je le voyais se plier devant ce Neimoidien, traitant les habitants comme de vulgaires animaux. Il ne pouvait être d'autre fin pour ce rejet de la vie que de payer ses actes par son sang. Déployant mon arme, j'enlevais ma propre Beskar'gam et m'approchais de lui. Outrage ultime. Ce dernier ne portait son casque que lorsque cela semblait l'arranger. Celui qui se tenait alors à ma droite, celui que j'appelais "Frère" chargea les mercenaires, et, doté de la force de cent hommes les écrasa de toute sa puissance, lavant ainsi une partie de l'honneur des Mando'ad. Père et Mère n'étaient plus en grande forme, les saisons furent pour eux bien plus de rides que de coutume, et à n'en pas douter que la perte de notre Maîtresse à tous les avaient marqués bien plus que nous autres enfants.

- Demagolka ! (Hurlais-je alors à gorge déployée, furieuse et bien plus animale qu'humaine.) Le dar'manda que tu es devrait avoir la honte sur ses épaules. Je vais laver l'affront de tes actes et je me repaîtrais de ton sang en la mémoire de celles et ceux que tu as trahi !

Pestant et crachant au sol à mes pieds, il me manquait tout autant de respect qu'à ceux sur qui il déposa le pied pour passer. Mon Frère se vit affublé d'une injure que je ne manquerais pas de corriger à ma manière. Ainsi, bien au-delà des poisons infâmes, des Mando'ad usaient des vices et des outrages des dar'manda… La souffrance qui pénétrait ma chair nue et dévoilée, aggravait ce sentiment de fureur qui naquis dans mon esprit. Embrumé, aucune lune n'aurait pu s'avérer être assez brillante pour chasser les ténèbres qui s'y installaient, aucun soleil ne serait assez chaud pour faire fondre la glace qui naissait dans mon cœur. C'est ainsi que, dans un mouvement circulaire notre combat éclata. Par ma droite, j'esquivais sa Beskad qui manqua de peu de pénétrer mon flanc. Folle de rage, je ne percevais plus que mon adversaire. Ma danse s'exécutait dans des mouvements larges et précis, je frappais, frappais, et frappais encore sans discontinuer. Qui étais-je jusqu'à lors ? Une enfant adopté par le Clan Kryze, une élève, une Mando'ad… Mais avant ? Avant de sentir les bras rassurant de mon père, les lèvres délicates que ma mère déposait en fins baisers sur mon front. J'étais de Qiilura… J'étais… Une Gurlanin !

Mes doigts se crispèrent tandis que mes ongles se muèrent en griffes acérées. La délicatesse de la peau rosée qui me discernait souvent se trouvait convertie en un pelage des plus sombres, aussi sombre que l'âme de celui qui se tenait devant moi, troublé, apeuré. Il traitait les êtres de Qiilura comme des bêtes, les traînant dans la boue et la tristesse… D'un bond, je n'étais plus Mandalorienne, j'étais animal. Mes crocs s'enfoncèrent dans sa gorge, arrachant sa trachée son sang s'écoula jusqu'à mon estomac, me repaissant de ce repas, je tournais encore et encore mon regard autour de moi. Prédateur cynique et dangereux, ce fut au tour du Neimoidien de passer de vie à trépas. Arrachant ses globes oculaires, le liquide parvint jusqu'au sol alors que les spasmes de son corps, débarrasser de ses membres, imitait sommairement les tremblements sinistres d'une folie nerveuse qui ne tarda pas à quitter son âme. Qui étais-je devenue ? Qui avais-je été ? Qui serais-je ? L'enfant que j'avais vu grandir, mon frère, et mes parents fixèrent un œil étrange sur celle qu'ils considéraient comme leur enfant. Aucun prédateur n'est capable de retenir ses plus sombres désirs. Ainsi, mon corps reprit les formes d'une humaine aux cheveux noirs et aux courbes généreuses. Qiilura serait désormais le berceau de notre Clan. Père et Mère reprendraient la place de notre Maîtresse, et ils ne tarderaient pas à faire renaître le flot de mon enfance en des seins bien plus lumineux pour ceux qui rejoindraient notre bannière.



IV


"Au début j’étais une fille féminine. Puis plus masculine. Et je suis devenue un salaud."
Boys don’t Cry



Camouflée entre les murs d'une citadelle millénaire, je traquais ma proie. Loin furent derrière moi les années et les souvenirs de Qiilura. Mon Clan, je le protégeais encore. Je le protégerais toujours. Ils étaient mon sang, mon cœur, mon âme. Seul le Resol'nare m'intimait le respect. J'avais perdu bien plus qu'une vie lors de la reprise de ma naissance. Mon cœur s'était brisé en cristaux de glace sanguinolente. Non sans faire de mal, je me refusais de prendre ma cible plus vivante que morte. Il en allait de ma devise : "Un mort rapporte bien moins de crédits qu'un vivant"… Mes doigts serrèrent le manche de mon blaster. Calme. Délicatesse. Les preuves que je devais rendre à la Guilde ne cessaient jamais d'être réclamée. Une fois encore, alors que les soleils étaient hauts dans le ciel nuageux, je me devais de capturer ma proie. Non sans respecter le pacte que le Chef de la Guilde avait fait avec le Consortium de Zann. Un jour, m'avait-on dit, tu viendras peut-être à rencontrer leur Chef. Et ce jour-là, sera peut-être le dernier où te verras se lever le soleil. Je souriais distraitement derrière la visière de mon casque, d'où j'étais personne ne pouvait me voir. Un tir, un seul et unique, tout aussi précis qu'un Jedi, je ferais disparaître ce que désirait ma proie… Et moi, je récupérerais ce que j'étais venu attraper…

Désormais, je faisais acte de ma présence à mon Clan. J'étais leur enfant. Un enfant maudit et pourtant accepté. Mon corps était celui d'une femme, mon cœur celui d'un homme, et mon esprit… Celui d'un animal. Et c'est en repensant à eux que je disparaissais dans les ténèbres que m'offraient les murs immenses et gris des tours de la citée. Aucune plainte ne se fit entendre. Une grenade roula au sol, et l'explosion, aveuglante, m'offrit le couvert de ma capture. Je souriais, je ne pouvais qu'être fier de ce que j'étais devenue au fil des années, et malgré la tristesse qui pleuvait dans mon cœur, je ne pouvais le nier, j'étais du Clan Kryze, et même si je ne portais aucunement ce nom, je resterais à jamais… Une Mando'ad jusqu'à la mort…




» Parles moi de toi






• Prénom : Allez voir la fiche de Dante Garvan
• Âge : Allez voir la fiche de Dante Garvan
• Sexe : Allez voir la fiche de Dante Garvan
• Est-ce un double compte ? Un triple compte ? Si oui, de qui ? : Le TC de Dante Garvan, Grand Maître Jedi de l'Ordre et votre ô combien adorable fondateur
• Nom du personnage/personne utilisé pour l'avatar : Tifa Lockheart (Final Fantasy Series)
• Avez-vous signé le règlement : Oui, je l'ai même rédigé !
• Comment avez vous connu ce forum ? : Vous pouvez répéter la question ?



"Ta vie est ma solde…"






Dernière édition par Medlinya Linaewen le Ven 2 Déc - 18:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseur de Primes Respecté
Chasseur de Primes Respecté
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 15/11/2016
Age : 31

Feuille de personnage
Double Compte: Dante Garvan / Elios Albireo
Armes: Beskar'gam, Beskad, DC-15x, Dague Loag, DH-23, grenades...
Alignement: Neutre
Infos fermées
MessageSujet: Re: Le dragon du Clan Kryze se réveille... [En cours...] Mar 29 Nov - 13:23

Bonjour, bonjour.

Chose ironique, j'ai besoin de demander un délais supplémentaire pour terminer ma fiche... C'est ironique dans le sens où mon pc fait des siennes depuis ce matin, et donc (sans rentrer dans les details) je dois le nettoyer.

Je vais tout faire pour la terminer le plus rapidement possible.

Merci aux collègues ! ^^



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef Suprême du Consortium de Zann
Chef Suprême du Consortium de Zann
avatar
Messages : 112
Date d'inscription : 24/11/2015

Feuille de personnage
Double Compte: Zan Kessler, Rudatankajarash Zanzamar et Darth Ignis
Armes: Rawk Chopped Special modifié
Alignement: Neutre
Infos fermées
MessageSujet: Re: Le dragon du Clan Kryze se réveille... [En cours...] Mar 29 Nov - 16:04

Délai supplémentaire accordé.

T'as intérêt à cartonner sur la fiche par contre, sinon je te livre pieds et poings liés à Jar Jar Binks en moule boule rouge!


"Tout le monde a un prix."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sergent Républicain
Sergent Républicain
avatar
Messages : 99
Date d'inscription : 17/11/2016
Localisation : Republic Squad

Feuille de personnage
Double Compte: Ignil Kal
Armes: Fusil blaster DC-17m, Pistolet blaster DC-15S, Grenade en tout genre et Vibrolame de combat rétractable
Alignement: Neutre-Lumineux
Infos fermées
MessageSujet: Re: Le dragon du Clan Kryze se réveille... [En cours...] Jeu 1 Déc - 19:43

Bon courage pour la suite de ta fiche et fait gaffe car Tyria serait capable de le faire






Gifs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseur de Primes Respecté
Chasseur de Primes Respecté
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 15/11/2016
Age : 31

Feuille de personnage
Double Compte: Dante Garvan / Elios Albireo
Armes: Beskar'gam, Beskad, DC-15x, Dague Loag, DH-23, grenades...
Alignement: Neutre
Infos fermées
MessageSujet: Re: Le dragon du Clan Kryze se réveille... [En cours...] Ven 2 Déc - 18:06


Merci à vous deux !

Tyria, je suis le meilleur quand même !  lol!

Ben, j'ai hâte de croiser le fer avec toi !

Sinon ma fiche est officiellement terminée. Bonne lecture.

Medlinya



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef Suprême du Consortium de Zann
Chef Suprême du Consortium de Zann
avatar
Messages : 112
Date d'inscription : 24/11/2015

Feuille de personnage
Double Compte: Zan Kessler, Rudatankajarash Zanzamar et Darth Ignis
Armes: Rawk Chopped Special modifié
Alignement: Neutre
Infos fermées
MessageSujet: Re: Le dragon du Clan Kryze se réveille... [En cours...] Ven 2 Déc - 21:14

Tout me semble en ordre.

Je valide.

Mais tu te farciras quand même ce Jar Jar Binks en moule boule rouge, insolent que tu es! What a Face


"Tout le monde a un prix."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le dragon du Clan Kryze se réveille... [En cours...]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» NTW3 Clan Wars League
» Château de clan
» "La vidéo qui réveille^^"
» How train your dragon
» Premier Baptême... |Tout le Clan|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Résurgence :: Registre Galactique :: Fiches Validées-
Sauter vers: